La Roche Posay – Effaclar : Duo (+)

Aujourd’hui je continue mes articles sur les produits de la gamme Effaclar de La Roche Posay avec le soin anti-imperfections, correcteur, désincrustant, anti-marques.

CarnetsdeMarine_Effaclar_LaRochePosay_SoinDuo(+)

>> Je tiens à rappeler que je ne suis absolument pas une experte en produits cosmétiques et je n’y connais rien aux ingrédients. Je ne suis pas là pour vous dire : tel ingrédient est mauvais n’utilisez plus jamais de produit en contenant. Suivant son dosage et les autres ingrédients présents, son effet peut être totalement différent. J’essaie ici d’aider à décrypter le charabia mais je ne suis pas experte et je ne vous impose rien. Si ce produit vous convient et que vous l’utiliser depuis longtemps n’arrêtez pas juste à cause de moi. <<

Présentation :

Effaclar Duo (+) est un soin complet à l’efficacité anti-imperfections renforcée, grâce au Procerad™, actif anti-marques exclusif. Le Procerad™ est un céramide (brevet déposé) anti-irritation, agit en amont pour éviter que les imperfections ne laissent des marques rouges ou brunes.

CarnetsdeMarine_Effaclar_LaRochePosay_SoinDuo(+)

 » Dès 24h : les imperfections sont visiblement moins rouges.
Dès 8 jours : les imperfections sont significativement réduites.
Dès 4 semaines : les pores sont désobstrués, le grain de peau est affiné, les brillances et les zones grasses sont régulées.
Testé sur plus de 6700 sujets, sur toutes les couleurs de peaux. »

Le produit ce présente sous forme d’un gel-crème frais, hydratation 24h et matité longue-durée, fini non collant et non gras. C’est une excellente base de maquillage. Non comédogène.

Ingrédients :

Aqua / Water • Glycerin • Dimethicone • Isocetyl Stearate • Niacinamide • Isopropyl Lauroyl Sarcosinate • Silica • Ammonium Polyacryldimethyltauramide / Ammonium Polyacryloyldimethyl Taurate • Methyl Methacrylate Crosspolymer • Potassium Cetyl Phosphate • Zinc Pca • Glyceryl Stearate Se • Isohexadecane • Sodium Hydroxide • Myristyl Myristate • 2-Oleamido-1,3-Octadecanediol • Nylon-12 • Poloxamer 338 • Linoleic Acid • Disodium Edta • Capryloyl Salicylic Acid • Caprylyl Glycol • Xanthan Gum • Polysorbate 80 • Acrylamide/Sodium Acryloyldimethyltaurate Copolymer • Pentaerythrityl Tetra-Di-T-Butyl Hydroxyhydrocinnamate • Salicylic Acid • Piroctone Olamine • Parfum / Fragrance

  • Glycerin

Elle donne de l’onctuosité à de nombreux produits et présente un fort pouvoir hydratant.

Si cet ingrédient ne constitue pas un danger pour votre santé il a toutefois un impact écologique non négligeable. En effet, la glycérine de synthèse est issue de dérivés du pétrole. Mieux vaut privilégier des produits contenant de la glycérine naturelle d’origine végétale…

  • Dimethicone (—)

La dimethicone est douce et s’étale bien sur la peau, c’est un silicone. Elle est très souvent utilisée dans les produits cosmétiques. Elle a un  effet émollient et résiste aux écarts de températures.

Toutefois, elle possède un effet occlusif et aurait tendance à étouffer le cuir chevelu et la peau et elle très peu biodégradable.

  • Isocetyl Stearate

C’est un émollient qui assouplit et adoucit la peau. C’est aussi un agent d’entretien de la peau. De ce que j’ai pu lire il a une faible toxicité, il serait non-irritant, non-sensibilisant et non photo-toxique.

  • Niacinamide (+++)

C’est le produit miracle dont tout le monde parle ces derniers temps. Le niacinamide ou la vitamine B3, vitamine PP ou encore nicotinamide est une vitamine qui est synthétisée par l’organisme mais parfois en trop faible quantité.

Elle améliore la fonction barrière de la peau, c’est aussi un actif hydratant. Elle est connue pour booster la micro-circulation de la peau et est réputée pour ses effets anti-inflammatoires. Pour finir, elle réduit les ridules et résorbe les tâches pigmentaires. Je suis sûr que j’en oublie. J’essaierai de faire un article plus détaillé sur cette vitamine.

  • Isopropyl Lauroyl Sarcosinate

C’est un tensio-actif qui réduit la tension de surface et favorise une répartition uniforme du produit lors de son utilisation. C’est également un agent nettoyant et un agent émulsifiant (favorise la formation de mélanges intimes entre des liquides non miscibles). C’est aussi un agent antistatique, un agent moussant, un agent de contrôle de la viscosité et un agent d’entretien de la peau.

Je vous avoue je n’ai pas trouvé grand-chose à son sujet.

  • Silica (–)

C’est un corps gommant, gélifiant. Il élimine les matières en surface, absorbe, opacifie, lie, contrôle la viscosité et réduit la densité apparente des produits cosmétiques.

Toutefois, le Silica a mauvaise réputation il serait cancérigène, allergène, polluant et potentiellement toxique pour les organes. Attention, je n’ai pas trouvé de preuve indiquant que le silica pénètre la peau ou soit toxique, mais je n’ai pas non plus trouvé suffisamment d’éléments pour écarter ces possibilités…

  • Ammonium Polyacryldimethyltauramide / Ammonium Polyacryloyldimethyl Taurate

C’est un polymère d’origine synthétique. C’est un stabilisateur d’émulsion qui contrôle aussi la viscosité. Je n’ai pas trouvé grand chose à son sujet. Je crois qu’il présente un risque pour l’environnement mais je suppose que j’aurais trouvé plus de chose si le risque était grand.

  • Methyl Methacrylate Crosspolymer

C’est un polymère thermoplastique, transparent, appelé PMMA et d’origine synthétique. Il est plus connu sous son premier nom commercial de Plexiglas (nom déposé). Ce polymère est un agent filmogène (produit un film continu sur la peau).

  • Potassium Cetyl Phosphate

Le potassium cetyl chosphate est d’origine synthétique. C’est un tensioactif et un agent émulsifiant.  Il favorise une répartition uniforme du produit lors de son utilisation.

 

  • Zinc PCA (++)

C’est un minéral essentiel pour le renouvellement cellulaire et la santé de la peau. C’est un actif sébo-régulateur composé de zinc et de L-PCA, un “passe-partout” physiologique qui permet une meilleure pénétration et action. Ses vertus cicatrisantes et anti-inflammatoires en font un ingrédient de choix pour lutter contre les problèmes de dermatoses et d’acné. Son effet anti-bactérien permet notamment de lutter contre la prolifération des bactéries responsables de l’acné. Il permet également de réduire les rougeurs, et de protéger la production de collagène. Le zinc PCA possède également un effet hydratant et régule la production de sébum (un humectant qui maintient la teneur en eau d’un cosmétique dans son emballage et sur la peau).

  • Glyceryl Stearate SE (+)

Le Glyceryl Stearate (et le Glyceryl Stéarate SE) sont des produits d’estérification de la glycérine et de l’acide stéarique, un acide gras organique naturellement présent dans de nombreuses huiles végétales. Ce sont des tensio-actifs.

Ce sont des sont des agents émulsifiants : c’est-à-dire qu’ils facilitent la formation d’une émulsion entre deux liquides non miscibles tels que l’huile et l’eau. De plus, ces agents émulsifiants possèdent des propriétés émollientes. Un émollient est un produit capable d’amollir et de détendre la peau. Ils agissent comme des lubrifiants sur la surface de la peau, ce qui donne à la peau un aspect doux et lisse. Ils hydratent la peau et ralentissent aussi la perte d’eau en formant une barrière sur la surface de la peau avec un toucher non gras. Il sont biodégradables et d’après mes recherches non pas d’effets secondaires indésirables sur la peau.

  • Isohexadecane (–)

C’est un émollient qui assouplit et adoucit la peau, un hydratant qui augmente la teneur en eau de la peau et la maintient douce et lisse. C’est aussi un solvant et un agent d’entretien de la peau.

Toutefois, attention car il fait partie des silicones : il est polluant et occlusif.

  • Sodium Hydroxide

Ce nom désigne la soude caustique, corrosive et fortement irritante à l’état pur. Le Sodium Hydroxyde est avec les corps gras, l’ingrédient de base des savons. En réagissant avec les acides gras, il accomplit la saponification qui donne des pains de savons solides. A la fin de ce  processus de saponification, il ne reste plus de Sodium Hydroxyde libre dans la préparation et le produit peut-être utilisé sans danger pour nettoyer la peau.

En ce qui concerne les cosmétiques classiques (crèmes, produits nettoyants sans savon, lotions, etc…) le Sodium Hydroxyde a une fonction annexe, qui est celle d’ajuster le pH. Le Sodium hydroxyde étant basique, il va diminuer l’acidité du produit final, en passant par exemple d’un pH acide de 3 (qui peut être irritant pour la peau) à un pH physiologique de 5. C’est dans le cadre de cette fonction qu’on retrouve le Sodium Hydroxyde, souvent en fin de liste des ingrédients. Il n’a alors aucun effet quelconque dans le produit, s’il est utilisé à hauteur de 0,10% environ, et n’a absolument aucune action irritante.

Attention, s’il est en début de liste et s’il est en trop grande quantité par contre (et ici il est au milieu…) !

  •  Myristyl Myristate

C’est un émollient, hydratant, opacifiant, ainsi qu’un agent d’entretien de la peau. Je n’ai pas trouvé grand chose d’alarmant à son sujet.

  • 2-Oleamido-1,3-Octadecanediol (-)

C’est un émollient, ainsi qu’un agent d’entretien de la peau. C’est un solvant d’origine chimique et on aimerait autant ne pas en avoir dans notre produit si possible.

Toutefois, il n’est pas non plus toxique.

  • Nylon-12 (—)

C’est un liant, opacifiant et agent de contrôle de la viscosité. C’est en fait très souvent utilisée dans les produits cosmétiques car c’est une excellente alternative au talc tout en offrant une douceur similaire sur la peau, un excellent glissant ainsi qu’une absorption modérée du sébum (n’obstrue pas les pores comme le mica et le talc peuvent le faire).

Attention car sur un autre site j’ai lu que c’était une : »poudre bon marché à base de matières synthétiques, abrasif« . Et j’ai trouvé cette mention de poudre abrasive sur d’autres sites…

Le Nylon-12 serait en fait un plastique et les plastiques intégrés aux crèmes de soin font office de liants et produisent une sensation délicate sur la peau. C’est abrasif et c’est polluant. À ce jour, il n’existe pas de définition officielle uniforme de ce qu’est le microplastique. Les fabricants se sentent donc libres de définir les choses à leur guise. Pour eux, le problème se limite aux particules solides, excluant le plastique liquide, cireux ou gélatineux. En outre, les producteurs refusent de renoncer au plastique pour les produits sans rinçage (produits « leave-on »), par opposition aux shampoings et gels douche (produits « rinse-off »)…

  • Poloxamer 338

Accrochez-vous pour celui-ci : c’est un polymère fait de bloc de polyoxyethylene suivi par un bloc de polyoxypropylene, suivi par un bloc de polyoxyethylene. Le nombre moyen d’unités de polyoxyethylene et polyoxypropylene varie en fonction du nombre associé au polymère. Sa texture va du liquide incolore au solide blanc suivant sa composition. Il appartient à la famille des PEG.

C’est un tensioactif, un émulsifiant et un agent lavant. Je n’ai pas trouvé d’article signalant des effets secondaires concernant ce produit.

  • Linoleum Acid (+++)

Il fait partie des acides gras qui font partie des triglycérides (ils sont combinés avec de la glycérine). C’est ici la famille des oméga 6 qu’on trouve dans : l’huile de soja, de germes de blé, de pépin de raisin, de bourrache, d’onagre ou de tournesol.

L’acide linéique est intégré à la composition des céramiques qui font partie du ciment lipidique (la barrière active de notre peau). C’est excellent pour : l’acné, les peaux grasses, les peaux sèches, les dermatoses, les brûlures et les coups de soleil et la dégradation de la barrière cutanée.

Dans les cosmétiques il est utilisé comme émollient et agent épaississant. Des recherches montreraient qu’il a un effet réparateur, anti-oxydant et adoucissant sur la peau.

  • Disodium EDTA (–)

C’est un agent de chélation (aide au maintient de l’aspect du produit) qui régule donc la viscosité du produit. Cet ingrédient est polluant (il se retrouve dans l’eau du robinet).

L’EDTA n’est nocif que lorsque qu’il est ingéré en très grandes quantités. Les cas d’allergies sont rarissimes. Lui-même traverse difficilement la barrière cutanée, mais il peut favoriser la pénétration d’autres substances. Il irrite fortement les yeux et s’avère très persistant (et donc polluant). Un ingrédient qui fait donc débat.

  • Capryloyl Salicylic Acid (CSA) (++)

C’est un ingrédient d’origine synthétique. C’est un ester de l’acide salicylique (c’est-à-dire le Beta Hydroxy Acid ou BHA), il est donc catégorisé comme un BHA qui fonctionne comme un exfoliant, anti-inflammatoire et anti-septique.

Le CSA a la capacité d’éliminer les cellules mortes, d’adoucir la peau et d’aider au maintien de l’élasticité de la peau. Il est souvent utilisé comme anti-vieillissement, anti-acné, anti-ride dans les cosmétiques.

Contrairement aux AHA (Alpha Hydroxy Acid) qui sont solubles dans l’eau, les BHA sont solubles dans les lipides (huiles). Cela signifie qu’ils exfolient non seulement la couche supérieure de l’épiderme mais pénètre plus profondément pour exfolier les cellules mortes et l’excès d’huile des pores. C’est pourquoi il est souvent utilisé pour traiter les points noirs et l’acné.

En outre, cet ingrédient fonctionne à la fois comme agent anti-microbien et anti-inflammatoire. Tandis que beaucoup d’exfoliants sont souvent irritants (comme les AHA) le CSA va lui, réduire les inflammations.

Attention tout n’est pas non plus tout rose ! Même s’il est considéré comme moins irritant que les AHA, ils ont comme même des effets secondaires potentiels : picotements, rougeurs, cicatrices, sensation de brûlure ou démangeaison… Tout cela peut être éviter en choisissant un produit contenant une concentration de 1 à 2 % de BHA pour un PH de 3 ou 4. Le plus grand problème étant que le CSA augmente la sensibilité de la peau au soleil de 50% ! Il faut donc absolument utiliser un SPF 30 et essayer de l’utiliser la nuit.

  • Piroctone Olamine

C’est un conservateur, agent anti-pelliculaire, d’origine synthétique. La Piroctone Olamine est une substance antifongique et bactériostatique très efficace utilisée depuis plus de 30 ans en cosmétique. Elle peut être utilisée dans les produits de nettoyage pour peau grasse ou peau jeune à problème afin de réguler la prolifération des bactéries et champignons. La Piroctone Olamine est approuvée par les autorités européennes avec une concentration maximale de 1% dans les produits rincés.

Je n’ai rien trouvé signalant un danger quelconque pour notre santé. En tant que conservateur toutefois, il est potentiellement polluant.

  • Parfum / Fragrance (-)

Le parfum peut être allergisant ou juste irritant pour notre peau. Personnellement je me passerais bien de ce parfum. Heureusement il est en fin de liste, on espère donc qu’il y en a peu.

Mon avis

Le soin Effaclar Duo (+) n’a eu aucun effet sur ma peau. Il n’en a pas amélioré l’aspect, n’a pas réduit mon acné, mes points noirs, désobstrué mes pores ou réduit mes marques… Aucun effet, ni bon ni mauvais. J’avais pourtant bon espoir… Je l’ai utilisé pendant 5 mois et rien…

Maintenant que j’en ai décrypté la composition je suis encore plus déçue. Car non seulement il n’a eu aucun effet sur ma peau mais en plus beaucoup de ses ingrédients me posent problèmes. A commencer par le 3e ingrédient de la liste le Dimethicone ! Un silicone un ingrédient occlusif pour moi qui ai déjà les pores tout obstrué et polluant…

En 7e position on trouve le Silica qui a lui aussi mauvaise réputation. En 13e position l’Isohexadecane : encore un silicone… Le Sodium Hydroxyde me pose aussi problème car il est en 14e position pour 29 ingrédients…

J’ai été agréablement surprise de découvrir que le soin Duo (+) contient des niacinamides, des BHA et de l’acide linéique. Ce sont de très bons ingrédients. Toutefois, ils n’ont visiblement pas fonctionné pour moi…

Je ne rachèterais pas ce produit et je ne le recommande pas. Si vous l’utilisez et qu’il fonctionne pour vous n’arrêtez pas à cause de moi.

 

La Roche Posay – Effaclar : l’eau micellaire

>> Je tiens à rappeler que je ne suis absolument pas une experte en produits cosmétiques et je n’y connais rien aux ingrédients. De plus,  les taux de concentration des ingrédients dans les produits ne sont pas détaillés. Tout cela pour dire que je ne suis pas là pour vous dire : tel ingrédient est mauvais n’utilisez plus jamais de produit en contenant. Suivant son dosage et les autres ingrédients présents, son effet peut être totalement différent. Il faut donc faire bien attention lorsqu’on se lance dans l’analyse détaillée d’un produit. J’essaie ici d’aider à décrypter le charabia mais je ne suis pas experte et je ne vous impose rien. Si ce produit vous convient et que vous l’utiliser depuis longtemps n’arrêtez pas juste à cause de moi. Tout le monde est différent. <<

J’ai eu une période ou j’étais addict à l’eau micellaire. Je l’utilisais pour tout : le matin pour me laver la peau le matin, le soir, pour me démaquiller, etc. Et comme j’ai toujours respecté les produits La Roche Posay je me suis naturellement tournée vers l’eau micellaire purifiante peaux grasses et sensibles.

« L’eau micellaire est un produit de beauté parfait pour nettoyer votre visage. Ce produit se compose de micelles, des molécules qui aident à éliminer le sébum et les impuretés de la peau. »

Les bienfaits de l’eau micellaire me paraissaient miraculeux. Cela me permettait de nettoyer ma peau en douceur pour moi qui a la peau sensible et qui rougit vite. L’eau micellaire aide à hydrater, fermer les pores et matifier la peau si on l’utilise au quotidien…

CarnetsDeMarine_Effaclar_LaRochePosay_EauMicellaire

Blablabla, honnêtement je voyais bien que le coton m’irritait la peau et que de me tartiner d’eau micellaire matin et soir ne changeait rien à ma peau à part la dessécher plus qu’avant et au final dérégler ma production de sébum déjà complètement déréglée… Bref ! Je ferais peut être un autre article sur les pour et les contre de l’eau micellaire. Ici je vais décrypter (essayer) les ingrédients de ce produit et vous donner mon verdict final.

Ingrédients :

  • Water
  • Hexylene glycol
  • Glycerin
  • Poloxamer 188
  • Zinc PCA
  • Sodium Lactate
  • Disodium cocoamphodiacetate
  • Disodium edta
  • Citric acid
  • Dihydrocholeth-30
  • Iodopropynyl butylcarbamate
  • Polyaminopropyl biguanide
  • L’Hexylene glycol

L’hexylène glycol, (je n’ai pas trouvé beaucoup d’articles) il est très utilisé comme solvant et agent de couplage (permet la réalisation des émulsions, à partir d’huile et d’eau). J’ai trouvé beaucoup de choses sur les glycols en général. Ce sont des solvants chimiques souvent utilisés en remplacement de conservateurs. Les émulsifiants PEG (Polyéthylène glycol) et PPG (polypropylène glycol) sont également des glycols.

Quel est le danger ?   Ils sont responsables de réactions allergiques et de dessèchement de la peau (Propylene glycol, Butylene glycol, Pentylene glycol).

  • Glycerin

Elle donne de l’onctuosité à de nombreux produits et présente un fort pouvoir hydratant grâce à sa capacité à retenir plusieurs fois son poids en eau. Ainsi, elle forme une barrière sur l’épiderme, limitant les pertes d’humidité tout en restaurant l’activité des lipides qui jouent un rôle essentiel dans la réparation cutanée. De plus, elle a des propriétés émollientes, c’est-à-dire qu’elle lisse la peau et les cheveux tout en maintenant un bon taux d’hydratation. Sa fonction occlusive permet à la peau d’être protégée des agressions extérieures telles que le vent et la pollution. La glycérine est également très bien tolérée par la peau et les allergies à ce produit sont rares.

Où est le problème ? Si cet ingrédient ne constitue pas un danger pour votre santé il a toutefois un impact écologique non négligeable. En effet, la glycérine de synthèse est issue de dérivés du pétrole. Mieux vaut privilégier des produits contenant de la glycérine naturelle d’origine végétale…

  • Poloxamer 188

Il est utilisé comme émulsifiant, agent solubilisant et stabilisant dans les formulations cosmétiques. Il présente un bon profil toxicologique et une irritation oculaire faible.

Attention toutefois car cet ingrédient est semblable aux PEG. Les PEG (polyéthylène glycol): émulsifiants, tensioactifs, les PEG rendent la peau perméable et peuvent laisser passer des substances nocives. De plus, leur procédé de fabrication (éthoxylation) est très toxique.

  • Zinc PCA

C’est un minéral essentiel pour le renouvellement cellulaire et la santé de la peau. C’est un actif sébo-régulateur composé de zinc et de L-PCA, un “passe-partout” physiologique qui permet une meilleure pénétration et action. Ses vertus cicatrisantes et anti-inflammatoires en font un ingrédient de choix pour lutter contre les problèmes de dermatoses et d’acné. Son effet anti-bactérien permet notamment de lutter contre la prolifération des bactéries responsables de l’acné. Il permet également de réduire les rougeurs, et de protéger la production de collagène. Le zinc PCA possède également un effet hydratant et régule la production de sébum (un humectant qui maintient la teneur en eau d’un cosmétique dans son emballage et sur la peau).

  • Sodium Lactate

Le sodium lactate a visiblement plusieurs fonction dans les cosmétiques : il peut servir de régulateur de pH, d’humectant, ou d’agent kératolytique (aide à éliminer les cellules mortes de la couche cornée de l’épiderme en agissant par simple contact avec la peau, en interagissant avec la kératine). Il améliore aussi la conservation et agit comme agent bactériostatique ( lorsqu’il est combiné avec un agent de conservation à spectre complet). Conservateur et humectant, c’est un acide faible fabriqué à partir d’acide lactique de mélasse fermentée et de soude.

  • Disodium cocoamphodiacetate

Le disodium cocoamphodiacetate fait partie des sulfates. Les sulfates sont des tensioactifs (je ferai un autre article sur les tensioactifs car je vois qu’il est important de bien les distinguer). Ils ont mauvaises réputation car ils seraient mauvais pour la peau et représenteraient un danger pour l’environnement.

Les tensioactifs sulfatés proviennent d’huile végétale de palme ou de coco. Ils sont produits en masse et ne coûtent pas cher. Ils servent de base moussante dans les gels douches et les shampoings. Certains détergents, plutôt irritants sont autorisés même dans les cosmétiques biologiques. Il est donc préférable de les éviter, même si en soi le danger n’est pas très grand.

  • Disodium EDTA

C’est un agent de chélation (aide au maintient de l’aspect du produit) qui régule donc la viscosité du produit. Cet ingrédient est polluant puisque peu biodégradable (il se retrouve dans l’eau du robinet).

L’EDTA n’est nocif que lorsque qu’il est ingéré en très grandes quantités. Les cas d’allergies sont rarissimes. Lui-même traverse difficilement la barrière cutanée, mais il peut favoriser la pénétration d’autres substances. Il irrite fortement les yeux et s’avère très persistant (et donc polluant). Un ingrédient qui fait donc débat.

  • Citric acid

Le citric acid ou acide citrique peut être utilisé dans les cosmétiques pour modifier ou stabiliser le pH du produit. Il possède aussi des propriétés astringentes qui dépendra de la quantité d’acide citrique contenu dans le produit. Il joue un rôle d’agent de chélation dont le but est de stabiliser le produit sur son aspect et/ou sa composition. Il peut servir d’agent masquant, pour « cacher » des odeurs d’autres composants du cosmétique.

L’acide citrique pouvant être quand même irritant, les cosmétiques en contenant une concentration élevée devront préciser sur leur emballage qu’ils ne doivent pas être mis en contact avec les yeux et d’envisager d’appliquer une protection solaire.

  • Dihydrocholeth-30

C’est un tensioactif (ingrédient qui réduit la tension de surface et favorise une répartition uniforme du produit lors de son utilisation). C’est également un agent émulsifiant qui favorise la formation de mélanges intimes entre des liquides non miscibles.

Il aurait un fort potentiel irritant, considéré comme cancérigène à cause de ses propriétés facilitant la pénétration de corps étranger.

  • Iodopropynyl butylcarbamate

C’est un conservateur et comme bien souvent pour les conservateurs il est allergisant (comme tous les dérivés organiques de l’iode).

  • Polyaminopropyl biguanide

C’est un conservateur (oups). Il est soi-disant allergisant, cancérigène et polluant.

Mon verdict

Je dois dire que j’ai été choquée de découvrir ce que contenait mon innocente eau micellaire dont je me tartinais toute la journée en pensant utiliser un produit miracle. Et sur le packaging on peut lire :

« L’Eau Micellaire Ultra EFFACLAR purifie la peau en douceur pour respecter les peaux mixtes à grasses. Les micelles associées à la glycérine éliminent 98% du fond de teint au premier coton pour une efficacité démaquillante optimale, sans sensation de dessèchement. Formule testée sous contrôle dermatologique et ophtalmologique sur les peaux et yeux sensibles. pH physiologique – Sans alcool – Sans colorant – Sans paraben. »

Euh, excusez moi on en parle de tous les autres ingrédients néfastes ?! Alalala, vive le marketing…

Personnellement, cette eau micellaire ne m’a pas endommagé ma peau, elle a déréglé ma production de sébum très probablement mais je n’ai pas eu de réaction allergique. Toutefois, au bout du 4e coton pour me démaquiller j’avais la peau toute irritée

Si vous avez l’habitude d’utiliser ce produit je ne vous force absolument pas à l’abandonner. De mon côté je suis bien contente de l’avoir fini, je n’en rachèterai pas ! Je ne vous le recommande pas, sans pour autant vous dire que ce produit est hautement toxique. Si vous voulez l’acheter et vous faire votre propre idée c’est sans doute mieux.  🙂

 

 

 

 

 

La Roche Posay – Effaclar : Gel moussant

J’aime ce gel moussant Effaclar de la Roche Posay, car j’ai l’impression qu’il ne me décape pas trop la peau quand je me lave le visage avec. Mais c’est peut être juste dans ma tête car je n’ai pas examiné la liste des ingrédients jusqu’ici. Je vais tâcher de décrypter tout cela avant de vous donner mon verdict final.

CarnetsDeMarine_Effaclar_LaRochePosay_GelMoussant

> Je tiens à rappeler que je ne suis absolument pas une experte en produits cosmétiques et je n’y connais rien aux ingrédients. De plus,  les taux de concentration des ingrédients dans les produits ne sont pas détaillés. Tout cela pour dire que je ne suis pas là pour vous dire : tel ingrédient est mauvais n’utilisez plus jamais de produit en contenant. Suivant son dosage et les autres ingrédients présents, son effet peut être totalement différent. Il faut donc faire bien attention lorsqu’on se lance dans l’analyse détaillée d’un produit. J’essaie ici d’aider à décrypter le charabia mais je ne suis pas experte et je ne vous impose rien. Si ce produit vous convient et que vous l’utiliser depuis longtemps n’arrêtez pas juste à cause de moi. Tout le monde est différent. De plus, je pense que comme moi, vous vous êtes tourné vers des produits La Roche Posay car on s’imagine tous que ce sont de bons produits et j’espère que c’est réellement le cas. <

Ingrédients :

  • Water,
  • Sodium laureth sulfate,
  • PEG – 8,
  • Coco betaine,
  • Hexylene glycol,
  • Sodium chloride,
  • PEG – 120 methyl glucose dioleate,
  • Zinc pca, sodium hydroxyde,
  • Citric acid,
  • Sodium benzoate,
  • Phenoxyethanol,
  • Caprylyl glycol,
  • Parfum

En lisant cette liste d’ingrédients plusieurs choses m’ont gêné.

  • Le parfum

Premièrement, le fait que ce gel contienne du parfum. Le parfum peut être allergisant ou juste irritant pour notre peau. Dans ce cas c’est quelque chose qu’on rince donc ça passe encore, mais personnellement je me passerais bien de ce parfum. Heureusement il est en fin de liste, on espère donc qu’il y en a peu (il me semble que les fabricants sont obligés de lister les ingrédients par ordre décroissant jusqu’à 1 % du contenu du produit cosmétique. Après ces 1 % le fabricant est libre de mettre les ingrédients dans l’ordre qu’il souhaite).

  • Le sodium laureth sulfate

Deuxièmement, le sodium laureth sulfate (SLES) : comme le Sodium Lauryl Sulfate (SLS) c’est un tensio-actif sulfaté avec une puissante action détergente (si puissante que le SLS est couramment utilisé pour le nettoyage industriel des sols et des moteurs). Le SLS et les autres tensio-actifs sulfatés sont en effet des ingrédients de choix pour les industriels car ils sont peu chers, moussent bien (on aime tous quand nos gels et shampoing moussent) et sont propices à la bonne conservation et stabilité des formules. Comme tout tensio-actif sulfaté, le SLS provoque également des picotements très prononcés s’il entre en contact avec les yeux. Picotements que les industriels essaient de réduire en ajoutant d’autres molécules dites moins irritantes.

C’est un irritant cutané dès 0,5% de concentration, le SLS s’avère extrêmement irritant dès 10 à 30% de concentration. Et il est ici en deuxième position dans la liste d’ingrédients… A savoir que certains savons contiennent 30% de SLS… Voilà, voilà, on continue de décortiquer la liste comme même ?

  • Le PEG-8

L’ingrédient suivant : le PEG-8. Mais qu’est ce que c’est que ce truc ? Moi aussi j’ai du mener ma petite recherche avant de comprendre. « Acronyme pour PolyEthylene Glycol. Les PEGs désignent tous les ingrédients cosmétiques qui en sont dérivés, et qu’on peut reconnaitre par les lettres PEG dans leur appellation officielle. »

Les dérivés de polyéthylène glycol sont très utilisés dans les produits cosmétiques, principalement en tant qu’humectants, pour « retenir » l’eau et prévenir le dessèchement, du cosmétique lui-même comme de la peau. Leur nom, sous la forme de leurs initiales suivies de leur poids moléculaire, indique leur origine et leur structure (un poids moléculaire inférieur à 500 signale une consistance liquide, un chiffre supérieur à 500 une graisse ou une cire). Le PEG-8 est ainsi un humectant se présentant sous forme liquide. La plupart sont plutôt bien tolérés par la peau, mais quelques-uns sont dotés d’un potentiel irritant s’ils sont utilisés en grandes quantités.

Certains articles mentionnaient que les PEG rendent la peau perméable et peuvent laisser passer des substances nocives !

Cependant ils sont principalement critiqués du fait de leur procédé de fabrication, un des plus polluants de la cosmétique pour l’environnement, et ils s’avèrent d’autre part assez difficilement biodégradables.

  • La coco betaine

La coco betaine, rien à redire (je pense), c’est un tensioactif doux et non polluant présent dans de nombreux produits cosmétiques traditionnels. Très bien tolérée par les peaux les plus sensibles et évite les irritations.

  • L’hexylène glycol

L’hexylène glycol, pas grand chose à en dire (je n’ai pas trouvé beaucoup d’articles) il est très utilisé comme solvant et agent de couplage (permet la réalisation des émulsions, à partir d’huile et d’eau).

J’ai trouvé beaucoup de choses sur les glycols en général. Ce sont des solvants chimiques souvent utilisés en remplacement de conservateurs. Les émulsifiants PEG (Polyéthylène glycol) et PPG (polypropylène glycol) sont également des glycols.

Quel est le danger ?   Ils sont responsables de réactions allergiques et de dessèchement de la peau (Propylene glycol, Butylene glycol, Pentylene glycol).

  • Le sodium chloride

Le sodium chloride est un liant qui va contrôler la viscosité du produit et qui sert aussi d’agent masquant (réduit ou masque l’odeur de base d’un produit). Dans les produits lavants liquides (shampooings, gels douches), il est utilisé cette fois uniquement comme régulateur de viscosité (épaississant) (le chlorure de sodium a en effet la propriété de faire précipiter les sels des tensioactifs anioniques et donc d’épaissir le produit).

Cette propriété explique pourquoi le chlorure de sodium se retrouve presque systématiquement dans les shampoings. Et c’est là qu’il est accusé d’être néfaste pour la kératine des cheveux (il décaperait la fibre capillaire en attaquant la kératine du cheveux). Mais ce n’est pas nôtre problème aujourd’hui. 🙂

  • PEG-120 methyl glucose dioleate

PEG-120 methyl glucose dioleate est un émulsifiant qui favorise la formation de mélanges entre des liquides non miscibles (comme par exemple l’eau et l’huile). C’est aussi un agent nettoyant. Il est considéré non irritant et permet même de réduire dans l’ensemble les effets irritants d’une formule. C’est visiblement sans danger sur les peaux en bonne santé. Mais j’ai vu quelques sites qui recommandaient de faire attention pour les peaux déjà irritées et abimées.

Attention, certains articles mentionnaient que les PEG rendent la peau perméable et peuvent laisser passer des substances nocives ! De plus, leur procédé de fabrication (éthoxylation) est très toxique.

  • Le zinc PCA

Le zinc PCA : c’est un minéral essentiel pour le renouvellement cellulaire et la santé de la peau. C’est un actif sébo-régulateur composé de zinc et de L-PCA, un “passe-partout” physiologique qui permet une meilleure pénétration et action. Ses vertus cicatrisantes et anti-inflammatoires en font un ingrédient de choix pour lutter contre les problèmes de dermatoses et d’acné. Son effet anti-bactérien permet notamment de lutter contre la prolifération des bactéries responsables de l’acné. Il permet également de réduire les rougeurs, et de protéger la production de collagène. Le zinc PCA possède également un effet hydratant et régule la production de sébum (un humectant qui maintient la teneur en eau d’un cosmétique dans son emballage et sur la peau).

  • Le sodium hydroxide

Le sodium hydroxide, j’avais de gros gros doutes sur cet ingrédient. Mais il faut aussi faire attention à ne pas tout juger trop vite. Oui, ce nom désigne la soude caustique, corrosive et fortement irritante à l’état pur. Le sodium hydroxyde est avec les corps gras, l’ingrédient de base des savons. En réagissant avec les acides gras, il accomplit la saponification qui donne des pains de savons solides. A la fin de ce  processus de saponification, il ne reste plus de Sodium hydroxyde libre dans la préparation et le produit peut-être utilisé sans danger pour nettoyer la peau.

En ce qui concerne les cosmétiques classiques (crèmes, produits nettoyants sans savon, lotions, etc…) le Sodium hydroxyde a une fonction annexe, qui est celle d’ajuster le pH. Le Sodium hydroxyde étant basique, il va diminuer l’acidité du produit final, en passant par exemple d’un pH acide de 3 (qui peut être irritant pour la peau) à un pH physiologique de 5. C’est dans le cadre de cette fonction qu’on retrouve le Sodium hydroxyde, souvent en fin de liste des ingrédients (oui il est bien vers la fin de la liste ici). Il n’a alors aucun effet quelconque dans le produit, s’il est utilisé à hauteur de 0,10% environ, et n’a absolument aucune action irritante. Vous n’avez donc rien à craindre si vous retrouver ce nom dans vos produits de soin, c’est simplement un régulateur de pH !

Attention s’il est en début de liste et s’il est en trop grande quantité par contre !

  • Le citric acid

Le citric acid ou acide citrique peut être utilisé dans les cosmétiques pour modifier ou stabiliser le pH du produit. Il possède aussi des propriétés astringentes qui dépendra de la quantité d’acide citrique contenu dans le produit. Il joue un rôle d’agent de chélation dont le but est de stabiliser le produit sur son aspect et/ou sa composition. Il peut servir d’agent masquant, pour « cacher » des odeurs d’autres composants du cosmétique.

L’acide citrique pouvant être quand même irritant, les cosmétiques en contenant une concentration élevée devront préciser sur leur emballage qu’ils ne doivent pas être mis en contact avec les yeux et d’envisager d’appliquer une protection solaire.

  • Le sodium benzoate

Le sodium benzoate est un conservateur qui inhibe le développement des micro-organismes dans les produits cosmétiques et un inhibiteur de corrosion. C’est également un agent masquant qui réduit ou masque l’odeur de base d’un produit. Toutefois, ce conservateur peut être irritant, allergène (comme de nombreux conservateurs) voire cancérigène quand il est associé à de la vitamine C dont l’association donnerait du benzène, à l’origine de leucémies et autres cancers… Tout cela reste assez flou, une chose est sûre si on peut l’éviter on l’évite mais cela risque d’être compliqué donc on réduit au minimum les produits en contenant.

  • Le phenoxyethanol

Le phenoxyethanol (“Phénoxyéthanol”, “phénoxytol” ou “EGPhE”. ‘2-phénoxyéthanol’), encore un ingrédient qui fait débat. Le phénoxyéthanol fait partie de la famille des éthers de glycol. Ces éthers sont des cosolvants eau-huile utilisés dans de nombreuses applications industrielles y compris cosmétique. La concentration maximale de phenoxyethanol autorisée dans les produits cosmétiques est de 1% ! Reconnu comme allergisant, le phénoxyéthanol peut provoquer de l’eczéma et de l’urticaire chez certains. Le phénoxyéthanol serait également porteur de risques cancérigènes, de fertilité pour l’homme et de toxicité pour le foetus.

Je vous recommande visiblement d’éviter les lingettes pour bébé qui en contiennent. Dans ce gel pour le visage, c’est quelque chose qu’on rince il y a donc peu de risque que ce soit véritablement grave d’en utiliser s’il y en a en petite quantité (on ne le sait pas). Toutefois, si on pouvait éviter ce serait mieux…

  • Le caprylyl glycol

Le caprylyl glycol, pour celui-ci je m’y suis reprise à deux fois rien que pour le taper. Un vrai charabia… C’est un émollient qui assouplit et adoucit la peau et un humectant qui maintient la teneur en eau d’un cosmétique dans son emballage et sur la peau. Il fait parti des alcools gras et solvants (Methyl / Propyl / Caprylyl -alcohol…).

Ils permettent de stabiliser et d’émulsionner les cosmétiques. Ces ingrédients de synthèse peuvent être irritants et sont polluants pour l’environnement. Ils possèdent à peu près les mêmes caractéristiques que les huiles minérales. J’ai donc encore une fois un avis mitigé pour cet ingrédient.

Mon Verdict

Maintenant que j’ai fait le détail de la liste des ingrédients de ce produit, même si je l’aimais bien avant cela, je pense que je ne l’utiliserais plus.

Tout le monde n’a pas le temps ni l’envie de lire en détails les ingrédients des produits qu’on achète. Je vous recommande de lire les 5 premiers ingrédients de la formule d’un produit qui vous intéresse : Si parmi ces 5 premiers ingrédients qui forment environ 70 % du produit, vous avez des composants qui font débats ou qui sont irritants, reposez le produit. Ici dès le deuxième ingrédient de la liste j’ai un problème…

Ce produit ne m’a pas irrité la peau, je n’ai pas eu de réaction allergique. Toutefois, j’avais clairement la peau desséchée après, même s’il ne me l’a pas décapé non plus. Je ne vous le déconseille pas mais je ne vous le recommanderais pas non plus. Dans l’ensemble les produits La Roche Posay m’ont déçu par leur inefficacité. Ne pas en mettre ou en mettre je n’ai pas vu de différence…

A vous de vous faire votre propre opinion, peut être que pour vous vous avez noté une véritable différence.

 

J’ai testé les produits La Roche Posay – Effaclar

Cela fait plusieurs années que je souffre d’un mal commun : l’acné. Et surtout les points noirs ou comédons pour les experts. J’ai une peau grasse, à tendance acnéique et très sensible (rougeurs, etc.). Et tous ces petits points noirs charmants se transforment en kystes.

#Joie #JeHaisMaPeau #ProblèmesDePeau

Ma soeur m’a recommandé les produits de la Roche Posay de la gamme Effaclar.

CarnetsdeMarine_Effaclar

La gamme de produits Effaclar :

Dans cette liste, il y a plusieurs produits que je n’ai pas testé : Effaclar duo (+) SPF 30, la crème lavante H et le masque sébo-régulateur.

Mon avis

Dans l’ensemble j’ai été assez déçu par tous ces produits. Disons qu’ils n’ont aucun effet. Qu’il soit mauvais ou bon, je n’ai noté aucune différence sur ma peau après les avoir utilisé plusieurs mois. J’ai utilisé ces produits pendant plusieurs années avec des pauses de plusieurs mois entre chaque ré-essaie. Ma peau n’était ni plus douce, ni avec une texture moins granuleuse, ni moins de boutons et certainement pas moins de points noirs. J’avais les pores toujours aussi ouverts et la peau toujours aussi grasse. Je pense donc que ces produits doivent être adaptés aux personnes avec de très légers problèmes de peau, de temps en temps. Car pour les personnes comme moi avec les pores ouverts, plein de comédons et une peau grasse et sensible, cela n’a rien changé.

Ma soeur par contre a utilisé ces crèmes quelques temps lorsqu’elle a eu quelques boutons et ils ont disparu avec le temps. Allez savoir si c’est grâce à la crème ou non.  Mais elle n’a jamais eu une peau à tendance acnéique, ni grasse, ni de points noirs…

Mes produits préférés sont : le gel moussant et l’eau micellaire. Oui, la liste est courte…

Dans un prochain article je vous détaillerais les produits : leur composition et mon verdict. En attendant, je vous souhaite un bon jeudi à tous ! Bientôt le week-end ! 🙂

 

 

J’ai testé : fée des lèvres

Je ne sais pas vous, mais à Paris il a fait sacrément froid ces dernières semaines. Et bien souvent lorsqu’il fait froid mes lèvres sont toutes gercées… Charmant ! Par conséquent j’ai du abandonner tout espoir de mettre quoique ce soit d’autre sur mes lèvres que du baume. 😦

Cependant, après un petit tour chez Lush pour faire le plein de Spotlight (cliquer ici pour voir l’article), j’ai discuté avec la vendeuse qui était très sympathique. J’aime beaucoup les vendeurs de la marque Lush, ils sont toujours présents sans pour autant être trop étouffant à te suivre partout en te répétant un milliard de fois « Je peux vous aider ». Je comprends bien qu’ils le font sur ordre de leur manager, cependant j’aime qu’on me laisse tranquille, qu’on me propose une fois de l’aide est normal, qu’on me harcèle non-stop est stressant.

CarnetsdeMarine_FéeDesLèvres

J’en reviens donc aux vendeurs de Lush que je remercie pour leur présence non étouffante. Lorsque j’ai des questions ils savent y répondre et m’apprennent souvent des choses. Ils me proposent des idées mais ne me forcent pas à acheter les produits.

La vendeuse a vite remarqué mes lèvres desséchées qui pelaient… Elle m’a présenté un produit miracle pour cela : la fée des lèvres. Je sais que la marque propose également des baumes pour nourrir les lèvres. Toutefois, je n’ai testé que la fée des lèvres pour le moment.

La fée des lèvres est un exfoliant rose et sucré pour les lèvres.  L’exfoliant pour les lèvres fée des lèvres est composé de sucre gommant et d’une délicieuse saveur de barbe à papa. Il vous débarrasse des peaux mortes, vous offrant des lèvres souples et douces. Massez simplement sur vos lèvres et léchez-vous pour éliminer le surplus (c’est du sucre pas de danger). Vous pouvez aussi juste vous rincer les lèvres si vous ne voulez pas avaler le produit.

CarnetsdeMarine_FéeDesLèvres

Ingrédients : 

  • Sucre en poudre (Saccharum officinarum)
  • Huile de jojoba bio (Simmondsia chinensis)
  • Alpha-Isomethyl ionone (Alpha-Isomethyl ionone)
  • Arôme (aroma), Colorant 45410 (CI 45410)
  • Colorant 45380 (CI 45380)

Mon avis :

Ce produit est très efficace, après l’avoir utilisé je n’avais en effet plus aucune peau morte. Ce n’étais pas très agréable cependant de racler mes lèvres pour en enlever les peaux mortes… Le goût est bon même si je ne vais pas me rouler par terre à chaque utilisation. 😉

Après avoir fini mon petit pot, j’ai vite compris que je pouvais reproduire cela avec du sucre et du miel chez moi. C’est maintenant ce que j’utilise. Toutefois, si vous n’avez ni sucre ni miel, je vous recommande chaudement ce produit pour éliminer vos peaux mortes.

J’ai testé : Spotlight ou Grease lightning

Je n’ai pas encore réussi à me débarrasser totalement de mon acné. Je me réveille certains matins en me demandant pourquoi ma peau m’en veut autant. 😉 Il y a des jours avec et des jours sans comme on dit. Ces dernières semaines c’était plutôt sans. Mais qu’à cela ne tienne, si ma peau fait de la résistance je vais lui apprendre la vie moi ! 🙂 A grand renfort de Spotlight (qui porte aujourd’hui le nom de Grease lightning). Spotlight est un gel transparent à base d’huile d’arbre à thé, de romarin, d’aloe vera et d’hamamélis.

Comme c’est si bien expliqué sur leur site : « Nous sommes trop souvent dérangés par les problèmes de peau pour nous arrêter et réfléchir à ce qu’ils sont : un pore congestionné qui s’est enflammé à cause d’une accumulation de bactéries. Notre infusion d’herbes revitalise la peau, alors que le jus de raisin nettoie et garde ces zones propres. Vous voyez ? Pas si terrifiants après tout. »

Ingrédients :

  • Infusion de thym, de romarin et d’arbre à thé (Thymus vulgaris ; Rosmarinus officinalis ; Melaleuca alternifolia)
  • Eau (Aqua)
  • Gel d’aloe vera bio issu du commerce équitable (Aloe barbadensis)
  • Eau de mer fraîche (Aqua)
  • Jus de raisin (Vitis vinifera)
  • Extrait de carraghénane (Chondrus crispus)
  • Limonene
  • Parfum (Perfume)
  • Parahydroxybenzoate de méthyle (Methylparaben)

CarnetsdeMarine_Spotlight

Mon avis :

J’aime beaucoup la texture de ce produit : frais, facile à appliquer et qui pénètre aisément. Ce n’est pas comme étaler une crème avec cette sensation d’aspect graisseux qui vous colle à la peau après. L’odeur est très agréable.  Il faut appliquer le produit à l’aide d’un doigt sur une peau parfaitement nettoyée – (à appliquer 2 ou 3 fois par jour si vous êtes à la maison).

Attention ! A cause de l’aloe vera qu’il contient, le produit va sécher et former une pellicule blanche sur votre peau. Ce sera un peu comme après un coup de soleil quand la peau pèle. Donc utilisez le plutôt avant d’aller vous coucher, sinon avant de sortir vérifiez bien que vous n’êtes pas devenu un lézard. 🙂

Ce produit est vraiment efficace pour éliminer les boutons occasionnels. Le prix est vraiment raisonnable par rapport aux autres produits anti-imperfections vendus sur le marché.

Verdict, j’adore ce produit et je le recommande. Il faut juste faire attention à son problème de peau qui pèle et parfois la pompe doseuse fonctionne mal…