Musée national d’anthropologie, Mexico

Carnets_de_Marine_Musée_national_anthropologie_MexicoVoici un petit aperçu de ma visite du musée national d’anthropologie de Mexico. Pour vous y rendre prenez le métro 7 (couleur orange) et descendez à la station Auditorio. Il vous suffira alors de longer le parc de Chapultepec sur une centaine de mètre. Face au musée vous pourrez voir des voladores. (donnez-leur 10 à 20 pesos c’est leur seul revenu)Carnets_de_Marine_Musée_national_anthropologie_Mexico

La cour intérieure du muséeCarnets_de_Marine_Musée_national_anthropologie_Mexico

Consacré à l’archéologie et l’histoire des civilisations préhispaniques du Mexique, principalement de Mésoamérique, et à l’ethnographie des actuels peuples indigènes du pays. Depuis son inauguration en 1964, il est considéré comme un des plus importants musées mexicains et, avec plus de 2 millions de visiteurs en 2014, c’est également le plus visité.Carnets_de_Marine_Musée_national_anthropologie_Mexico

Si vous souhaitez le visiter prévoyez 3h ou 4h. En effet, le musée est composé de 23 salles d’exposition permanente, une salle d’expositions temporaires et 2 auditoriums, sur une surface totale de 30 000 m².

Carnets_de_Marine_Musée_national_anthropologie_Mexico

Au rez-de-chaussée se trouvent les salles présentant l’histoire ancienne du Mexique. Dans la première salle à droite du pilier central on nous présente la préhistoire au Mexique et comment les premiers hommes y ont migré en traversant le détroit de Béring et y ont vécu. On y trouve notamment une reconstitution du squelette de Lucy.

Carnets_de_Marine_Musée_national_anthropologie_Mexico

Viennent ensuite les salles consacrées au peuplement de l’Amérique, au Préclassique dans le plateau central du Mexique, à Teotihuacan, à l’époque toltèque, aux Mexicas, aux cultures de Oaxaca, aux cultures de la côte du golfe du Mexique, aux anciens Mayas, aux cultures du nord du Mexique et enfin aux cultures de l’ouest du Mexique.

Carnets_de_Marine_Musée_national_anthropologie_Mexico

L’étage est consacré à l’ethnographie avec une présentation des différents peuples amérindiens qui vivent actuellement au Mexique.

Carnets_de_Marine_Musée_national_anthropologie_Mexico

Enfin, le musée dispose de 35 700 m2 d’extérieurs, dont la place à l’entrée du musée, le patio intérieur et d’autres cours extérieures reliées à chaque salle.

Carnets_de_Marine_Musée_national_anthropologie_Mexico

À l’entrée du musée des agents de sécurité fouilleront vos sacs, vous serez obligé de laisser vos sacs à dos au vestiaire (le musée n’étant pas responsable s’il y a des pertes), les petits sacs à main ne sont pas concernés, donc mesdames ce sera à vous de porter ce jour là. Évitez tout simplement d’emmener des objets de valeur.  😉

Carnets_de_Marine_Musée_national_anthropologie_Mexico

Il vous sera interdit d’avoir des selfies stick, des armes, de la nourriture ou des boissons sur vous.Carnets_de_Marine_Musée_national_anthropologie_Mexico

Le prix d’un ticket pour 1 adulte est de 60 pesos. Vous remarquerez vite qu’au Mexique il n’y a pas beaucoup de tableau indiquant les prix des billets… Il faudra attendre d’avoir fait la queue pour que le guichetier vous annonce enfin le prix.Carnets_de_Marine_Musée_national_anthropologie_Mexico

Il y a des bancs un peu partout pour se reposer et des toilettes à chaque étage (non-payants et très propre). Il y a même une cafétéria avec un buffet je crois, si vous êtes pris d’une petite comme d’une grosse faim. 🙂

Carnets_de_Marine_Musée_national_anthropologie_Mexico

Voilà j’espère que ces informations vous auront aidé, ou bien qu’elle vous auront donné un petit aperçu de Mexico et de ses trésors cachés, dans tous les cas je vous invite vivement à vous rendre à ce musée si vous voyagez au Mexique ! Merci à tous 🙂

Carnets_de_Marine_Musée_national_anthropologie_Mexico Carnets_de_Marine_Musée_national_anthropologie_Mexico

Vivre au Mexique : 7 règles de base ?

Je ne sais pas pour vous mais avant de me lancer dans la grande aventure, j’avais un peu peur de partir vivre au Mexique. Voici un article pour vous aider dans votre décision !

Carnets_de_Marine_Mexique

Oui il ne faut pas être naïf, tout ce que l’on raconte sur le Mexique n’est pas forcément vrai mais une bonne partie si. Mais il ne faut pas non plus tomber dans le cliché. Ce n’est pas parce que vous vivez dans ce pays que vous allez forcément rencontrer des narcotrafiquants où bien vous faire kidnapper. Pour vivre ici, il suffit juste d’être vigilant. Après tout, j’étais tout autant vigilante à Paris et à Marseille, cela ne me change pas tellement.

Si vous suivez ces quelques règles de survie vous ne devrez pas avoir de problème, à moins d’être malchanceux évidemment.

1) Ne parlez jamais français ou tout autre langue en public, essayez toujours de vous exprimer en mexicain (espagnol), même si vous avez un accent, peu importe. Grâce à cela les gens verront que vous les comprenez et oseront moins vous arnaquer notamment. De plus, les mexicains apprécieront votre effort !

2) Si quelqu’un vous demande si vous êtes étranger évitez la question, blaguez « No me digas, que si soy mexicano no se ve ! ». Si votre physique vous le permet affirmez que vous avez passé quelques années à l’étranger d’où votre accent. Si votre physique ne vous le permet vraiment pas, expliquez que vous êtes à moitié mexicain et que vous séjournez dans votre famille. Ne laissez jamais croire que vous êtes seul, étranger et donc une proie facile.

Carnets_de_Marine_Mexique

3) Ne prenez jamais de taxi dans la rue et ne montez pas dans n’importe quel bus. À l’aéroport allez au guichet des taxis et commandez un taxi. La course vous reviendra sans doute un peu cher pour aller dans le centre de Mexico, mais c’est plus sûr (comptez environ 300 pesos). De même renseignez-vous et appelez toujours un « radio taxi » ou « taxi de sitio » pour vous déplacer, ne prenez jamais de taxi dans la rue, c’est le meilleur moyen de se faire voler (voire agresser). Pour les bus vous pouvez prendre les bus longue distance à la gare routière (estacion de camiones) mais évitez d’avoir l’air perdu. Marchez droit devant vous sans prêter attention aux gens et évitez d’attirer l’attention. Vous pouvez également prendre le « metrobus » et le « turibus » dans Mexico pour vous déplacer. Le métro est aussi un bon moyen de transport. Attention aux heures de pointes ils existent des rames de métro réservées aux femmes et aux enfants.

4) Ne buvez pas d’eau du robinet, toujours de l’eau en bouteille et lavez-vous les dents avec de l’eau en bouteille également.

5) Ne mangez pas de fruits sans les peler et de légumes sans les avoir désinfectés (vous pouvez achetez en pharmacie du permanganate de potassium ou des petites tablettes qui se dissolvent dans l’eau et qui vous permettront de désinfecter les légumes) voire cuit.

6) N’oubliez jamais de donner des pourboires (  » la propina  » ), cela correspond à 10% de l’addition dans les restaurants. Aux gens qui vous aident à vous garer ou à ranger vos courses, donnez 1 à 5 pesos. La propina n’est pas obligatoire mais c’est très très très mal vu de ne pas la donner. Ainsi assurez-vous d’avoir toujours de la monnaie sur vous.

7) Ne mangez jamais dans la rue, les règles d’hygiènes ni sont pas du tout respectées et vous n’avez pas les anticorps nécessaires pour ne pas tomber fatalement malade si vous y mangez. Vous risqueriez d’attraper le ténia ou même la diphtérie. Mangez dans des restaurants qui vous vous paraissent le plus propre possible même si vous devez payer plus cher… Mieux vaut éviter de passer votre séjour au toilette ou pire à l’hôpital !

Voici quelques règles de survie basique pour vivre dans ce merveilleux pays car s’il faut faire plus attention ici qu’en France je peux vous assurer que vous vivrez une merveilleuse expérience en venant ici. La vie y est plus intense, tout est exacerbé, les paysages sont à couper le souffle, la nourriture est à se damner et les gens rigolent de tout. La suite au prochain article 😉

Carnets_de_Marine_Mexique

♦○♦ 13 choses à faire avant votre départ au Mexique ♦○♦

C’est officiel, je pars pour 5 mois aider un ami à monter sa boîte de jeux vidéos et d’applications. Départ prévu le 18 juillet 2015, j’ai hâte de décoller. Voici quelques conseils pour bien préparer votre départ.

1) Vaccins
Le Mexique est un pays où il ne fait pas bon tomber malade. Avant de partir sachez qu’il faut prévoir certains vaccins, notamment si vous allez dans des zones tropicales. Je vous invite donc à vous rendre chez votre médecin avec votre carnet de vaccination. Il saura vous dire quels sont les vaccins qu’il faut vous faire avant votre départ et si vous avez besoin de vous faire certains rappels. Prévoyez ce rendez-vous assez tôt car les vaccins de maladies tropicales assez rares ne sont disponibles que dans certains centres de vaccination (surtout les gens vivant dans des petites villes) ! Et la liste d’attente est parfois longue surtout en période estivale. En outre, si vous avez plusieurs vaccins à faire, cela permettra d’étaler un peu les vaccinations. Il y a deux ans j’étais partie au Mexique au dernier moment et j’avais du faire 4 vaccins en 2 jours. D’une ce n’est pas très conseillé, de deux c’était très désagréable… (Mes épaules s’en souviennent encore). Autant vous dire que ça, plus les 22h de trajet le jour suivant, je suis arrivée fraîche comme une rose au Mexique (j’ai dormi une journée entière pour m’en remettre). Il n’y a pas de vaccin obligatoire pour aller au Mexique. Mais je vous recommande vivement de prendre rendez-vous avec votre médecin qui saura vous conseiller à ce sujet, les vaccins contre l’hépatite A et la fièvre typhoïde sont notamment recommandés. Pour en savoir plus sur les recommandations du ministère des affaires étrangères concernant la question de la santé au Mexique, je vous invite à aller ici.

Carnets_de_Marine_Mexique

2) Assurance
Dans la vie de tous les jours vous bénéficiez déjà d’assurances : responsabilité civile, logement, voiture, etc. Toutefois lorsque vous partez à l’étranger il faut prendre encore un nouveau type d’assurance. Celle-ci vous couvrira à la fois pour la responsabilité civile, le voyage, le rapatriement si besoin est, le remboursement de vos frais médicaux, etc. Il en existe beaucoup, à des prix très variables. Elles ont souvent des noms exotiques : le pack monde, le pack voyage et autre. Mon conseil, prenez des choses que vous connaissez, appelez l’agence qui vous assure actuellement et demandez leur quelles offres existent dans votre cas. Baladez-vous un peu sur les sites pour voir quelles sont les différences et demander à votre assureur pourquoi il ne garantit pas ceci et cela alors que tel concurrent si. Payer cette assurance peut paraître coûteux et inutile, mais je vous assure que vous serez bien content de l’avoir pris le jour où vous aurez un soucis de santé.

Carnets_de_Marine_Mexique

3) Prenez rendez-vous avec votre conseiller financier

D’une par car certaines carte bancaire ont un seuil maximum de retrait qui pourrait vous poser de gros soucis à l’étranger où parfois le liquide sera votre seul moyen de paiement. Si vous voulez prendre un billet d’avion mais que votre seuil de retrait s’élève à 500€ vous serez vite bloqué. Deuxièmement car certaine carte sont tout à fait inutiles à l’étranger, il vous est impossible de retirer de l’argent avec (notamment les cartes à électron). À la fin de votre rendez-vous vous saurez combien vous pouvez retirer à la fois, combien de temps votre carte restera bloqué si vous dépassez ce seuil, s’il vous est possible de retirer à l’étranger avec cette carte et qui contacter en cas de problème.

Carnets_de_Marine_Mexique

5) Passeport et visa
Vérifiez que votre passeport est encore valable au moins pour toute la durée de votre séjour. Vous n’avez pas besoin de demander de visa en tant que touriste. Toutefois vous ne pouvez rester que  6 mois au Mexique. La solution pour échapper à cette règle étant d’effectuer une sortie de territoire puis de revenir. Prenez l’avion pour un pays voisin, passez la nuit à l’aéroport et retournez au Mexique 😉 Je vous invite à cliquer sur ce lien pour en savoir plus sur comment renouveler son passeport. Et je vous invite à aller ici pour connaître les recommandations du ministère des affaires étrangères sur la question.

Carnets_de_Marine_Mexique

6) Permis international 
Les avis diffèrent sur la question. Certains disent qu’il vaut mieux en faire la demande d’autres affirment que son permis de conduire et son passeport suffisent. Personnellement je vous conseille d’en faire la demande. C’est très simple, assez rapide et c’est gratuit ! On ne sait jamais sur quel type de policier on va tomber au Mexique, il suffit qu’il veuille vous embêter et il pourrait vous ennuyer avec cela. Vous trouverez sur Internet un formulaire à compléter, à signer et à envoyer ou déposer à sa préfecture ou sous-préfecture, accompagné de pièces justificatives : 1 copie de votre permis national recto verso, 1 copie de votre pièce d’identité recto verso, 1 copie d’un justificatif de domicile de moins de 3 mois (facture de téléphone fixe ou mobile, d’eau, d’électricité, avis d’imposition) et 2 photos d’identité récentes sur fond clair.
Si comme moi vous n’avez pas de logement (étudiante changeant de stage et de ville tous les 6 mois) , il vous faudra une attestation d’hébergement originale, datée et signée, une photocopie du justificatif d’identité et du justificatif de domicile de l’hébergeant et tout document attestant de votre domiciliation à cette adresse (carte vitale, relevé bancaire, attestation de droits sociaux, bulletins de paie…). Pour en savoir +, je vous invite à aller ici.

Carnets_de_Marine_Mexique

7) Le climat
Il existe une saison sèche et une saison des pluies relativement bien déterminée au Mexique. La pluie tombe généralement entre Juin et mi-Octobre et laisse ensuite place à des mois plus secs. Lors de la saison des pluies, les averses tombent en fin d’après-midi et ne durent à peu près qu’une heure. Jusqu’à 1 000 m d’altitude, la température moyenne est de 25°C, de 1000 à 2000 m, la température moyenne est de 18°C. Au-dessus de 2000 m, il fait plus frais. Le Mexique fait partie de la ceinture des ouragans dont la période se situe généralement entre Juin et Novembre. Pensez à tout cela avant de partir. Par exemple, prévoyez de pulls même en été si vous allez à Mexico DF (District Federal -> la capitale), car la nuit à plus de 2 500m d’altitude il fait froid ! Dans les régions tropicales comme le Yucatán n’espérer pas faire sécher vos lessives, vous aurez vite l’impression de vous transformer en champignon ambulant…

Carnets_de_Marine_Mexique

8) Décalage horaire
Cela peut paraître anodin, mais il y a 7h de décalage horaire entre le Mexique et la France. En France, il faut compter 7h de moins qu’au Mexique, à l’inverse une fois au Mexique comptez 7h de plus en France. Pensez-y avant d’appeler quelqu’un à 3h du matin…

Carnets_de_Marine_Mexique

9) Coût de la vie
La vie est moins chère au Mexique, notamment au niveau de la nourriture et du logement. Vous pouvez facilement compter 40€ / jour et par personnes. C’est visible pour tous ce qui est nourriture, restaurant, logement, transport et même vêtement ! Prenons un exemple j’ai payé 15 € moins chère ma bague Pandora là-bas (j’ai comparé les prix en rentrant) ! Là-bas vos euros valent beaucoup et la vie quotidienne est moins coûteuse mais sans doute de moins bonne qualité et encore plus discriminante qu’ici.

Carnets_de_Marine_Mexique

10) Monnaie
La monnaie mexicaine est appelée le pesos. 1€ équivaut à peu prêt à 18 pesos. Et 1 pesos vaut environs 5 centimes d’euros. Il est conseillé d’avoir toujours un peu de liquide sur vous quand vous arriverez au Mexique, pour payer votre taxi par exemple (attention ils augmentent souvent leur prix lorsqu’ils se rendent compte que vous êtes étranger). Malheureusement cela vous coutera cher de le faire dans un bureau de change en France, et aussi aux aéroports. Vous paierez des taxes assez élevées chaque fois que vous retirerez de l’argent alors retirez des grosses sommes pour retirer le moins possible (sans exagérer non plus dans le cas où vous vous feriez voler). Attention vérifiez toujours que la machine acceptera bien votre carte (sans carte bleue en pays étranger vous allez galérer).

Carnets_de_Marine_Mexique

11) Se déplacer
Il n’existe pas de trains comme en France, là-bas le réseau ferroviaire sert uniquement à transporter des marchandises. L’avion est très développé au Mexique qui est un vaste pays. Les mexicains prennent souvent des vols intérieurs pour effectuer de longs trajets. Le réseau de bus est très développé car énormément de personnes les utilisent ! Toutefois, faites attention et renseignez-vous un peu avant de monter dans un bus (évitez par exemple les bus verts à Mexico, les conducteurs sont connus pour conduire très dangereusement). Les mexicains utilisent aussi beaucoup les taxis, bien moins chers qu’en France. Mais encore une fois ne prenez pas n’importe quel taxi (ne prenez JAMAIS les petits taxis verts), vérifiez qu’ils sont accrédités avant. Le pays est un pays où le risque de kidnapping est très élevé, alors restez toujours vigilant ! Voici quelques recommandations du ministère des affaires étrangères : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/mexique-12292/.

Carnets_de_Marine_Mexique

12) Insécurité
Oui le Mexique est un pays dangereux. Tremblements de terre, cyclones, volcans actifs, dengue, paludisme, kidnapping, etc. La liste est longue, mais pas plus qu’ailleurs. Évitez le Nord du pays et certains États comme le Michoacán qui se révoltent souvent contre le gouvernement. Vous trouverez sur le site de diplomatie française une carte détaillée des endroits à éviter. Si vous restez vigilant et que vous vous êtes bien préparé à ce voyage (vaccin, assurance, passeport, pesos, etc.) il ne vous arrivera sans doute rien. Personnellement je me suis sentie bien plus en sécurité à Mexico DF que dans une ville comme Marseille, ou en Seine Saint Denis. Pour en savoir + sur les recommandations du ministère des affaires étrangères, je vous invite à cliquer ici.

Carnets_de_Marine_Mexique

13) Communiquer
Vous pourrez utiliser le wifi au Mexique, le système est très développé là-bas. On peut souvent capter le wifi public un peu partout même dans des parcs ! La qualité de la connexion est certes très mauvaise (oui au Mexique la fibre n’existe même pas) et je me souviens que c’était très lent et je galérais à voir des séries car cela coupait souvent. Mais vous pourrez en trouver partout. Si vous allez là-bas pour y vivre comme moi, je vous préviens les abonnements sont souvent coûteux pour leur résultat médiocre, mais c’est comme ça que voulez-vous 😉

Carnets_de_Marine_Mexique

♦◘♦◘♦ La recette du jour ♦◘♦◘♦

Le Mole Poblano

Carnets_de_Marine_Recette_du_Mole

Une fois n’est pas coutume je vous présente aujourd’hui une recette de mon pays maternel : le Mexique. Le mole poblano est une plat à base d’une sauce au chocolat d’où son originalité. Lorsque j’en prépare à mes amis cela les surprend un peu au début mais tous adorent ça à la fin !

 Ingrédients (pour 6 à 7 personnes) :

  • Poulet : 6 pièce(s)
  • Piment ancho : 10
  • Piment chipotle : 5 g
  • Bouillon de volaille : 1 l
  • Gousse(s) d’ail : 2 gousse(s)
  • Oignon(s) : 2 pièce(s)
  • Amande(s) entière(s ) : 100 g
  • Tomate(s) : 4 pièce(s)
  • Graines de sésame blanches : 50 g
  • Coriandre en grain : 5 g
  • Clou(s) de girofle : 4 pièce(s)
  • Cannelle en poudre : 7 g
  • Sel fin : 6 pincée(s)
  • Huile d’arachide : 20 cl
  • Chocolat noir : 40 g
  • Tortilla(s) de blé : 3 pièce(s)
  • Huile d’olive : 5 cl
  • Eau : 2 cl

Garniture

  • Riz basmati : 350 g
  • Eau : 85 cl
  • Gros sel : 5 g

Carnets_de_Marine_Recette_du_Mole

 

Préparation du Mole Poblano :

1) Couper les suprêmes de volaille en gros cubes et les assaisonner en sel fin.
2) Dans une poêle avec de l’huile d’arachide, colorer les morceaux de volaille puis les réserver dans un plat à gratin.

3) Couper les piments en quartiers et les laisser tremper dans l’eau bouillante pendant 1h.
Conserver ensuite l’eau, jeter les tiges et les graines.
4) Griller les graines de sésame ( étalez-les dans une poêle, idéalement anti-adhésive, laissez-les griller pendant quelques minutes à sec en les remuant de temps en temps et enlevez-les dès qu’elles ont un peu dorées).

5) Couper les tomates en grosse brunoise.
Mettre les tomates et les piments chipotle dans une casserole avec 50 cl de bouillon de volaille et cuire le tout pendant 15 min.

6) Tailler les tortillas en triangles.
Faire chauffer l’huile d’arachide (si vous n’avez pas d’huile d’arachide ce n’est pas grave prenez de l’huile de tournesol), puis frire les tortillas et les réserver.

7) Éplucher les oignons et l’ail. Dégermer l’ail et émincer le tout.

8) Dans une casserole avec de l’huile d’olive, faites chauffer les piments ancho, les amandes, la coriandre, les clous de girofle, l’ail et l’oignon. Égoutter le tout, puis mixer avec un peu d’eau et la cannelle en poudre.

9) Disposer cette pâte dans une casserole avec un peu d’huile d’arachide et mouiller avec les 50 cl de bouillon restant. Laisser cuire, la sauce va épaissir en réduisant. Ajouter ensuite les pistoles de chocolat et le vinaigre de Xérès, puis verser la sauce sur la volaille. Terminer par la sauce tomate et mélanger.

10) Saupoudrer le tout de graines de sésame torréfiées.

Préparation de la garniture :

1) Laver le riz basmati à l’eau froide jusqu’à ce que l’eau soit claire. Mettre alors le riz dans une casserole et verser le double de son volume en eau. Ajouter le sel et porter à ébullition, puis baisser le feu et laisser mijoter à couvert jusqu’à ce que l’eau soit complètement absorbée.

2) Déposer le riz dans une assiette creuse et dresser le Moble Poblano dessus. Déguster aussitôt avec les tortillas croustillantes.

Voilà il ne vous reste plus qu’à vous régaler !

Mon astuce secrète :
La préparation de la sauce peut-être assez fastidieuse. Personnellement j’utilise souvent pâte à mole déjà préparée de la marque la costeña. Il suffit de la faire chauffer en la mélangeant avec de l’eau, puis ajouter le poulet (je le fais déjà poêler un peu) et quelques ingrédient du style coriandre, jus d’orange pressé, etc. (Chacun ses petits secrets). Laisser mijoter le poulet longtemps (au moins 1h, mais 3h c’est mieux, le plus simple c’est de le laisser toute la nuit pour que le poulet s’imprègne bien de la sauce). Quand j’ai la foi j’émiette mon poulet pour épargner aux personnes d’avoir à le dépiauter eux-même. Prévoyez du riz blanc en accompagnement et des tortillas mais le riz suffit.

Carnets_de_Marine_Recette_du_Mole

Petit rappel historique :
La création de cette recette remonte au XVIe siècle au couvent de Santa Rosa, à Puebla (un état du centre-sud du Mexique situé à l’ouest de Vera Cruz). Les religieuses, reconnues pour leurs talents de cuisinière, apprirent le jour même que l’archevêque du diocèse avait décidé de leur rendre visite… et d’y dîner. Affolées, après une courte prière demandant au ciel un peu d’inspiration pour satisfaire un hôte aussi distingué, elles apportèrent sur la table tout ce que contenait le garde-manger. Dans un grand bol, elles mélangèrent les traditionnels piments puis ajoutèrent des amandes, des tomates, de l’ail, des oignons, du pain, des tortillas, des graines de sésame, du sucre, des raisins secs, des bananes, du saindoux, des feuilles d’avocat, des herbes aromatiques et quelques autres épices. Elles écrasèrent, pilèrent ce mélange en ajoutant un peu de chocolat amer pour en corser l’arôme. Pendant que ce ‘mole’ (ou sauce) mijotait, on sacrifia une dinde que l’on mit tout simplement à rôtir. Ainsi fait, on déposa devant le prélat une dinde recouverte de cette sauce miraculeuse. Il en fut enchanté. Cette sauce se sert avec des tortillas, des tamales, de la dinde et du poulet.