Festival mondial de Kimchi -> K-Mart

FestivalMondialDeKimchi_CarnetsdeMarine

Samedi 11 novembre, je me suis réveillée toute contente à l’idée de me rendre au festival mondial de kimchi à Paris à la mairie du 15e arrondissement. Oui, il y en a qui rendent hommages à toutes les personnes mortes pendant la Première Guerre Mondiale car, rappelons-le, le 11 novembre 1918 c’est à cette date  que nous avons signé l’armistice… Oui, il y a ces gens, et il y a moi, qui ce jour-là saute de joie à l’idée d’aller au festival mondial de kimchi. 🙂

« Le Kimjang c’est la culture du partage de la nourriture en Corée. Pour célébrer cela, l’association des résidents Coréens de France et la chaîne TV coréenne MBC (TF1 coréen !) organisent le festival mondial du Kimchi à Paris.

Au programme : 

Pour celles et ceux qui n’ont pas pu obtenir leur sésame pour l’atelier de confection du Kimchi, vous aurez un self Kimchi bar à disposition !
Il y aura des stands et food trucks culinaires pour vous faire découvrir les pâtes de poissons, soupes, nouilles, galettes de Kimchi, raviolis, viande cuite à la vapeur…
Mais surtout il y aura l’histoire du Kimchi qui vous sera racontée accompagnée d’une démonstration; des démonstrations de danses et musiques traditionnelles coréennes; l’atelier de confection de Kimchi; une dégustation de Kimchi; et pour finir des démonstrations de danse Kpop ! »

L’événement commençait à 12h et finissait à 15h sur le descriptif de Facebook. Je suis arrivée vers 12h30, 12h40 je pense. Il devait se dérouler sur le parvis de la mairie mais comme il pleuvait ils ont déplacé tout à l’intérieur. Je pense qu’une partie était prévue en extérieur et une en intérieur mais pas tout à l’intérieur.

FestivalMondialDeKimchi_CarnetsdeMarine

Lorsque je suis arrivée il y avait déjà une sacrée queue dehors et cela n’avançait pas du tout. Il y avait 1 food truck dehors et rien d’autres. Ils vendaient des kimbaps et des brochettes. J’ai adoré leur kimbap ! Le food truck s’appelait Kimpop food truck. Je vous le recommande chaudement et si vous savez où le trouver d’habitude je suis preneuse de l’info. 😉

FestivalMondialDeKimchi_CarnetsdeMarine

Tempura Kimbap de Kimpop food truck -> EXCELLENTS

C’est en faisant la queue que j’ai entendu un mec expliquer à sa copine qu’il avait discuté avec un gars à l’entrée qui lui avait expliqué qu‘à l’intérieur il n’y avait aucun stand de bouffe. Il y avait l’atelier de kimchi (pour lequel il fallait s’inscrire à l’avance), et au fond un spectacle de danse. Nous pouvions donc entrer, peut-être, après 1h30 d’attente, pour observer les gens préparer du kimchi, en goûter un peu, et voir le spectacle… Soyons honnête je pense que dans le tas 95% des personnes étaient là pour la bouffe. J’ai donc été enquêter sur le profil instagram d’une personne qui je savais était dedans. En effet, il ne semblait pas y avoir de stands de bouffe. Grosse déception… Pardonnez-moi je ne suis qu’un ventre.

FestivalMondialDeKimchi_CarnetsdeMarine

Pour ce qui est du Festival Mondial de Kimchi en lui-même je ne suis pas à même de le juger : je ne suis pas entrer dans la salle ! Je suis sûre qu’il y avait des choses très intéressantes notamment la danse et la musique avaient l’air assez cool. Je ne peux pas manger de Kimchi (ou alors vraiment peu) car cela me rend malade donc je vous avoue que je n’aurais pas pu apprécier cet événement à 100% dans tous les cas. Je suis sûre que les équipes ont fait de leur mieux étant donné les circonstances (pluie, etc.). Je suis dans tous les cas TRES reconnaissante que ce type d’événement concernant la Corée commence à se développer en France.

FestivalMondialDeKimchi_CarnetsdeMarine

Mes courses au K-Mart, j’en ai eu pour environ 50€ je crois

Mais ce n’est pas grave, car après cela je me suis rendue au K-mart (dans le 15e arrondissement). Si je ne trouvais pas de stand de bouffe coréenne, alors j’allais me faire ma propre bouffe coréenne.

K Mart : 11 rue Robert de Flers, 75015 Paris (01 40 59 42 72)

Et c’était le P-A-R-A-D-I-S ! Et pas seulement parce que j’y ai trouvé plein de produits coréens mais aussi des plats préparés comme du : KIMBAP ! 🙂

FestivalMondialDeKimchi_CarnetsdeMarine

Têtes de Kimbap 6€50 chez K-Mart

Musée National de Corée

CarnetsdeMarineMuséeNationalDeCorée

Informations pratiques

Ouvert :

  • Mardi, Jeudi, Vendredi : 9h – 18h
  • Mercredi, Samedi : 9h – 21h
  • Dimanche, Jours fériés : 9h – 19h

CarnetsdeMarineMuséeNationalDeCorée

Métro :
Station Ichon de la ligne 4 ou Jungang (sortie #2), la sortie est liée au musée par un tunnel souterrain.

Tarifs :
Exposition principale et musée des enfants : entrée gratuite.

CarnetsdeMarineMuséeNationalDeCorée

Visites guidées en anglais :
10h30 / 11h30 / 14h30 / 15h30.

Location audioguide tarifs :
– Audioguide : 1000 wons
– Videoguide : 3000 wons

CarnetsdeMarineMuséeNationalDeCorée

Qu’est ce que c’est ?

Le musée national de Corée est un musée qui possède plus de 135 000 pièces à sa collection. Seule une partie de ces pièces sont exposées sur 6 galeries. Les 2 premières galeries présentent des oeuvres représentatives de chaque période historique, depuis les origines de la culture coréenne aux temps modernes (fin de la dynastie Joseon).

CarnetsdeMarineMuséeNationalDeCorée

La 3e galerie expose des calligraphies et des peintures. Tandis que la 4e galerie propose des sculptures bouddhistes, des laques, des oeuvres en bois ou en métal ainsi que des céramiques.

CarnetsdeMarineMuséeNationalDeCorée

La 5e galerie vous aide à comparer la diversité des cultures asiatiques. Pour finir, la 6e galerie expose les donations : 800 pièces coréennes et étrangères.

CarnetsdeMarineMuséeNationalDeCorée

Le complexe comprend également un hall pour les expositions temporaires. Il y a aussi un musée pour les enfants qui leur permettra de découvrir la culture coréenne de façon ludique. Il y a également un grand jardin, avec des bassins et des statues.

CarnetsdeMarineMuséeNationalDeCorée

Les choses à voir :
– le bodhisattva coréen en position de méditation
– l’encensoir doré de la période Baekje
– la couronne en or de Silla
– les céladons de Goryeo
– les peintures de Joseon

CarnetsdeMarineMuséeNationalDeCorée

Pour en savoir plus : http://french.visitkorea.or.kr/fre/SI/SI_FR_4_2_1_1.jsp?cid=334055

CarnetsdeMarineMuséeNationalDeCorée

CarnetsdeMarineMuséeNationalDeCorée

En tout dernier, je vous propose une vidéo que j’ai réalisé sur le musée national de Corée. C’est bien souvent plus facile de se faire une idée en vidéo qu’en photo. 🙂 Je vous recommande ce musée que j’ai trouvé très intéressant. Il y avait beaucoup de pièces à voir, sur des périodes très variées, avec des panneaux explicatifs très bien fait.

Palais Gyeongbokgung (ou le palais du bonheur radieux)

CarnetsdeMarine_PalaisGyeongbokgung

  • Comment s’y rendre ?

Gyeongbokgung station – Ligne 3 (orange), sortie 5

  • Horaires et jours d’ouvertures ?

Le palais est ouvert du mercredi au lundi de 9h à 18h de mars à mai et de septembre à octobre.
De 9h à 18h30 de juin à août.
De 9h à 17h de novembre à février.

Il y a des visites guidées en anglais tous les jours d’ouvertures à 11h, 13h30 et 15h30. Les visites durent environ 1h10 min. Le point de départ se situe en face du centre d’information du palais après avoir passé la porte « Heungnyemun » (la deuxième porte, juste après avoir donné votre ticket à l’employé de la porte tourné à droite c’est juste là). Il y aura un grand « i » inscrit.

  • Prix ?

L’entrée pour un adulte est de 3000 wons.

  • La relève de la garde

Elle a lieu tous les jours ou le palais est ouvert à : 10h et 14h.
Il y a également un petit spectacle montrant les gardes en train de réaliser leur devoir : 11h et 13h.
Je vous recommande vivement les deux.

CarnetsdeMarine_PalaisGyeongbokgung

Histoire : partie 1 

CarnetsdeMarine_PalaisGyeongbokgungLe palais du bonheur radieux fut construit par le roi Taejo en 1394 lorsqu’il installa sa capitale à Séoul. Il choisit un emplacement géomantique spécial pour bénéficier du « gi » (énergie) des lieux. Le complexe comprenant près de 500 bâtiments était le siège du pouvoir et la résidence royale. Il fut complètement brûlé en 1592 lors de l’invasion d’Hideyoshi, non pas par les japonais mais par les esclaves royaux qui espéraient effacer les traces de leur condition.

Parenthèse : ce qui m’a choqué

CarnetsdeMarine_PalaisGyeongbokgungLorsque j’ai visité des palais je me suis vite rendue compte que partout où j’allais la même phrase était écrite : « détruit par les japonais ». Il y a beaucoup de palais à Séoul et je n’en ai pour le moment pas visité un seul qui n’est pas été « détruit, brûlé, etc. » par les japonais. Cela m’a aidé à comprendre pourquoi il existe encore une forte tension au sujet de l’occupation japonaise. Je veux dire en France aussi nous avons été occupé, nous avons vécu des guerres et des éléments de notre patrimoine culturel ont été détruit. Cependant, là pas un seul n’a été épargné… Ils auraient pu tout simplement les adapté pour autre chose. Pas besoin de tout brûler et détruire jusqu’à la dernière pierre…

Histoire : partie 2

CarnetsdeMarine_PalaisGyeongbokgungIl fut abandonné pendant 273 ans pour le palais Changdeokgung, jusqu’à ce que le régent Daewoo-gun décide de le reconstruire selon les plans originaux en 1865. Les travaux ne s’achevèrent qu’en 1872. Il ne fut habité que pendant 23 ans. En effet, le roi Gojong du se réfugier à la suite de l’assassinat de la reine Min par les japonais dans la légation russe, puis au Deoksugung (un autre palais). Les Japonais installèrent le siège de leur gouvernement à Gyeongbokgung, entre le hall du trône et la porte Gwanghwamun (la porte des mutations brillantes), geste hautement symbolique pour les coréens. Ils « déplacèrent » la plupart des 500 bâtiments, réduisant leur nombre à une dizaine… Le gouvernement coréen a engagé des travaux pour reconstruire peu à peu une partie de ces bâtiments détruits.

CarnetsdeMarine_PalaisGyeongbokgung

La porte Gwanghwamun

La porte Gwanghwamun

Concernant la porte Gwanghwamun, elle est en réalité considérée comme le centre spirituel de Séoul. Elle fût bâtie en 1395 et c’était alors la principale porte du palais. Seul le roi pouvait passer par l’entrée médiane, tandis que les 2 passages latéraux étaient réservés aux officiels de haut rang. Les intérieur devaient emprunter d’autres portes. Elle fût détruite en 1592, reconstruite dans les années 1860, puis déplacée par les japonais dans le mur est. Son sommet fut détruit pendant la guerre de Corée. Elle fût à nouveau déplacée en 1968 vers son emplacement originel et restaurée. Le président Park Chung Hee écrivit l’enseigne en hangeul et non en chinois.

Sur les côtés 2 animaux mythiques (« haetae ») protègent le palais du feu, on a constaté le résultat 😉 ).

Personnellement, je crois que j’ai pénétré dans le palais par la porte est qui est appelée Geonchunmun. Une fois dans l’enceinte allez au guichet et achetez vos billets ou vous ne pourrez pas entrer. Pour demander un billet, les employés parlent un peu anglais donc ne vous inquiétez pas. Sinon je vous recommande de réviser quelques phrases de bases avant d’arriver. 😉

Geunjeongkeon

CarnetsdeMarine_PalaisGyeongbokgung

Geunjeongkeon

Une fois dans l’enceinte vous trouverez une pagode à 10 étages. Elle fût offerte en 1348 par un empereur mongol au roi coréen qui avait dû épouser sa fille.  A la gauche de la pagode vous verrez le hall du trône : Geunjeongjeon (le hall du gouvernement modéré), au centre d’une cours pavée. Ce bâtiment de 2 étages construit dans les années 1860 sur une double terrasse de pierre est le plus grand hall de bois ancien du pays. Il servait pour les audiences importantes et les cérémonies. Le trône se trouve sous un dais sculpté et devant un paravent décoré des symboles de longévités.

Devant le hall vous pourrez admirer une voie pavée qui mène aux escaliers de la terrasses. Il y a des pierres sculptées tout le long de la voie. Les officiels devaient se positionner derrière les pierres selon un ordre hiérarchique spécifique. Seul le roi pouvait emprunter ce passage. Il y a des motifs sculptés sur la balustrade, dont un phénix sur le plan incliné qui symbolise l’autorité royale.

Un rôle pour chaque bâtiment

CarnetsdeMarine_PalaisGyeongbokgung

Gangnyeongjeon

Les pavillons qui se trouvent autour du hall du trône étaient dévoués au gouvernement et à l’administration du royaume. Les bâtiments où résidaient la famille royale se trouvaient plus à l’arrière dans le palais intérieur. Par exemple, on peut citer le palais où résidait le roi : le Gangnyeongjeon. Ou bien le palais où résidait la reine : le Gyoetaejeon. Tous deux furent construit en 1994. Les bâtiments déplacés pour la plupart à Changdeokgung en 1919 ou détruits par les japonais sont en train d’être reconstruits, ils n’est donc pas toujours possible de les visiter pour le moment.

Un labyrinthe

CarnetsdeMarine_PalaisGyeongbokgung

Le temple Taewonjeon

Il faut s’imaginer ce palais comme une succession de murs, de couloirs ouverts ou fermés, de galeries, de cours et d’enceintes : un vrai labyrinthe comparable à la cité interdite de Pékin selon certains. Les halls et les pavilions sont assez modestes en termes de taille comparés aux résidences royales occidentales, mais ils sont très nombreux, chacun ayant une fonction assignée.

Le palais intérieur

Le roi résidait dans le palais intérieur (« yeonjo »), au sommet ou au centre de cet ensemble cloisonné et structuré qui évoque bien les valeurs de cette société confucianiste : sa personne et son intimité étaient ainsi quasiment inaccessibles.

Le Gyeonghoeru

CarnetsdeMarine_PalaisGyeongbokgung

Gyeonghoeru

A l’ouest, le Gyeonghoeru (le pavillon de l’assemblée heureuse) est l’un des plus grands pavillons de Corée avec ses 48 piliers donnant sur un bassin. Construit en 1412, il fût détruit en 1592, reconstruit en 1867, à nouveau endommagé pendant la guerre de Corée et finalement assez mal restauré (c’est vrai qu’il y a beaucoup de ciment…). Il servait aux fêtes et aux réceptions officielles. Même s’il y a beaucoup de ciment c’est tout de même très impressionnant à voir, à ne surtout pas manquer ! Même si vous avez mal aux pieds ou qu’il pleut, pas d’excuses !

Le Jagyeongjeon

CarnetsdeMarine_PalaisGyeongbokgung

Jagyeongjeon

Jagyeongjeon était la résidence de certains membre de la famille royale. Son mur d’enceinte est bien conservé. Bon c’est un beau mur et cela donne une idée exacte des murs de l’époque, contrairement aux autres murs rénovés à grand renfort de matériaux pas très très adaptés, mais cela reste un mur, j’ai plus apprécié le hamhwadang.

Le Hamhwadang

CarnetsdeMarine_PalaisGyeongbokgung

Hyangwonjeong

Hamhwadang était un hall d’audience privée. En face du hamhwadang se trouve un bassin rempli de lotus. Il était donc réservé au délassement du roi et de sa famille. Le bassin de lotus avec le petit pavillon au centre est juste magique, ont comprend aisément pourquoi le roi aimait se détendre là. Un pont mène à une petite île où se dresse le pavillon appelé : Hyangwonjeong. Que des noms impossible à retenir, je dois les relire deux fois avant de les taper pour être sûr de ne pas écrire des bêtises…

Le Donggung

CarnetsdeMarine_PalaisGyeongbokgung

Le Donggung

Le Donggung était la partie du palais réservée au prince. Jaseongdang et Bihyeongak étaient les quartiers d’habitation du prince et de sa femme. Ils furent reconstruits en 1999. Le mur d’enceinte du palais a été conservé, hormis sa portion sud, de construction récente. Les portes sud, est et nord sont d’origine.

Le musée folklorique

CarnetsdeMarine_PalaisGyeongbokgung

Le musée national folklorique

Dans le fond du complexe se trouvent l’académie des arts et sciences, le musée de l’artisanat d’art et surtout le musée folklorique.

XXXXXXX

XXXXXXX

XXXXXXXX

XXXXXXXXX

XXXXXXXXXXXX

CarnetsdeMarine_PalaisGyeongbokgung

Le Dongsipchagak

Le Dongsipchagak

A l’extérieur du palais, au carrefour sur la droite se dresse le Dongsipchagak, une tour de garde qui avait autrefois son équivalent au coin sud-ouest.

○○○○ Entertainer ○○○○

CarnetsdeMarine_Entertainer

Titre original : Ddanddara / 딴따라
Pays : Corée du Sud
Épisodes : 18
Diffusion : du 20/04/2016 au 16/06/2016
Réalisateurs : Hong Seong Chang & Lee Gwang Yeong 
Scénariste : Yu Yeong Ah
Genres : Romance / Drame / Comédie / Musique
Acteurs : Ji sung, Hyeri, Kang Min Hyuk, Chae Jung An

Résumé :

Ce drama raconte l’histoire d’un groupe de jeunes personnes qui se retrouvent réunis pour former un groupe de musique.
Autrefois directeur de la plus grande agence de divertissement de Corée (K-Top), Sin Suk Ho decide d’ouvrir sa propre agence et d’emmener avec lui le groupe le plus populaire de K-Top Jackson. Toutefois, le CEO de K-Top ne voit pas d’un bon oeil son boys band le plus populaire tomber aux mains d’un directeur de son agence. Il est déterminé à bloquer Shin Suk Ho. Il manipule un manager de K-Top appelé Kim Joo Han afin de metre au point un stratagème pour empêcher Suk Ho de partir avec Jackson. Finalement, Suk Ho fini en prison et Jackson renouvel son contrat avec K-Top.

Lorsque Suk Ho sort de prison, il n’a plus de travail, plus de Jackson, pour ainsi dire plus rien. Il décide de partir à Busan emprunter de l’argent c’est là qu’il rencontre Ha Neul un lycéen qui chante très bien et sa soeur Geu Rin. Par un enchaînement de circonstance tout ce petit monde finira par travailler ensemble et Suk Ho lance sa nouvelle agence Mango Entertainment e lance un groupe de musique avec Ha Neul come chanteur. Tous les membres du groupe ont des histoires compliqués qui compliquent leur début dans l’inustrie musical. Outre le fait que le CEO de K-Top est bien décidé a mettre des bâtons dans les roues de Suk Ho.

CarnetsdeMarine_Entertainer

Mon avis :

J’ai beaucoup aimé ce drama meme, si comme beaucoup, la fin m’a un peu déçu. Je sais qu’il a fait polémique a de nombreuses reprise en Corée. En effet, Ha Neul est accusé d’agression sexuelle dans le drama. Bien évidemment, c’est un complot et il est innocent. Toutefois, le sujet a beaucoup gêné en Corée. Certaines scènes qui, en tant que française, m’ont paru peu choquantes, ont beaucoup choqué en Corée.

Il y a notamment une scène où l’on distingue vaguement une lycéenne et quelqu’un alongé sur elle, puis Ha Neul entre dans la pièce et sépare les deux. La scène est très sombre, légèrement floue et assez rapide. Bref, selon moi on voit des choses baucoup plus choquantes dans toutes les séries américaines ou les jeux vidéos de nos jours… Mais bon, n’oublions pas qu’en Corée cela fait à peine quelques années qu’on voit des vrais « bisous » dans les séries. Avant, au bout de 20 épisodes, les deux héros se tenaient à peine la main. Et encore, pas toujours !

CarnetsdeMarine_Entertainer

J’ai apprécié le jeu des acteurs et le scénario même s’il y a beaucoup de clichés selon moi. 🙂 Bon j’ai moins apprécié le jeu de Hyeri qui ne sert un peu à rien dans tout le drama… Cependant, elle a fait de son mieux. J’ai beaucoup aimé retrouvé Ji Sung et j’ai trouvé que ce rôle le changeait de ses anciens rôles. Et surout, j’ai adoré voir Kang Min Hyuk !!! Pour ceux qui ne le connaissent pas ou qui ne connaissent rien aux séries coréennes en général, sachez que Min Hyuk est le batteur du groupe CNBlue. Un groupe que j’adore et que je vous recommande. Son jeu d’acteur n’était pas parfait mais je l’ai trouvé rafraîchissant. Sa voix n’est pas aussi puissante que d’autres chanteur (en même temps à la base il est batteur) mais suffisante pour le drama.

Trailer : 

Note : 7/10