GALICE #11 : 10e jour – Pozas et Fortaleza de Monterreal

Galice11_10ejour_CarnetsdeMarine

Pozas – Carballosa

Bien que le panneau indique Pozas de Carballosa, c’est en allant au Pozas de Mougas que nous sommes arrivés dans ce lieu paradisiaque.

Galice11_10ejour_CarnetsdeMarine

Nous avions quitté Vigo ce matin-là. Après des adieux déchirants avec les propriétaires de notre Airbnb, nous nous sommes lentement dirigés vers le Sud pour retourner à Porto. Ma mère s’était beaucoup attachée à la propriétaire du Airbnb, à laquelle elle s’identifiait car comme elle, ses enfants vivaient loin d’elle et lui manquaient. Oui, je ne vis pas à 10 km de chez mes parents mais je suis à 2h en train, concrètement ce n’est pas loin mais pour une mère mexicaine c’est la fin du monde… Les deux sont donc devenues proches en 2 jours. C’est assez fort que l’on puisse nouer des liens via l’utilisation d’Airbnb. Ce n’est pas seulement une application, je vois plus cela comme un grand réseau de voyageurs maintenant.

Galice11_10ejour_CarnetsdeMarine

Nous avons un peu longé la côte en voiture, respirant le vent marin à travers nos vitres baissées, profitant une dernière fois des paysages magnifiques de cette côte sauvage. Nous garderons ces derniers instants de roadtrip à travers la Galice gravés dans nos coeurs. Puis nous avons tourné à gauche dans une petite route sinueuse. Plus nous nous approchions de notre destination plus les virages et les montées s’accentuaient…

Galice11_10ejour_CarnetsdeMarine

Nous avons fini par nous garer sur une petite place de village. Nous ne pouvions plus continuer en voiture, la route était trop étroite et nous n’étions pas sûr de pouvoir faire demi-tour une fois arrivés à destination. La voiture était une location et nous ne voulions pas l’abimer l’avant-dernier jour de notre départ. Nous avons donc commencé à marcher dans les toutes petites rues de ce village perdu dans les collines. On se serait cru dans un village coupé du monde, de la réalité. Nous avons vu un groupe de jeunes rentrer chez eux à dos de poneys et attacher le poney dans le garage avant de rentrer dans leur maison comme si de rien n’était. Comme nous nous baladons à vélo ou à scooter eux se baladaient à poney. Nous avons croisé une petite voiture d’un autre âge qui roulait à vive allure dans cette route étroite. L’homme au volant s’est garé d’un geste expert dans une place microscopique. Je n’aurais pas cru possible de faire une telle manoeuvre, avec une telle fluidité dans un espace aussi restreint.

Nous arrivons au bout du village, un chemin en pierre s’enfonce dans la forêt. Nous suivons le chemin sous un soleil brûlant. J’hésite à me passer la tête sous la vieille fontaine que nous croisons à notre droite. Mais le GPS de mon téléphone m’indique que nous sommes presque arrivés à destination. Je suis sans cesse surprise de l’efficacité de mes applications GPS quand je voyage. Je ne sais vraiment pas comment faisaient mes parents quand ils voyageaient seulement avec des cartes. J’aurais été incapable de trouver ce village et ce sentier sans mon GPS. Peut-être planifiait-ils moins leur itinéraire et ce laissaient-ils plus surprendre. Peut-être auraient-ils aussi trouvé ce village après s’être perdu.

Il faut un peu grimper, mais nous sommes protégés par l’ombre des arbres maintenant. La fraîcheur nous redonne un peu d’entrain. Ma soeur marche devant moi, même pendant les randonnées l’ordre reste respecté. L’aînée devant, la cadette derrière, papa dans mes pas et maman qui traîne la patte derrière nous. L’ordre dans lequel nous marchons n’est qu’un détail et pourtant je pense qu’il veut dire beaucoup, sans jeu de mot.

Nous arrivons enfin à la pozas. C’est superbe, mais sur le moment je n’ai qu’une pensée : « je vais enfin pouvoir me rafraîchir un peu ». Nous nous baignons toutes, sauf mon père. L’eau est glacée et tout cela me rappelle les baignades dans les cours d’eau des montagnes en Corse. Nous voyons des poissons nager près de nous. La fatigue s’estompe petit à petit et se dilue dans l’eau glacée. Ma mère reste barboter plus longtemps que nous. Elle a toujours aimé l’eau et après la petite marche au soleil je pense qu’elle veut profiter de cette fraîcheur un maximum avant de retourner dans la fournaise.

Toutes les bonnes choses ont une fin. Nous quittons la pozas à regret. Cet instant devient un souvenir dont nous reparlerons. Nous nous souviendrons du chant des insectes, de l’eau translucide, des arbres autour de nous qui semblaient nous protéger et nous cacher du monde, de toutes ces choses que nous portons tous sur nos épaules sans pouvoir jamais les décharger, qui s’accumulent et s’accumulent. Nous sommes repartis affronter la vie qui continuait son cours sans nous. A la recherche de notre prochaine cachette où nous pourrons oublier le poids du temps.

Galice11_10ejour_CarnetsdeMarine

Nous reprenons la route. Heureux et fatigués. Nous nous arrêtons dans une ville pour boire un coup. Nous ne parlons pas beaucoup. Il n’y a rien a dire, nous nous contentons de profiter de cet avant-dernier jour en famille.

Galice11_10ejour_CarnetsdeMarine

Avant de nous rendre à la pozas nous avons fait un premier arrêt à la fortaleza de monterreal  à Baiona. Nous avons longé la muraille d’où vous pouvez profiter d’une superbe vue, d’abord sur le port puis sur la côte. Il y a également un sentier qui longe la côte.

Galice11_10ejour_CarnetsdeMarine

Dans mes souvenirs l’entrée pour longer les remparts n’était pas payante. Je vous le recommande car cela ne prend pas très longtemps, et la vue est magique.

Galice11_10ejour_CarnetsdeMarine

Nous avons mangé au bord de la plage, sous les arbres,  nos sandwichs tout simples.

Galice11_10ejour_CarnetsdeMarine

Je me suis souvent arrêtée prendre des photos, et j’ai vite fini à la traîne.

Galice11_10ejour_CarnetsdeMarine

Le chemin côtier avait l’air vraiment sympa à faire, malheureusement nous n’avions pas assez de temps.

Galice11_10ejour_CarnetsdeMarine Galice11_10ejour_CarnetsdeMarine

Pour finir voici la dernière ville à laquelle nous avons fait étape. Je ne me souviens plus de son nom et je ne voudrais pas vous donner la mauvaise information en devinant sur maps si c’était telle où telle ville.

Galice11_10ejour_CarnetsdeMarine

Je me souviens de ses petites ruelles, vides, car c’était l’heure où les gens évitent la chaleur.

Galice11_10ejour_CarnetsdeMarine

Je me souviens que j’avais mal aux pieds d’avoir marché toute la journée, que j’avais chaud et soif. Mais que malgré tout cela j’étais juste heureuse de marcher dans ces ruelles avec ma famille.

Galice11_10ejour_CarnetsdeMarine

Voyager seule a ses avantages mais voyager en famille c’est une autre expérience. Ce sont des souvenirs que je construis avec eux. Lorsque je voyage seule je suis la seule à me rappeler, j’aurais beau leur raconter en détails ce n’est pas la même chose que de le vivre ensemble.

Galice11_10ejour_CarnetsdeMarine

Notre voyage en Galice a été magique. Les paysages étaient superbes, les gens adorables, la nourriture excellente et le temps toujours au beau fixe (nous avons dû avoir 2 jours de gris et de pluie). Nous avons pu balader dans la nature et visiter des villes. Nous baigner dans la mer et dans des rivières.

Galice11_10ejour_CarnetsdeMarine

Si vous hésitez encore concernant votre prochaine destination pour cet été, pourquoi ne pas vous renseigner un peu sur la Galice. C’est un choix que vous ne regretterez pas.

Palais Changdeokgung – le palais de la Prospérité

Informations Pratiques

Métro Ligne 3 – Station Anguk

Ouvert du mardi au dimanche :
– de février à mai et de septembre à octobre de 9h à 18h
– de juin à août de 9h à 18h30
– de novembre à janvier de 9h à 17h30

Prix d’entrée :

  • 3000 wons
  • 5000 wons pour le ticket comprenant la visite du jardin secret (la visite de ce palais à peu d’intérêt sans le jardin secret)

De toutes mes visites de palais à Séoul (oui il y a beaucoup de palais vous verrez), c’est sans doute celui que j’ai préféré ! Vous devez absolument le visiter si vous visitez Séoul.

CarnetsdeMarine_Changdeokgung

Un peu d’histoire 

Construit en 1405 par le roi Taejong (1367-1422, 3e roi de la période Joseon) comme palais auxiliaire, le palais Changdeokgung est achevé en 1412. Il est depuis 1997 inscrit au patrimoine mondiale de l’UNESCO. Encore une fois, il fut complètement détruit par les japonais en 1592 lors de la série d’invasions. C’est fou tous les palais que je visitais en Corée ont tous été entièrement détruit par les japonais. Cette fois-ci cependant c’étais durant la guerre d’Imjin (1592-1598), lorsque le Japon veut envahir la Chine.

CarnetsdeMarine_Changdeokgung

Reconstruit de 1607 à 1610, le palais redevient le siège de la royauté en 1615. Il est à nouveau presque détruit en 1623, pas par les japonais, mais à cause d’un incendie lors d’une tentative de coup d’état.

CarnetsdeMarine_Changdeokgung

Le palais Changdeokgung est à nouveau reconstruit en 1647. Il redevint la résidence royale, excepté lorsque le roi Gojong logea au palais Deoksugung quelques années. Il brûla partiellement plusieurs fois. A cette époque les incendies étaient le premier ennemi de ce type de bâtiment. On peut citer par exemple le hall Daejojeon qui brûla en 1917. Pour remplacer certains des bâtiments des structures du Gyeongbokgung furent déplacés. Bien qu’environ la moitié des bâtiments a été détruit (incendies japonais), plusieurs sont encore très bien conservés :

  • La grande porte Donhwamun (1609)
  • La salle du trône (1609) : là où le roi donnait audience
  • Le hall Seongjeongjeon (1647) : là où le roi administrait le royaume un  bâtiment avec des tuiles bleu-vert (devenus rares en Corée)
  • Les halls Heuijeongdang et Daejojeon (1920): Heuijeongdang était les quartiers privés de la résidence royale, malheureusement il n’est pas accessible au public et Daejojeon était la résidence de la reine
  • Ochago : c’était le bureau des hauts fonctionnaires royaux, transformé en garage par les japonais (quel humour) 🙂
  • Nakseonjae (1846) : cette maison fut bâti pour les concubines royales, les reines venaient y tenir le deuil du roi défunt

CarnetsdeMarine_Changdeokgung

Le Jardin Secret ou Huwon garden

Attention il ne se visite qu’en visite guidée, vous ne pouvez pas le visiter seul !

Les visites guidées en anglais ont lieu 3 fois par jour à : 11h30 / 13h30 / 15h30.

CarnetsdeMarine_Changdeokgung

Comptez entre 1h et 1h30. N’espérez pas faire vos rebelles (^_^) à larguer la visite dès que vous pourrez, donc si vous ne supportez pas cela, ne gâchez pas la visite des autres et allez voir ailleurs si vous y êtes. 😉 (je parle d’expérience, une famille de français a fait chier du début à la fin pour visiter librement…).

Ce jardin a porté bien des noms, il s’appelait Bugwon (jardin nord) puis est devenu Geumwon ( jardin interdit) pour devenir Biwon (jardin secret) sous la colonisation japonaise. Aujourd’hui, on utilise encore Biwon mais Huwon est son nom actuel.

CarnetsdeMarine_Changdeokgung

pavillon Buyonjeong

Il a été construit en même temps que le palais et a lui aussi vécu de nombreux incendies. La plupart des bâtiments dans le jardin secret ont été rebâtis en 1623. Ce jardin est plus un immense parc qu’un jardin, il est composé de forêts, bassins, sources et pavillons où le roi et la famille venaient se reposer. Et on comprend pourquoi. Lorsque je suis entrée dans le jardin, j’ai eu l’impression d’entrer dans un de mes dramas, c’était magique : les bassins de nénuphars et les petits pavillons au milieu, les petits chemins au milieu de la forêt…  Le site est très bien conservé et protégé (d’où les visites guidées).

CarnetsdeMarine_Changdeokgung

Ongnyucheon

Huwon est le seul exemple intact d’un jardin royal coréen. Le pavillon Buyonjeong construit au XVIIIe siècle semble flotter au-dessus du bassin de lotus. En face le pavillon Juhamnu construit en 1777 est tout aussi magnifique. Il comprend 2 étages, le premier était réservé à la bibliothèque royale tandis qu’au second étage le roi organisait des banquets. Devant ce pavillon vous pourrez admirer la porte Osumun.

Il y a énormément de choses à voir dans ce jardin, mais je vous épargne la longue liste, le mieux c’est d’aller sur place armé de votre guide et d’un plan. 😉 N’oubliez cependant pas de faire un tour à la maison Yeon’gyeongdang ! C’est un des bâtiment qui m’a le plus plu. Cette maison a été construite en 1828 par le roi Sunjo (1790-1834, 23e roi de la période Joseon), elle est un modèle exacte des maisons de nobles (« yangban ») de l’époque. Il y a un quartier pour les hommes, un pour les femmes, un pour les domestiques, une bibliothèque et un pavillon. Le roi venait y expérimenter le style de vie de ses sujets, enfin juste celui des nobles. 😉

CarnetsdeMarine_Changdeokgung

Vous pourrez également admirer un bassin qui avait à l’origine la forme de la péninsule coréenne mais qui a ensuite été déformé par les japonais. Mais il ne perd rien de son charme pas d’inquiétude. Vous verrez dans ce bassin un pavillon en forme d’éventail ce qui est très rare (c’est même possible que ce soit un des seuls de Corée). Ce pavillon est appelé Bandoji (pas de panique, moi aussi j’ai du mal à retenir tous les noms…).

Après cela, votre guide vous emmènera à Ongnyucheon le « ruisseau aux eaux de jade », créé en 1636. Là, vous trouverez le sanctuaire Seonwonjeon, qui appartenait à l’origine au Deoksugung mais qui fut déplacé en 1921. Les portraits de 12 rois, brûlés lors de la guerre de Corée, y sont conservés.

CarnetsdeMarine_Changdeokgung

La visite du jardin secret s’achève devant un genévrier vieux de plus de 700 ans semblable a un dragon prêt à prendre son envol. La classe 🙂

Mes recommandations

Mettez des baskets pas de chaussures inconfortables et amenez de l’eau avec vous, surtout si c’est l’été. Vous ferez des petites pauses tout au long de la visite ne vous inquiétez pas. Vous trouverez des plans à l’entrée du palais. Le guide parle très bien anglais vous n’aurez pas de mal à le comprendre.

Bonne visite !

Nager avec des tortues à Akumal

Parce que parfois des images valent mieux que des mots, voici une vidéo que j’ai faite d’Akumal, une plage située non loin de Playa del Carmen, une ville de la péninsule du Yucatán au Mexique. Cette plage a cela de particulier que vous pouvez y nager avec des poissons, des tortues et même des raies ! Bien sûr, il faut respecter quelques consignes que des gentils messieurs vous expliqueront à votre arrivée. Ne surtout pas toucher les tortues, ne pas trop s’approcher, ne pas être à plus de 5 ou 6 personnes autour du même animal et ne pas rester plus de trois minutes près de la même tortue. Grosso modo, c’étaient les règles les plus importantes.

DSC06752

Akumal-la plage aux tortues

Je pensais qu’il faudrait beaucoup nager pour voir les tortues, mais non, en quelques brasses j’en apercevais déjà une ! Les messieurs à l’entrée vous proposerons de payer pour disposer d’un masque, tuba, gilet et de palmes mais une paire de lunette suffit amplement. Toutefois, ce qui vaut la peine c’est d’aller avec eux en bateau sur la barrière de corail pour faire du « snorkeling ». 😉