Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Un peu d’histoire

Du temps de la conquête espagnole (entre 1519 et 1521), Coyoacan ou « le lieu des coyotes », est un petit village au bord du lac Texcoco (oui, je n’arrive pas non plus à le prononcer comme beaucoup de noms au Mexique). Une chaussée relie le village à l’île de la capitale Aztèque : Tenochtitlan. Les aztèques ont dominé le sud et le centre du Mexique du XIVe au XVIe siècle. Après la conquête de Tenochtitlan en 1521, Hernan Cortes y installe ses quartiers avec sa maîtresse indienne « la Malinche » en attendant la reconstruction de la ville à « l’espagnole ».

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

San Angel est aussi à l’époque un village appelé Tenanitla où les moines vont s’installer après la conquête. Ce n’est qu’au XVIIe siècle que le village devient San Angel suite à la fondation de l’école conventine « San Angelo Martir ». Aujourd’hui le village devenu un quartier de Mexico s’appelle officiellement « Villa Alvaro Obregon » mais ce nom n’est pour ainsi dire jamais utilisé ; tout le monde l’appelle San Angel.

San Angel et Coyoacan étaient donc des villages ruraux distincts de Mexico mais la ville les a rapidement assimilé. Toutefois, ces deux quartiers gardent de nombreux vestiges de leur ancienne architecture coloniale. San Angel et Coyoacan sont des quartiers où vous trouverez plein d’artistes et de petites boutiques d’artisanat très sympathiques. Les familles aiment aller s’y balader le weekend et il est agréable d’aller y flâner un peu.

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Ces quartiers ont été habités par des gens qui sont aujourd’hui célèbres : Diego Riviera, Frida Kahlo, Leon Trotski. Leurs maisons sont devenues des musées. Vous trouverez beaucoup d’autres lieux d’exposition et de galeries dans ces quartiers.

Il y a beaucoup de restaurants, de « cantinas », des cafés, des boutiques ainsi que des jardins. Le week-end un marché d’artisanat couvre les deux places principales de Coyoacan : Le « jardin centenario » et « la plaza Hidalgo ». Si vous cherchez des boutiques allez « Calle Felipe Carillo Puerto » qui part de la place Hidlago vers le sud et vous serez comblé.

Remarques

Je vous recommande d’y aller le samedi même s’il y a plus de monde. Attention, si vous y allez le week-end il risque d’y avoir plein de queue à la « Casa Azul ». A vous de faire votre choix. 😉

Le parcours que je vous propose n’est qu’une suggestion, n’hésitez pas à le ré-arranger à votre sauce. Par exemple, si vous êtes allergique aux musées ne vous sentez pas obligé d’y aller (surtout que les musées ne sont pas gratuits, même si les prix ne sont pas élevés, on a tous un budget quand on voyage).
CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

16 Points d’intérêts de San Angel à Coyoacan

San Angel

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Plaza San Jacinto (++++)

Je vous propose de commencer Plaza San Jacinto. Vous y trouverez de nombreux restaurants si vous avez un petit creux et beaucoup de boutiques d’artisanat. Le samedi, à San Angel il y a le « Bazar del Sabado ». Ce sont des étals en plein air et dans une belle maison du XVIIe siècle où vous pourrez acheter toutes sortes d’artisanat mexicain. Vous trouverez de nombreux artistes dedans exposant leurs toiles.

Tout près de la Plaza San Jacinto vous trouverez la « Parroquia de San Jacinto », une ancienne chapelle du XVIe siècle d’un couvent avec au centre un patio. A l’intérieur de la parroquia vous pourrez admirer 2 choses en particulier : un écran en bois sculpté et des fonts baptismaux en onyx. L’ensemble est tout à fait charmant.

Sur le côté nord de la place se trouve le bâtiment le plus imposant : la « Casa del Risco » ou la « Casa del Mirador ». C’est une maison qui date du XVIIIe siècle bâtie pour le marquis San Miguel de Aguayo. Elle a été construite autour d’un patio central avec une fontaine en son centre. Cette bâtisse recèle d’extravagants meubles  et décors coloniaux.

N’hésitez pas à vous arrêter pour manger un « churros relleno de dulce de leche« . Un délice, ne pensez pas à tout le gras que vous ingérez et régalez-vous ! 🙂

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Museo Carmen (++)

> Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 17h.
> Tarif : 41 à 52 pesos.

Depuis la Plaza San Jacinto prenez la « Calle Madero« . Tournez à droite sur « Avenida Revolucion » et traversez vers le « Museo Carmen« . Ce musée a été aménagé dans l’ancienne école conventine San Angelo Martir datant du XVIIe siècle (mentionnée plus haut). Doté de 3 dômes décorés de céramique (grâce à cela vous ne pourrez pas le louper), c’est un peu l’emblème du quartier. Le couvent et son église ont par la suite changé de nom pour devenir : « El Carmen », d’où le nom du musée. Aujourd’hui, le site abrite des meubles, des peintures, des objets d’art et autres souvenirs de la période coloniale. Il est bien conservé. Pour les amateurs de peinture, dans le musée vous trouverez des tableaux de Cristobal de Villalpando (XVIIIe siècle) un peintre célèbre à Mexico.

L’église est décorée de céramique « talavera » de Puebla et de plafonds sculptés peints, dans le style mudéjar espagnol. La chapelle de l’étage abrite un rétabli doré du XVIIIe siècle orné de peintures à l’huile de saints. Il y a aussi la crypte que l’on peut visiter. Vous y trouverez des corps momifiés, déterrés par les troupes après la révolution… Ames-sensibles s’abstenir.

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Museo Estudio Diego Rivera (++)

Se situe à l’angle de la Calle Diego Rivera et Altavista.
> Métro station « Viveros, Barranca del Muerto ».
> Ouvert de Mardi à Dimanche de 10h à 18h.
> Photos autorisées si achat d’un ticket spécial (30 pesos).
> Tarif : 31 pesos, sauf dimanche entrée libre.

C’est Juan O’Gorman qui construisit en 1931 des maisons jumelles pour D. Rivera et F. Kahlo. Les deux maisons sont reliées par un passage au niveau du toit. Le grand séjour-atelier de la maison de D. Rivera expose aujourd’hui ses objets personnels : pinceaux, sculpture en papier mâché, poterie précolombienne, etc. D’autres pièces accueillent des expositions temporaires des oeuvres de D. Rivera. De l’autre côté de la rue dans l’ancien Carmel de 1692, vous trouverez un restaurant appelé « Fonda San Angel« . Brigitte Bardot, Henry Kissinger ou encore Richard Nixon ont mangé là-bas. 🙂 Honnêtement, je n’ai pas trouvé ce musée transcendant mais si vous êtes passionné par D. Rivera alors visitez-le !

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Museo de Arte Carrillo-Gil (++)

Se situe Avenida Revolucion n°1608.
> Métro station « Miguel Angel de Quevedo« .
> Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h.
> Tarif : 45 pesos, entrée libre le dimanche.

Je vous avoue, je n’ai pas visité ce musée, mais je le mentionne pour les passionnés de peinture et d’art. En effet, cette galerie s’étend sur 3 étages et elle regroupe des oeuvres très intéressantes (D. Rivera, J. C. Orozco, D. A. Siqueiros, W. Paalen, etc.). Cependant, moi je vous recommande surtout d’aller au marché aux fleurs de San Angel près de Revolucion et de la Paz. Il est présent à toute heure du jour et de la nuit.

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Capilla de San Antonio Panzacola (+++)

Se situe à l’angle de l’Avenida Universidad et l’Avenida Francisco Sosa.
> Métro station « Miguel Angel de Quevedos, Viveros« .

Cette chapelle date du XVIIe siècle, elle jouxte le pont de pierre miniature qui termine l’Avenida Francisco Sosa. Elle a une façade rouge foncé, donc vous ne pourrez pas la manquer. Ce n’est pas la plus jolie chapelle que j’ai vu à Mexico, mais elle vaut comme même le détour.

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Avenida Francisco Sosa (++++)

Se situe entre San Angel et Coyoacan.
> Métro station « Miguel Angel de Quevedos« .

C’est sans doute une des avenues qui m’a le plus marqué à Mexico. L’Avenida Francisco Sosa est longue de 1,5 km, c’est une des plus anciennes avenues coloniales d’Amérique latine. Elle se situe entre Avenida Universidad et le Jardin Centenario de Coyoacan. Chapelle de San Antonio, Casa de la Campana, réplique d’Atlante, Casa de Diego de Ordaz, … il y a énormément de choses à voir sur cette avenue !

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

La Casa Azul – Museo Frida Kahlo (++++)

Se situe Calle Londres n°247.
> Métro « Coyoacan« .
> Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 17h45.
> Tarif : 150 pesos.
> Photos possibles si achat d’un ticket spécial.

Frida Kahlo a vécu la majeure partie de sa vie dans sa maison natale. C’est là que l’artiste à peint beaucoup de ses toiles. Je ne vais pas vous faire le résumé de sa vie et de ses oeuvres, parce que je pense qu’on vous l’a déjà assez rabâché. Vous trouverez plusieurs de ses toiles, ses espèces de sculptures, etc. Vous pourrez voir comment elle vivait car la maison est quasiment restée telle qu’elle était du vivant de Frida. Je n’en dit pas plus, et je vous invite à aller visiter la maison qui reste un symbole de cette artiste.

Coyoacan

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Los viveros de Coyoacán (++)

Se situe Avenida Progreso n°1.
> Ouvert du lundi au dimanche de 6h30 à 18h30.

Si vous êtes en manque de forêt, de parc, de nature, ou que vous avez envie de faire un petit running, pourquoi ne pas aller aux Viveros de Coyoacan. Los Viveros est un parc et un arboretum. Les gens si rendent pour courir, marcher, faire jouer les enfants, voir des écureuils…

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Casa de Diego de Ordaz (++)

Se situe au coin de la Calle Francisco Sosa et Calle Tres Cruces.

Diego de Ordaz était un conquistador, mais la maison ne remonte qu’au XVIIIe siècle (les gens ont cru que c’était sa maison mais c’est impossible vu de quand elle date). La maison est très jolie, il y a une niche abritant une vierge qui orne un des angles de la maison. Les reliefs ont été sculptés par les indiens.

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Jardin Centenario (++++)

Se situe entre Calle Belisario Domínguez et Calle Francisco Ortega.

Vous devez absolument voir ce jardin ! Il couvre l’ancien atrium du couvent de San Juan Bautista, dont seule l’église subsiste. Vous pourrez y manger des glaces délicieuses ou des churros rellenos à se rouler par terre. Vous y trouverez aussi beaucoup de restaurants tout à fait charmant. Vous pourrez vous prendre en photo devant la symbolique fontaine aux coyotes (Coyoacan, coyotes vous voyez le symbole). Sur la Calle Centenario vous pourrez admirer l’ancien portail de l’ancien couvent (San Juan Bautista).

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

El Castillo de los Pancakes (+++)

Se situe Calle Higuera n°10, Coyoacán.
> Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 23h.

C’est un petit stand de pancakes qui existe depuis des décennies au fond du Mercado de Coyoacan. Là-bas vous rencontrerez un véritable personnage du quartier : don Rogelio ! Il dessinera le modèle de votre choix en pancake, que ce soit Bob l’éponge, vous-même ou Angelina Jolie, il le dessinera. Vous pouvez ajouter à votre pancake : « cajeta », « mermelada »,  » leche condensada », ou du « miel ». Bonne dégustation !

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Iglesia de San Juan Bautista (++++)

Se situe en face du Jardin Centenario, Calle Felipe Carrillo Puerto.

C’est mon église préférée à Mexico. Cette église faisait autrefois partie du couvent dédié à San Juan Bautista. Elle date du XVIe siècle. Elle a été très remaniée depuis sa construction, toutefois, sa façade a conservé d’intéressantes sculptures. L’intérieur est très joli, donc n’hésitez pas à flâner le long des allées. Attention, à ne pas déranger les personnes qui prient.

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Plaza Hidalgo (++++)

Se situe juste à côté de la Iglesia de San Juan Bautista.

Les familles viennent souvent se balader là le week-end. Il y a un petit kiosque à musique au centre. La Casa de Cortès borde le côté nord de la place. C’est une maison qui date du XVe siècle. C’est agréable de s’assoir sur un banc et de manger une glace en regardant les gens passer.

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Mercado artesanal Mexico (++++)

Il se situe Calle Felipe Carrillo Puerto.
> Ouvert le week-end de 12h à 22h. En semaine il ouvre de 12h à 20h.

Ce bazar d’artisanat couvert s’étend sur deux étages.  Vous y trouverez de tout : porte-clés, statues, bijoux, vêtements, sacs, encens, etc. Si vous cherchez où acheter des souvenirs pour votre famille, cet  endroit est plus que recommandé. Au fond du bazar, vous pouvez prendre des cours d’art manuel du style apprendre à faire des vitraux, tailler du bois, etc. Les prix sont un peu plus élevés que si vous achetiez ces produits en-dehors de Mexico, mais bon, comparé à nos prix en Europe c’est ridicule. Vous pouvez toutefois si vous le souhaitez négocier un peu. 😉

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Cantina – La Coyoacana (+++)

Se situe Calle Higuera n°14.

Oui, oui, je sais bien qu’à Coyoacan on ne sait plus ou donner de la tête car il y a des « cantinas », partout. Laquelle choisir ? La plus connue est sans doute la Coyoacana, toutefois honnêtement elles sont toutes très bien donc ne vous focalisez pas sur celle-ci s’il n’y a plus de place, ou si vous en voyez une qui vous plaît plus. Vous y trouverez un large menu de la cuisine mexicaine. Demandez à être placé à la terrasse si possible car elle est très typique. Dans l’ensemble l’ambiance est agréable, il y a souvent des mariachis qui joue. Je vous la recommande chaudement.

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Iglesia de la Conchita & Plaza de la Conchita (+++)

Se situe Calle Fernández Leal y Presidente Venustiano Carranza, Barrio de la Concepción.

En route pour la place et l’église, vous verrez sans doute la Casa de La Malinche (la maîtresse de Cortes), une demeure du XVIe siècle. Sur la Plaza de la Conchita vous pourrez admirer une croix en pierre (qui est une réplique). C’est une place de type colonial, tranquille, très mignonne et plus calme que la Plaza Hidalgo ou le Jardin Centenario. Alors, même si vous avez mal aux pieds, allez-y ! L’église est toute riquiqui mais sa façade est très détaillée. Elle a un style mudéjar et c’est tout à fait magnifique. Qui a dit qu’il fallait que les églises soient grande pour qu’elles soient jolies ?! A l’intérieur, il y a un retable baroque et des peintures coloniales. L’église de la conception purissime surnommée Iglesia de la Conchita, était un ancien autel Toltèque. Lorsque Cortès arriva à Coyoacan il fit construire sur cet ancien site de prière pré-hispanique, cette église où fut célébré la première messe de la région.

Un peu plus loin vous verrez une statue de Rocio Peredo appelée « La Meditación ». Et voilà c’est fini pour Coyoacan et San Angel. Vous pouvez rentrer à votre hôtel reposer vos petits petons épuisés et planifier votre journée de demain. 🙂

La photo du jour

CarnetsdeMarine_MexicoCasa

Petite nostalgie après avoir vu mon grand-père français hier, une pensée pour mon grand-père mexicain à des milliers de kilomètres. Ici, le patio de la « casa » à Mexico D. F. avec la petite fontaine que mon grand-père tient à ce que nous allumions chaque fois que nous nous rassemblons dans le patio.

Je trouve cet endroit très calme et relaxant et j’aimais regarder par la fenêtre du couloir du deuxième étage pour l’admirer.

Bon dimanche !

14 lieux à visiter si vous passez quelques jours à Mexico

CarnetsdeMarine_Mexico

1. Musée national d’anthropologie
[
Métro : Ligne 7 arrêt « Auditorio »]

Situé juste en face du parc de Chapultepec se trouve l’un des plus grands musées d’anthropologie du monde. Il faut compter 3h de visite minimum (vous pouvez y passer la journée) les pièces sont incroyables et l’histoire contée est riche et complète. Le musée retrace l’histoire du pays de la préhistoire à aujourd’hui au travers une vingtaine de salles sur 2 étages et aussi dans les jardins le long du bâtiment. C’est une visite incontournable si vous séjournez à Mexico. Ne ratez pas la salle des mayas, c’est ici qu’est le calendrier original Maya.

2. Bosque de Chapultepec et château de Chapultepec
[
Métro : Ligne 1 arrêt « Chapultepec »]

Envie d’air frais et de verdure, le bois de Chapultepec est l’endroit parfait pour se ressourcer. Vous pourrez vous y balader tout l’après-midi si vous le souhaitez. Un exemple d’itinéraire est de commencer par le musée d’anthropologie le matin (ne manquez pas les « voladores » devant) puis d’aller se balader dans le parc, de faire une balade en pédalo sur le lac et de monter au Castillo de Chapultepec. On vous demandera de laisser votre sac à dos en bas (cela vous coûtera 10 pesos). Il y a un petit train qui monte jusqu’au château mais honnêtement c’est tout à fait faisable à pieds ! Vous profiterez d’une vue magnifique en haut et admirerez de magnifiques fresques murales et autres. C’est un lieu chargé d’histoire et je pense qu’il est incontournable. À noter que la visite est gratuite le dimanche (mais il y a plus de monde, forcément) et que l’entrée en semaine vous coûtera une cinquantaine de pesos, ce qui donne donc environ 3 euros.

3. Musée du « Templo Mayor » et Tenochtitlan
[Métro : Ligne 2 arrêt « Zocalo »]
Situé à proximité du Zocalo vous découvrirez là-bas les origines de Mexico. À droite de la cathédrale se trouve le « Templo Mayor », ce sont les ruines et fondations du plus grand empire Aztèque : Tenochtitlan. Détruit dans sa majorité par les conquistadors espagnols pour construire Mexico, Tenochtitlan avait la particularité d’être construite sur un lac aujourd’hui asséché. Le site est composé de ruines et d’un musée relativement petit. Tout au long du parcours, on retrace les recherches archéologiques qui ont été faites et qui ont permis de découvrir, il y a peu, les ruines. Aujourd’hui, vous remarquerez que Mexico s’affaisse due au fait qu’elle a été construite sur un lac asséché. Notamment, en vous baladant dans la cathédrale regardez la corde au bout de laquelle les lustres pendent, vous remarquerez qu’il y a un très léger soucis…
Comptez 50 pesos par personne pour le parcours en entier.

4. Coyoacan et la Maison de Frida Kahlo
[Métro : Ligne 3 arrêt « Coyoacan »]

Pour ceux qui prendront le métro pour vous y rendre, le plus souvent je descendais à l’arrêt juste avant appelé « Viveros » puis je traversais un grand parc où les mexicains vont souvent courir où marcher. Vous y verrez beaucoup d’écureils. Ensuite, je marchais une dizaine de minutes et j’arrivais à la maison de Frida Kahlo. Je vous invite à y aller tôt car il y a beaucoup de touristes, peu importe le jour, le mois, l’horaire, j’ai toujours fait un peu de queue. Cependant, entre faire un peu de queue et attendre 2h il y a une différence. Sachant que s’il y a beaucoup d’attente dehors, votre visite sera gâchée car la visite de la maison va se transformer en longue file d’attente… Attention, pour prendre des photos ou filmer à l’intérieur il faut payer un supplément. Le prix d’un ticket d’entrée pour un adulte sans réduction est de 200 pesos environ. Honnêtement, c’est une visite à faire, mais j’ai été déçue, il y a peu d’oeuvres intéressantes toutes déjà exposées dans d’autres musées. La maison est relativement petite. Si vous êtes fan de Frida allez-y, sinon il y a des choses plus intéressantes à faire.

Après la maison de Frida Kahlo marchez sur quelques mètres et vous arriverez dans le coeur de Coyoacan. Coyoacan est un endroit incontournable à visiter : les petits parcs avec les fontaines, les churros fourrés, les glaces artisanales, le marché « de artenasias », le monsieur qui vous fait des pancakes avec des formes amusantes dans le petit marché couvert, les églises, etc.

5. Monument à la révolution, Alameda, Torre Latinoamericana et le palais de Bellas Artes
[Métro : Ligne 3 arrêt « Hidalgo »]
Je vous invite à vous balader dans le parc de l’alameda ou vous trouverez des fontaines, une statue de Poséidon, un monument à Benito Juarez, etc. L’alameda est surplombée par la Torre Latinoamericana où vous pouvez boire un verre au dernier étage et avoir une vue imprenable sur la ville. Bellas actes ou le palais des beaux-arts de Mexico, est à la fois un musée et un théâtre, c’est un bâtiment aussi grand que magnifique. Vous pouvez le visiter pour ses expositions temporaires, son exposition permanente, mais aussi passer une soirée pour voir un spectacle où plusieurs fois par semaine sont joués les classiques du ballet ou l’opéra mexicain. Situé un peu plus loin vous trouverez « la Casa de los azuleros » où je vous invite vivement à prendre un repas.

À proximité de l’Alameda et à l’opposé de Bellas artes se trouve un grand monument à la révolution. Je vous invite à faire un détour de quelques mètres car il vaut le coup d’oeil. Situé place de la République, l’édifice est initialement prévu pour être le palais législatif national durant le régime de Porfirio Díaz. Le projet fut finalement abandonné et devint un monument à la révolution. Il sert également de mausolée pour les héros de la révolution. Il est considéré comme la plus haute arche du triomphe du monde : il s’élève à 67 mètres de haut.

6. Paseo de la reforma et l’ange de l’indépendance
[Métro : Ligne 1 arrêt « Sevilla » ou « Insurgentes »]
L’ange de l’indépendance est une statue faite de feuilles d’or, située en haut d’une colonne de 36 mètres. Vous la trouverez au bout du « paseo de la Reforma ». L’ange a été érigé en 1910 à l’occasion des 100 ans de la révolution. La statue s’inspire très TRES fortement de la statue du génie de la liberté situé sur la colonne de juillet, place de la bastille à Paris. Sous la statue vous verrez souvent des jeunes filles habillées dans des robes à froufrous, se prendre en photo avec des ami(e)s habillé(e)s tout aussi ridiculement. En effet, à quinze ans les mexicaines font de grosses fêtes et ont pour coutume de venir se prendre en photo bien habillé sous la statue voire de louer une limousine pour l’occasion… (Je me passerai de tout commentaire à ce sujet).
Le « paseo de la Reforma » est une avenue longue de 14,7km qui traverse Mexico. Elle fut bâtie sur les ordres de Maximilien Ie et s’inspire des grands boulevards européens de l’époque. Elle débute au parc de Chapultepec, passe le long de la Torre Mayor (le plus haut gratte-ciel d’Amérique latine en 2015), traverse la Zona Rosa jusqu’à la plaza de la Constitución (Zócalo) puis passe par l’avenue Juárez et la rue Francisco I. Madero. Tout le long de l’avenue, vous pouvez admirer des statues et des fontaines représentants des personnes qui ont marqué l’histoire (ou non, comme la statue de Diane la chasseresse…).

7. Musée Soumaya
[Métro : Ligne 7 arrêts « Polanco » ou « San Joaquin »]
C’est le musée du milliardaire Carlos Slim et il vaut le détour. Je ne suis personnellement jamais entrée dedans mais je l’ai vu de l’extérieur et il est assez impressionant. Le musée est ouvert tous les jours et il est gratuit ! « Le musée en lui-même est inspiré des œuvres de Rodin. La zone d’exposition, de 6 000 m2, est répartie sur 6 étages. La façade, couverte par 17 000 hexagones, reflète la lumière du soleil ». Il est intégré dans un ensemble commercial avec des bureaux, des boutiques, des bibliothèques, une salle de spectacle de 1500 places, un hôtel cinq étoiles, etc. 

CarnetsdeMarine_Mexico

Musée Soumaya

8. Zocalo avec la cathédrale
[Métro : Ligne 2 arrêt « Zocalo »]
Aussi appelé Plaza Constitucion, le Zocalo est le coeur de la ville de Mexico. Cette place immense avec un immense drapeau mexicain en son centre est un des endroits à ne pas manquer à Mexico DF. Elle est entourée par la cathédrale métropolitaine de Mexico (le sagrario juste à sa droite) et le palais du Gouvernement du District Fédéral. Vous y verrez peut-être des manifestations ou des événements locaux (sportifs, culturels, etc.). Elle a une importance symbolique au yeux des mexicains car c’est ici qu’a eu lieu « El grito » lors de la révolution de 1810. Baladez-vous dans le quartier il y a beaucoup de choses à voir.

9. Musée Franz Mayer
[Métro : Ligne 2 ou 8 arrêt « Bellas Artes »]
Je ne l’ai pas visité,  mais je pense en effet qu’il doit être intéressant à découvrir. Ne faites pas mon erreur et allez profiter de ce musée qui contiendrait une des plus larges collections d’objets d’arts latino-américains. Franz Mayer, un homme qui travaillait dans la finance, a fait don d’oeuvres d’art décoratif mexicain de très grande qualité qu’il aurait amassé pendant plus de 50 ans : textiles, argenterie, meubles et céramiques. Ces trésors de la période coloniale (une partie seulement) sont exposés dans l’ancien hôpital et orphelinat de San Juan de Dios, au nord du parc de l’Alameda. Non loin de ce musée vous pourrez trouver aussi « el museo  nacional de las estampas », « el museo memoria y toleracia » ou encore plus du côté de Bellas artes « el edificio de correos » (je recommande celui-ci en particulier).

10. San angel & Tlalpan
Ces deux quartiers de Mexico sont très agréables pour se promener. Vous trouverez de petites boutiques d’artisanats, des restaurants typiques, des églises, des petits parcs, etc.  J’ai trouvé beaucoup de petits cadeaux à San Angel notamment, je n’ai pas trop aimé l’artisanat exposé au marché de Coyoacan.

11. La basilique de Notre Dame de « Guadalupe » ou la « Villa Basilica »
[Métro : Ligne 6 arrêt « La Villa Basilica »]
15 à 20 millions de pèlerins se rendent tous les ans à la Basilique Notre-Dame de Guadalupe de Mexico (dont près de la moitié les jours précédents le 12 décembre, fête de la Vierge de Guadalupe), ce qui en fait le monument catholique le plus visité après le Vatican. Elle expose la tunique de Juan Diego Cuauhtlatoatzin où s’est imprimée l’image de la Vierge Marie, à la suite de son apparition à ce berger. Ce qui est amusant c’est que vous trouverez là-bas de nombreux édifices à visiter.
(a) La première basilique, encore ouverte aux visites malgré le fait qu’elle risque de s’effondrer. Si vous vous baladez à l’intérieur vous remarquerez que le sol est très incliné, la basilique comme le reste de la ville est en train de s’afaisser. Elle est en cours de rénovation.
Juste à côté vous pourrez visiter (b) la nouvelle basilique, dans un style très… moderne. C’est spécial, personnellement je n’aime pas trop mais ça vaut le coup d’oeil. Sous le choeur il y a des tapis roulant qui permettent aux personnes d’admirer la « virgen de Guadalupe » sans gêner les autres. À l’arrière, il y a une boutique qui vend des objets religieux.
(c) Prenez le chemin qui monte derrière, vous trouverez en haut de la colline la petite église où le berger aurait vu la vierge à plusieurs reprises (je crois me rappeler de 5 apparitions à plusieurs années d’intervalles mais je ne suis pas sûre). Vous pourrez également admirer une magnifique vue de Mexico.
Redescendez et vous trouverez (d) un petit bâtiment où se trouve un puit appelé « la fontaine de jouvence » ainsi que des peintures aux murs représentants les différentes apparitions de la vierge au berger.
Situé près de l’ancienne basilique se trouve (e) une grande horloge ainsi qu’un calendrier maya sur le côté de l’horloge.
Plus loin (f) un grand dessin du drapeau mexicain il me semble, gravé au sol sur une grande place. On le distingue mieux d’en haut depuis la colline.

Je ne sais pas si je devrais dire cela, j’ai peur que cela soit mal interprété, toutefois si vous venez en métro comme je l’ai fait, puis que vous marchez jusqu’à la basilique ne prenez pas peur. Plus vous vous rapprocherez plus vous rencontrerez des gens un peu « bizarres », des gens très désespérés venant prier la vierge : des malades, des estropiés, des personnes un peu dérangés, etc. Ces gens là sont très pieux et viennent chercher du réconfort auprès de la vierge. Ils vont demanderont de l’argent parfois plus agressivement que d’habitude (ceci n’est que mon ressenti personnel) n’ayez pas peur de dire non ou oui selon votre souhait. Ils ne sont pas vraiment dangereux, juste désespérés. Malheureusement, je sais d’expérience que cela peut laisser une mauvais impression, une amie qui était avec moi à ce moment n’a pas beaucoup apprécié de se faire insulter pour ne pas avoir donné d’argent… Elle n’avait qu’une hâte, quitter cet endroit. Nous n’avons pas forcément l’habitude de voir autant de misère… 

12. Xochimilco ou la petite Venise de Mexico
[Métro : allez jusqu’à « Tasquena » sur la ligne 2 puis prenez le TR (Tran Ligero) jusqu’à Xochimilco]
Patrimoine de l’Unesco, xochimilco est un jardin flottant. Le lac sur lequel reposait l’ancienne cité Tenochtitlan ne s’est pas complètement assécher  ce qui nous donne un réseau de canaux, appelé « là où naissent les fleurs ». Laissez-vous guider par un rabatteur, il vous donnera l’opportunité de faire une balade en bateau d’environ 2h, avec des bateaux de commerce ambulants. Vous trouverez de tout là-bas : restaurants, groupes de mariachis, magasins de souvenirs, etc. Attention, je vous invite vivement à négocier les prix.
Il existe également un lieu insolite à Xochimilco appelé « La Isla de las munecas » ou l’île aux poupées. C’est un peu effrayant et bizarre donc je ne le recommande pas à tout le monde…

13. La condesa
Pour sortir et manger le soir, le quartier des expatriés est le plus recommandé. Vous y trouverez un grand parc, beaucoup de gens se baladant avec des chiens, beaucoup de restaurants, cafés, bars, etc. Je n’en ai testé que 3 là-bas, bons mais pas fou ( la nonna, contramar, AzulCondesa) . Toutefois, je vous recommande un restaurant où j’ai enfin pu manger de la SUPER bonne viande : le MIT Steak Bar ! Les prix sont un peu plus élevés que dans d’autres restaurants mais cela reste abordable et la viande est vraiment délicieuse.

14. Arena Mexico
[Métro : Ligne 1 arrêt « Cuahtemoc »]

Si vous souhaitez assister à une « lucha libre », je vous invite à aller à l’Arena de Mexico.

Il y aurait encore bien des choses à visiter comme « la universidad », la « ciudad deportiva », « Puebla », le musée de la torture près du Zocalo, le musée des fresques de Diego Rivera, etc. Malheureusement, il faut savoir faire des choix, ceci n’est que ma vision de ce qu’il faut visiter à Mexico si d’aventure vous veniez y passer quelques jours. Toutefois, chacun est libre de visiter ce qui l’intéresse et cet article ne doit pas vous empêcher de chercher par vous-même d’autres lieux où vous rendre.  🙂

Pour trouver le plan du métro de Mexico, cliquez sur ce lien.

CarnetsdeMarine_Mexico

La culture Maya au cœur de la mer des Caraïbes

CarnetsdeMarine_Eerie

Je pense avoir trouvé ma prochaine destination pour les vacances : Eerie le musée subaquatique de Las Islas Mujeres au Mexique situé près de Cancun. C’est le plus grand musée subaquatique au monde ! Il retrace l’évolution de la culture Maya au travers de plus de 460 sculptures disséminées sous l’eau.

CarnetsdeMarine_Eerie

Pourquoi aller visiter ce musée subaquatique ?

L’idée de faire un musée sous l’eau m’a paru originale et pertinente. Je pense que cela va attirer beaucoup de monde, notamment les amateurs de plongée et les photographes en tous genres. Eerie a été inauguré en novembre 2009. Vous y trouverez des sculptures faites en ciment alcalin (et autres matériaux respectueux de l’environnement) par l’artiste britannique Jason De Caires Taylor et quelques artistes locaux.

Vous y admirerez des hommes et des femmes comme figés dans le temps, en train de prier, de contempler le monde marin qui les entoure ou encore de regarder la télévision. Mais pas seulement… Une Volkswagen de près de 8 tonnes s’est également invitée dans le décor en 2011, servant désormais d’habitat spacieux aux poissons.

Où aller pour admirer ces sculptures sous-marines ?

Les sculptures ont été réparties dans 4 « salles » : à Punta Nizuc, à Manchones, dans le secteur de La Carbonera à Isla Mujeres et dans la zone Aristos à Punta Cancun. Plongez dans un décor spectaculaire et naturel au milieu de coraux et de poissons. Vous n’oublierez jamais ce voyage merveilleux au cœur de la culture Maya et des eaux cristallines de la mer des Caraïbes.

CarnetsdeMarine_Eerie

Les œuvres les plus célèbres

Transformées dans et par leur nouvel environnement vous touverez les sculptures de :

  • « l’Homme de feu » (les coraux ayant trouvés refuge sur l’ensemble de son corps lui donne son nom)
  • « La Jardinière de l’espoir »
  • « l’Évolution silencieuse »
  • « Le collectionneur de rêves perdus »

Cependant au-delà de la simple beauté des images il y a un message plus profond : ce musée veut sensibiliser les visiteurs à la fragilité de la barrière de corail. L’art est ici au service de l’environnement.

○○○○○ La photo du jour ○○○○

image

CarnetsDeMarine_MexicoColorado

Photo prise il y a 2 ans à Mexico. Je trouve qu’elle illustre bien l’amour de ce pays pour les couleurs vives. Le Mexique c’est la couleur, le rire, la vie sans soucis, oui il y a de la pauvreté, de la corruption et de l’insécurité mais le Mexique ne se défini pas comme cela. Ils ont une soif de vivre et une joie de vivre différente de la mienne. Je respecte beaucoup cet aspect de leur culture et j’espère que la France retrouvera un peu de cette joie de vivre que je pense nous avons un peu oublié… ☺

Nager avec des tortues à Akumal

Parce que parfois des images valent mieux que des mots, voici une vidéo que j’ai faite d’Akumal, une plage située non loin de Playa del Carmen, une ville de la péninsule du Yucatán au Mexique. Cette plage a cela de particulier que vous pouvez y nager avec des poissons, des tortues et même des raies ! Bien sûr, il faut respecter quelques consignes que des gentils messieurs vous expliqueront à votre arrivée. Ne surtout pas toucher les tortues, ne pas trop s’approcher, ne pas être à plus de 5 ou 6 personnes autour du même animal et ne pas rester plus de trois minutes près de la même tortue. Grosso modo, c’étaient les règles les plus importantes.

DSC06752

Akumal-la plage aux tortues

Je pensais qu’il faudrait beaucoup nager pour voir les tortues, mais non, en quelques brasses j’en apercevais déjà une ! Les messieurs à l’entrée vous proposerons de payer pour disposer d’un masque, tuba, gilet et de palmes mais une paire de lunette suffit amplement. Toutefois, ce qui vaut la peine c’est d’aller avec eux en bateau sur la barrière de corail pour faire du « snorkeling ». 😉