Seoraksan – Ulsanbawi

Ulsanbawi se compose de six pics de granite sur une circonférence de 4km. Le sommet d’Ulsanbawi vous offre une vue exceptionnelle sur le parc de Seoraksan, sur la mer de l’est, sur le pic de Dalma, et sur l’ensemble du réservoir de Haksapyeong. On peut expliquer le nom d’Ulsan Bawi de trois façons différentes. Premièrement le site ressemble à une barrière (« ultari »), deuxièmement selon une légende ce peut-être le nom de la ville du Gyeongsanbukdo, enfin cela peut vouloir dire la montagne qui pleure.

Il ne faut pas moins de deux heures pour se rendre au sommet (4km) de Ulsan Bawi. Après avoir passé le temple Sinheung, si vous continuez pendant 10 minutes, apparaît un pont. De l’autre côté du pont sur la droite se trouve l’ermitage de Anyang. Si vous continuez encore 25 minutes vous trouverez sur votre droite l’ermitage de Naewon et 300 mètres plus loin se trouve l’ermitage de Gyejo (10 minutes).

A l’ermitage de Gyejo se trouve un immense rocher rond qu’une personne seule en le poussant peut faire se balancer. L’ermitage a été conçu en utilisant une grotte naturelle Si l’on se place devant le rocher rond on peut apercevoir Ulsan Bawi par delà l’ermitage.

On accède à Ulsan Bawi depuis l’ermitage par un chemin long de 500 mètres. Il s’agit du plus gros rocher d’extrême orient. Haut de 950 mètres, formé de précipices de tous les côtés, il a été équipé d’un escalier en fer de 808 marches afin que l’on puisse accéder à son sommet.

Seoraksan – Le fort de Gwongeumseong

Gwongeum est une montagne qui s’élève au sud de Seorak-dong. La solution la plus rapide et la moins fatigante (et donc celle que j’ai choisi (^_^)) pour s’y rendre est de prendre le téléphérique.

CarnetsdeMarine_Gwongeumseong

Un billet aller-retour coûte 10 000 wons (= 7,98 euros) pour un adulte.

Comment accéder au téléphérique

Pour trouver le téléphérique, une fois passé le guichet continuez tout droit, après la statue avec un ours et l’inscription « Seoraksan » où tout le monde se prend en photo, continuez tout droit. Vous passerez devant une pagode, continuez tout droit. Vous finirez par voir les câbles, continuez tout droit et sur votre gauche vous trouverez le bon bâtiment. Ce n’est pas très loin de l’entrée, je dirais qu’en 10 minutes vous y êtes. Achetez votre ticket et ne le jeter qu’une fois revenu ! J’ai failli jeter le mien en jetant mon gobelet arrivée en haut… L’accès au téléphérique est au deuxième étage il me semble, dans tous les cas il faut monter. Vous ne pourrez pas le manquer.

Au rez-de-chaussée vous trouverez une cafétéria et des toilettes. Je remplissais ma bouteille d’eau à la fontaine de la cafétéria, il y a une terrasse assez agréable si vous avez besoin de vous reposer.

La montée de 1,1 km est rapide, bien organisée, mais peut être annulée à tout moment en cas de grand vent. Il peut y avoir beaucoup de monde ce qui peut un peu gâcher l’expérience (surtout quand on veut prendre des photos ou filmer et que les personnes vous bloquent la vue malgré elles…). Toutefois, je vous recommande vraiment de prendre le téléphérique, pas seulement parce que c’est un truc de flemmard, mais pour la vue que vous aurez dedans. Rien que pour cela je vous invite à dépenser 10 000 wons et suer un peu moins. 🙂

Une fois arrivé en haut, vous trouverez une nouvelle cafétéria, des toilettes, etc. (on ne risque pas de mourrir de faim à Seoraksan) vous grimperez vers une belle esplanade rocheuse. Le chemin est constitué d’une armature en forme de pont alternant marche et pont. Vous ne marcherez pas tellement sur la terre ferme mais plus sur cette suture conçue pour faciliter la marche je suppose. Cela vous prendra 25 minutes environ.

Une fois arrivé sur l’esplanade vous pourrez admirer une vue magnifique sur l’ouest du parc : rivière, montagnes, vallées, etc.

Un petit pic où flotte un drapeau coréen fait office de sommet. Il s’écroulera sans doute un jour. Vous pourrez également voir les ruines d’un fort appelé Gwongeumseong, construit en 1253 et servant de refuge lors de l’invasion mongole.

Honnêtement, oui la vue était très belle, mais pour ce qui est des restes du fort… Il n’y avait pas grand chose à admirer. De plus, il y avait beaucoup de monde en train de se prendre en photo, c’était le seul point négatif.

○○○○○○○○ Everest ○○○○○○○○

Carnets_de_Marine_Everest

Date de sortie : 23 septembre 2015
Durée : 2h02 min
Réalisateur : Réalisé par Baltasar Kormakur
Acteurs : Jason Clarke, Jake Gyllenhaal, Josh Brolin, John Hawkes, Keira Knightley
Genre : Aventure, drame, documentaire

Résumé :
Inspiré d’une désastreuse tentative d’ascension de la plus haute montagne du monde, Everest suit deux expéditions distinctes confrontées aux plus violentes tempêtes de neige que l’homme ait connues. Luttant contre l’extrême sévérité des éléments, le courage des grimpeurs est mis à l’épreuve par des obstacles toujours plus difficiles à surmonter alors que leur rêve de toute une vie se transforme en un combat acharné pour leur salut.

Carnets_de_Marine_Everest

Mon avis :
Soyons honnête je ferais probablement des cauchemars pendant un mois après avoir vu ce film… Mais c’est sans doute car il traite de ma plus grande phobie, voyez-vous je suis sujette au vertige. Ma famille adore partir en randonnée, descendre des précipices et escalader… moi pas. Et comme son nom l’indique ce film nous présente des personnes qui monte l’Everest, nous avons donc toutes sortes de plans sur le vide, des paysages certes magnifique mais totalement effrayant pour moi 😉
Toutefois, je le reconnais, ce film est super, pas de le sens ou vous aller vous divertir pendant 2h. Non, vous aurez le souffle coupé pendant ces 2h. Dès le début avec les paysages magnifique, les personnages qui se rencontrent et la découverte de ces passionnés d’alpinisme. Je dois l’avouer je n’y connais pas grand-chose en alpinisme et par exemple je ne savais même pas que l’Everest était ouvert aux non-professionnels… Pour moi inculte et sujette au vertige, vouloir s’infliger cela alors qu’on n’est même pas professionnel me paraît fou.
Dans cet aspect le film m’a beaucoup aidé à comprendre pourquoi souffrir autant, pourquoi escalader l’Everest avec tous les risques que cela comporte. Il y a notamment une scène dans le film ou un reporter demande à ces passionnés pourquoi ils font ça ? Pourquoi dépenser une fortune et souffrir autant sans même être sûr de pouvoir atteindre le sommet et surtout de pouvoir en redescendre ? L’un des personnages (Doug un facteur) explique qu’il le fait parce qu’il le peut et que ce serait un crime de ne pas le faire alors qu’il le peut… Un peu plus loin Beck lui explique qu’à la maison il a toujours l’impression d’être poursuivi par un nuage noir, alors qu’en haut d’une montagne le nuage se dissipe.
Ce film m’a beaucoup émue, peut-être du fait que ce soit tiré de faits réels, peut-être car les acteurs étaient excellents et l’Everest l’incarnation de la beauté glacée et mortelle de la nature, dans tous les cas je vous le recommande chaudement. Toute cette tension, ces émotions, toutes ces choses vous bouleverseront. Que vous soyez passionnés ou non ce film vous aidera à grandir dans votre âme comme dirait un ami 😉

Carnets_de_Marine_Everest

Trailer : https://youtu.be/H0J23Tk_lfY

Note : 8/ 10