Les figures de l’ombre

CarnetsdeMarine_LesFiguresDeLOmbre

Date de sortie : 8 mars 2017
Durée : 2h06
Réalisateur : Theodore Melfi
Acteurs : Taraji P. Henson, Octavia Spencer, Janelle Monae, Kevin Costner 
Genre : Drame, Biopic

Synopsis :

« Le destin extraordinaire des trois scientifiques afro-américaines qui ont permis aux États-Unis de prendre la tête de la conquête spatiale, grâce à la mise en orbite de l’astronaute John Glenn.

Maintenues dans l’ombre de leurs collègues masculins et dans celle d’un pays en proie à de profondes inégalités, leur histoire longtemps restée méconnue est enfin portée à l’écran. »

CarnetsdeMarine_LesFiguresDeLOmbre

Mon Avis :

J’ai aimé les personnages que les actrices représentaient et le jeu des actrices. Trois personnalités laissées trop longtemps dans l’ombre. Katherine ­Johnson, née en 1918, âgée de 98 ans aujourd’hui, a été la première et seule femme noire à être sélectionnée pour intégrer l’université sur décision de la Cour suprême des États-Unis. Dorothy Vaughan (1910-2008) a dirigé le centre de recherche Langleyet et Mary Jackson (1921-2005), calculatrice de choc dans cette même section, a été sollicitée par l’ingénieur Kazimierz Czarnecki pour travailler sur la compression et la soufflerie supersonique en particulier. La ténacité et le courage de ces femmes finiront par faire tomber les barrières. On ne peut que respecter des gens aussi passionnés qui aide à changer la société de l’époque.

CarnetsdeMarine_LesFiguresDeLOmbre

J’ai aimé ces personnages, toutefois, le film en lui-même était un peu trop lisse, classique et ennuyeux. Tout du long on semble attendre quelque chose, ressentir quelque chose, mais non personnellement je n’ai rien ressenti de particulier en regardant ce film. Oui j’ai un grand respect pour ces femmes et oui c’est intéressant de les connaitre… Mais sans plus… Même la scène ou Kevin Costner détruit le panneau des toilettes pour personne de couleur ne m’a pas particulièrement affecté… Peut-être suis-je une personne blasée ?!

Ma conclusion, oui ce film est bien et je vous le recommande. Vous découvrirez trois femmes exceptionnelles et les problèmes qu’elles ont du surmonter. Vous comprendrez mieux la vie des « personnes de couleurs » à cette époque. Vous verrez des femmes courir pour aller aux toilettes, faire des mathématiques et apprendre à programmer. C’est intéressant, mais ce n’est pas si touchant en tout cas moi cela ne m’a pas marqué. Ce film est bien mais pas extraordinaire. Tel est mon ressenti. Je pense que la bande annonce m’a fait m’imaginer des choses et j’ai été déçu par le film. Le film ne souligne pas assez les problèmes auxquels elles font face peut-être… Je ne sais pas exactement ou est le problème mais je n’ai pas été touchée…

Trailer :

Note : 7 / 10

Tu ne tueras point

CarnetsdeMarine_TuNeTuerasPoint

Date de sortie : 9 novembre 2016
Durée : 2h20
Réalisateur : Mel Gibson
Acteurs : Andrew Garfield, Vince Vaughn, Teresa Palmer, Sam Worthington, Hugo Weaving
Genre : Drame, Guerre, Biopic

Synopsis :

« Quand la Seconde Guerre mondiale a éclaté, Desmond, un jeune américain, s’est retrouvé confronté à un dilemme : comme n’importe lequel de ses compatriotes, il voulait servir son pays, mais la violence était incompatible avec ses croyances et ses principes moraux. Il s’opposait ne serait-ce qu’à tenir une arme et refusait d’autant plus de tuer.

Il s’engagea tout de même dans l’infanterie comme médecin. Son refus d’infléchir ses convictions lui valut d’être rudement mené par ses camarades et sa hiérarchie, mais c’est armé de sa seule foi qu’il est entré dans l’enfer de la guerre pour en devenir l’un des plus grands héros. Lors de la bataille d’Okinawa sur l’imprenable falaise de Maeda, il a réussi à sauver des dizaines de vies seul sous le feu de l’ennemi, ramenant en sureté, du champ de bataille, un à un les soldats blessés. »

CarnetsdeMarine_TuNeTuerasPoint

Mon avis :

Je m’attendais à détester ce film, encore un film de guerre ou les gentils américains vont se sacrifier et être des héros… En plus, en voyant Mel Gibson comme réalisateur, euh… Mais il faut lui reconnaître le génie des films comme Braveheart ou Apocalypto donc je n’ai pas de préjugés… L’idée de base m’a aussi un peu perturbé, je suis tout à fait admirative de l’idée de ne pas tuer et de vouloir devenir soldat infirmier dans une guerre. Mais je comprends aussi qu’à l’époque cela a posé problème qu’il refuse de porter une arme. J’ai été sciée quand le mec cours dans la bataille sans arme, sans rien à part ses bandages et sa morphine, le courage qu’il doit falloir pour faire cela…

Je trouve que le film rend justice à Desmond Doss, aussi bien sur le plan psychologique que sur le plan de ses convictions religieuses… (oui il y a beaucoup de scène ou on parle de religion). Personnage complexe, à la fois traumatisé par la violence par son père alcoolique qu’il a failli tuer une fois et par lui-même lorsqu’il manque de tuer son frère lorsqu’il joue enfant. Il semble pourtant d’apparence insouciante parfois. Cet être va devenir passionnant à observer et à suivre tout au long de ce parcours obstiné à refuser coûte que coûte le port d’arme… Objecteur de conscience dans l’âme, mais persuadé qu’il doit servir son pays, c’est là tout le paradoxe de Desmond, paradoxe qu’il assumera pour aller jusqu’au bout !

CarnetsdeMarine_TuNeTuerasPoint

Les acteurs ont tous été excellents et je trouve le scénario très réussi. L’entrainement militaire et les problèmes que Desmond doit affronter avant même d’aller sur le champ de bataille est intéressant. Cela nous aide à comprendre les questions que soulève le fait d’avoir un objecteur de conscience sur un champ de bataille sans arme. Clairement tout le monde le croit fou, stupide, inutile, voire dangereux… Pourtant, une fois sur le champ de bataille ce n’est pas le fait d’avoir une arme ou non qui semble aider les soldats à survivre…

Les scènes de combat entre américains et japonais sont très bien réalisées. Il y a beaucoup d’images très réalistes, alors âmes sensibles vous êtes prévenues ! Efficace dans son fonctionnement, émouvant dans la démarche de ce jeune soldat, ce film ne peut que marquer les esprits ! Moqué, bousculé, rejeté, Desmond Doss prouvera sa valeur sur le champ de bataille d’Okinawa à Hacksaw Ridge (la falaise du hachoir, le nom en v.o du film). Mel Gibson ne lésine pas sur le sang, le gore et montre la guerre telle qu’elle est sans la glorifier.  Et toute cette violence dénonce et souligne la stupidité de cette boucherie. A l’aide de longues séquences au ralenti, Gibson offre sa vision de l’apocalypse et le courage de Desmond Doss.

CarnetsdeMarine_TuNeTuerasPoint

Desmond T. Doss fut le premier soldat objecteur de conscience à avoir été décoré de la Medal Of Honor des mains du Président Harry Truman en 1945 pour son incroyable courage. Il a sauvé la vie de plus de 70 soldats pendant la bataille d’Okinawa. Tu ne tueras point est l’anti-film de super-héros. Le héros n’a besoin que de sa foi, de ses convictions et de son courage pour s’affirmer, et non pas d’armes ni de super pouvoirs. Et cela m’a plu, ce personnage m’a touché. Respect, je pense que peu de personnes seraient capable d’un tel courage et d’une telle foi. Je vous recommande donc chaudement ce film ! Attention, n’oubliez pas que c’est comme même assez gore… 🙂

Trailer :

Note : 9 / 10