Le Trait d’Union

Hier soir, une amie m’a amené dans un bar-restaurant près de Montparnasse, qui s’appelle « Le Trait d’Union ». Le décor en bas était rose et jaune avec terrasse, servant cocktails et cuisine française ou européenne. Si vous réservez pour dîner vous serez installé à l’étage dans des sièges très confortables et plus au calme qu’en bas. J’ai cherché leur site Internet pour vous donner accès à leur carte mais pas moyen de mettre la main dessus.

Mon Avis :

J’ai lu des avis très mitigés sur ce bar sur trip advisor. Beaucoup de personnes semblaient assez énervés. Personnellement, j’ai été tout de suite accueillie par un serveur qui m’a conduit à une table au second étage. Le serveur était souriant.

CarnetsdeMarine_LeTraitDUnion
Nous avons pris du temps pour commander car nous étions plus occupées par notre conversation que par la carte. Toutefois, il y avait beaucoup de choix : salades, entrecôte, souris d’agneau, poulet fermier, cheeseburger, etc. J’ai opté pour le cheeseburger maison avec viande cuite à point. Le tout accompagné d’une tequila sunrise.

CarnetsdeMarine_LeTraitDUnion
La boisson est arrivée rapidement. Le burger lui c’est fait attendre mais honnêtement nous étions bien installé (enfin un restaurant où toutes les tables ne sont pas collées et tu manges en compagnie de tes voisins…). Nous avions beaucoup de choses à nous raconter donc je n’ai pas vu le temps passer. Nous n’étions pas pressées. 🙂

Le burger, les frites et la salades étaient excellents. Ce n’est pas le meilleur que j’ai mangé, mais c’est bien suffisant pour un bar – restaurant de ce type. L’ambiance était agréable, nous étions au calme et on s’entendait parler. Nous avions beaucoup d’espace. Le personnel était sympathique. Personnellement, j’ai bien aimé ce restaurant et j’y retournerais sans doute à l’occasion. Je vous le recommande chaudement si vous n’êtes pas pressé et que le but est de retrouver des amies pas de manger un plat gastronomique. 😉

Informations pratiques

> 122 Rue de Rennes, 75006 Paris
> 01 45 48 70 66

> Ouvert du lundi au mercredi de 6h30 à 1h et du jeudi au samedi de 6h30 à 2h.

> Métro station « Saint Placide » ou « Montparnasse« .

Le plomb du Cantal

CarnetsdeMarine_LePlombDuCantal

Aligot et charcuterie sont les mots-clés de ce restaurant au cadre rustique spécialiste du terroir auvergnat. L’accueil y est chaleureux et c’est un endroit parfait pour venir s’attabler avec une bande d’amis car on y mange, c’est copieux et les prix sont raisonnables.

Horaires et jours d’ouverture ?

Tous les jours de 7h à minuit.

CarnetsdeMarine_LePlombDuCantal

Carte ?

Pour voir la carte du restaurant, merci de cliquer ici.

CarnetsdeMarine_PlombDuCantal

Aligot & saucisse

Mon avis ?

J’ai vraiment beaucoup aimé ce restaurant. Il est situé juste à côté du théâtre Montparnasse donc c’est pratique d’y aller avant ou après une pièce. Le personnel est très efficace et nous avons été immédiatement placé alors qu’il y avait pas mal de monde. Très vite nous avons pu commander et nous avons été rapidement servi. Le serveur était très gentil et dynamique.

CarnetsdeMarine_PlombDuCantal

Truffade et demi-saucisse 🙂

L’ambiance du restaurant était agréable cela faisait vraiment bistrot. Nous étions placé face à la cuisine, qui est en partie ouverte sur le restaurant et c’était plaisant de les voir tout préparer. Je vous préviens les portions sont conséquentes ! Nous avons pris une truffade et un aligot avec saucisse pour deux personnes et avons partagé les deux plats et c’était dur de finir !

Pour aller avec des amis c’est très sympathique. Cependant, je ne le recommande pas comme premier rendez-vous ! Dans la truffade, par exemple, il y a beaucoup d’ail… Voilà, voilà, donc vraiment sympa entre amis mais pas top comme ambiance pour un « date ». 😉

La nourriture était EXCELLENTE ! C’était méga fat, mais très très bon. Les ingrédients étaient de qualité, notamment la saucisse qui était gigantesque, grasse, mais très bonne. Je vous recommande chaudement ce restaurant, c’est copieux, l’ambiance est chaleureuse, le personnel est rapide et sympathique, la nourriture est excellente et le prix n’est pas excessif. 🙂

 

Aeroscopia

CarnetsdeMarine_Aeroscopia

Aéroscopia c’est le musée d’Airbus à Toulouse. Je m’y suis rendue car quelqu’un dans la famille adore les avions. J’aime prendre l’avion car j’aime voyager et pour moi avion égal voyage. Cependant, si je pouvais voyager sans avoir à prendre l’avion ce ne serait pas une perte de ne plus voir d’avions de ma vie. 🙂

CarnetsdeMarine_Aeroscopia

Qu’est-ce que c’est ?

C’est le musée aéronautique de Toulouse Blagnac où sont présents des avions d’exception, Concorde, Airbus A300B, Super Guppy.

CarnetsdeMarine_Aeroscopia

Histoire ?

« Les débuts de cette grande histoire entre l’aéronautique et Toulouse remontent à la fin du XIXe siècle lorsque Clément Ader effectue le premier décollage de l’histoire de l’aéronautique avec un engin plus lourd que l’air motorisé baptisé « Eole ». Depuis ce premier « bond » un long chemin a été parcouru pour mener aujourd’hui aux fleurons de l’industrie aéronautique que sont l’A380 ou encore l’A350. Et c’est à Toulouse qu’une grande partie de l’histoire de cette industrie s’est écrite.

CarnetsdeMarine_Aeroscopia

Au milieu des années 50, la Caravelle, premier avion civil à réaction français sort des chaînes d’assemblage. Suivi par le légendaire Concorde qui décolle en 1969 pour la première fois depuis les pistes de l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Aujourd’hui, Toulouse est aussi le berceau de deux grands constructeurs aéronautiques mondiaux que sont ATR et Airbus. En Midi-Pyrénées, près de 80.000 personnes vivent aujourd’hui de l’activité aéronautique. Etc. etc. »

CarnetsdeMarine_Aeroscopia

Pour en savoir plus je vous invite à vous rendre sur leur site en cliquant ici. 

Mon avis ?

Alors pour tous les passionnés d’avions je pense que c’est vraiment un endroit à visiter. Et pour les non-passionnés, c’est tout de même intéressant donc vous ne vous ennuierez pas. 😉

CarnetsdeMarine_Aeroscopia

Je ne suis pas une passionnée, mais c’était intéressant de voir les anciens modèles comme les nouveaux modèles et de retracer un peu l’histoire de ces engins. C’est tout de même merveilleux de pouvoir voyager partout dans le monde grâce à ces machines en quelques heures. En entendant qu’avec le concorde on faisait Paris/New York en 3h30, je vous avoue que j’étais choquée.

CarnetsdeMarine_Aeroscopia

On peut visiter l’intérieur de certains avions, notamment le concorde. Ils ont enlevé les cloisons et ont voit clairement le bordel de fils qu’il y a là-dessous. Je ne pensais pas que c’était aussi compliqué ! C’est vraiment un travail à la fois titanesque mais aussi de fourmi.

CarnetsdeMarine_Aeroscopia

A l’entrée, on vous proposera de faire une visite guidée ou bien d’avoir un petit appareil et de faire la visite librement. Ne prenez pas la visite guidée surtout si vous n’êtes pas passionné. La madame parle énormément et honnêtement lire les panneaux est moins épuisant que rester debout pendant 1h30 à l’écouter blablater. J’avais des amis dans le groupe de la visite guidée, ils n’en pouvaient plus. Pour les passionnés par contre je suppose que cela vous plaira…

CarnetsdeMarine_Aeroscopia

Honnêtement, le petit appareil suffit largement. Et c’est plus amusant de faire la visite à son rythme. D’autre part, je tiens à signaler que les employés ne sont pas vraiment flexibles… Personnellement, j’aurais sans doute mal pris toute l’affaire. Refus de visite guidée car on était un groupe de 27 personnes et qu’ils n’acceptent que les groupes de 25, puis problème à l’achat des tickets, re-problème au check des tickets, la guide les a mal validé et la guichetière nous tape une crise pour retrouver les tickets numéros 92 et je sais pas quoi, qui n’ont pas été validés, puis exige qu’on paye des tickets supplémentaires pour les tickets non-validés. Lorsque quelqu’un a quitté la zone pour aller au toilette, nouveau caca nerveux pour repasser le tourniquet… Alalala, honnêtement j’ai à moitié écouté l’affaire mais j’aurais été toute seule j’aurais  dit merci au-revoir. Les madames, je comprends bien, ont fait leur travail à la lettre. Le problème est qu’on est ici pour visiter, on est client, et je pense que les employés doivent savoir appliquer les règles mais aussi se montrer flexible dans certains cas. Que quelqu’un sorte du lieu pour aller au toilette et que cela entraîne 10 minutes de discussion pour savoir si elle peut re-rentrer sans repayer… Cependant, un grand salut à leur application méthodique et aveugle aux règles ! Je n’en reviens toujours pas. 😉

CarnetsdeMarine_Aeroscopia

Bref, n’y pensons plus. Je vous invite cordialement à y aller, même moi qui n’aime pas tant que cela les avions je ne me suis pas ennuyée.

CarnetsdeMarine_Aeroscopia

Yushan Fang

CarnetsdeMarine_YushanFang

Le Yushan Fang est un restaurant chinois situé au 32 rue d’Hauteville dans le 10e arrondissement de Paris. C’est là-bas que j’ai mangé ma première fondu chinoise avec des amis chinois.

CarnetsdeMarine_YushanFang
Sur la table à chaque place il y avait une plaque chauffante pour poser la casserole dans laquelle on te sert le bouillon de ton choix. Sur le côté il est possible de régler la température (attention c’est écrit en chinois donc demandé si vous ne savez pas).

CarnetsdeMarine_YushanFang
À votre arrivée il suffit de demander une fondue et on vous amènera une feuille sur laquelle vous cocherez tout d’abord le type de bouillon que vous souhaitez : poulet, canard, etc. Moi j’ai pris poulet, mais mon amie chinoise m’a dit que le bouillon de canard était très bon aussi. Je le testerai la prochaine fois.

CarnetsdeMarine_YushanFang
Ensuite vous cochez les viandes que vous voulez : bœuf, agneau, poulet, porc, etc. Les produits de la mer : crevette, calamar, poisson, etc. Les légumes : choux, carotte, champignon, patate douce, taro, épinard, etc. Et bien d’autres choses : ramen, nouilles chinoises, raviolis, gâteaux de riz, etc.

CarnetsdeMarine_YushanFang
En attendant que l’on vous amène tous les ingrédients que vous avez choisi. Levez-vous, vous trouverez près du comptoir plein de sauces. Prenez un bol vide à droite et faites votre propre sauce. Personnellement, j’ai reproduit la même sauce que mes amis chinois :

  • 3 cuillères (environ) de sauce de graines de sésame,
  • 2 cuillères de sauce saté,
  • 1 cuillère de sauce à la ciboulette (sauce verte),
  • 1 petit peu de sauce pimentée,
  • 1 pincée de coriandre,
  • 1 petite cuillère de bout de cacahuètes,
  • 1 petite cuillère de graines de sésame.

Vous faites cuire les aliments dans le bouillon et vous les trempez dans la sauce avant de les manger. Attention, la viande cuit très vite. À peine, dans l’eau vous pouvez quasiment déjà La sortir. 🙂

Mon avis :

C’était excellent ! Il y avait énormément de choix. J’ai beaucoup aimé l’ambiance du restaurant. Il n’y avait que des chinois et cela faisait très typique. Même la décoration était amusante avec des images d’anciens empereurs. J’ai beaucoup ris en voyant la forme des sourcils des femmes durant l’empire Tang. Il y a vraiment des tendances qui nous paraissent ridicule aujourd’hui. 😉

CarnetsdeMarine_YushanFang
Le personnel était très aimable et très à l’écoute. À chaque fois que nous avons demandé à être resservi en bouillon ils réagissaient très vite. La nourriture était très bonne. J’aime le concept de se faire sa sauce, choisir ses ingrédients et les faire cuire soi-même.

Prix ? 

Nous avons payé 21€80 chacun il me semble pour avoir tous les ingrédients à volonté.

Pour plus d’informations, je vous invite à vous rendre sur leur site en cliquant ici.

Restaurant à Paris : Blue elephant

Le restaurant « Blue elephant » est un restaurant thaïlandais situé près de Bastille à Paris. Je l’ai testé la semaine dernière avec des amies et voilà mon avis.

Le décor

Rien que pour la décoration je vous invite à aller à ce restaurant, on se croirait vraiment en Thaïlande, ou plutôt dans l’image que j’ai de la Thaïlande. Je vous avoue je n’ai encore pas mis les pieds en Thaïlande donc je ne peux pas vous affirmer que cela ressemble à un restaurant que l’on trouverait en Thaïlande. Tout est en bois, avec une fontaine et dedans des poissons, un petit pont au centre avec des petites statues un peu partout, de la végétation… Magique !

Le menu

J’ai trouvé qu’il y a beaucoup de choix, les plats avaient l’air appétissant et authentique.  Personnellement, j’ai commandé le « poulet aux noix de cajou » avec en accompagnement du riz et c’était délicieux ! Pour vous faire une idée sur le menu, cliquez-ici.
Pour les végétariens, il y a même une section pour vous dans le menu ! Par contre pas de cuisine halal visiblement, j’ai entendu une jeune femme derrière moi se plaindre à ce sujet.

Le personnel

Gros point noir, qui fait que je n’y retournerai sans doute pas, l’attente. Il y avait beaucoup de serveurs, nous étions les premières arrivées, nous n’avons pas reçu notre premier plat avant 1h30 d’attente et je n’exagère pas. Il a fallu plus de 30 minutes avant qu’on ne réussisse à commander. Puis 45 environ avant qu’une première entrée arrive pour une amie. Et enfin après encore 40 bonnes minutes nous avons reçu les plats. Donc moi et une autre amie avons vraiment attendu plus d’une heure et demie avant de manger. Sachant que nous avions toutes les deux très faim…

Le personnel évitait nos regards ou nos appels, j’ai bien cru que j’allais finir par m’énerver mais cela faisait longtemps que je n’avais pas revu mes amies donc je n’ai pas eu envie de gâcher la soirée à m’énerver face à ce manque de professionnalisme. Cela m’a encore plus choqué car je venais de rentrer de Corée et le service là-bas est juste le M-E-I-L-L-E-U-R que j’ai jamais vu. Les gens sont souriants, toujours disponibles, ils viennent régulièrement demander si tu as besoin de quelque chose, etc. A blue elephant, pas un sourire, j’avais l’impression que les serveurs fuyaient dès qu’ils croisaient nos regards… C’était très désagréable comme expérience et juste pour cela je n’y retournerai pas. Le décor peut être merveilleux, les plats délicieux (ils peuvent vu le prix), si c’est pour être ignoré et attendre 1h30 avant de pouvoir manger vous pouvez attendre avant que je revienne…

CarnetsdeMarine_BlueElephant

Le prix

Le sujet qui fâche. 😉 Honnêtement, cela reste encore abordable si on choisi bien ses plats et accompagnement. Cependant cela reste un peu cher pour moi surtout quand on pense a combien cela leur a coûté pour confectionner les plats. Je crois que j’ai payé 21 euros ou 23 euros pour mon poulet aux noix de cajou. Il faut ajouté 4 euros pour le riz en accompagnement… C’est quelque chose qui m’énerve d’avoir a payer pour le riz en accompagnement… Désolée, encore une fois comme je viens de rentrer de Corée ou les accompagnements sont toujours servis d’office, gratuitement, avec chaque plat et qu’il est gratuit de demander à être resservi… J’ai du mal à m’adapter. 😉

CarnetsdeMarine_BlueElephant

Pour en savoir plus, je vous invite à cliquer ici.

La photo du jour – En Bretagne

CarnetsdeMarine_Kermagen

Kermagen

En ce moment je me ressource en Bretagne et je passe tous mes après-midi à la plage de Kermagen. Je vais à cette plage depuis mon enfance chaque été (enfin presque, depuis quelques années je passe mes étés en stage). Je profite au maximum avant de rentrer à Paris. Ici, il ne fait ni trop chaud ni trop froid, la température de l’eau est certes  plus froide qu’à Cancun. Toutefois, le plus dur c’est juste de rentrer dans l’eau et une dedans c’est tout à fait supportable !

J’aime la Bretagne car ce n’est pas blindé de touristes, les gens sont très amicaux et les paysages sont magnifiques. Si vous devez vous ressourcer quelque part c’est donc l’endroit idéal. Cependant, ne partagez pas ce petit secret à trop de personnes où je ne pourrais plus profiter de mon havre de quiétée en paix. 😉

La photo du jour

CarnetsdeMarine_ParisLaPhotoDuJour

Pardon, pardon cela fait un petit moment que je n’ai rien posté sur le site. Déménagement, emménagement, retour chez les parents, etc. J’avais bien besoin d’une petite semaine et demi en plus pour souffler et me reprendre en main. 😉

Ces derniers jours, je me suis lancée à la re-découverte de la ville dans laquelle je vie actuellement : Paris. Je ne compte pas y finir ma vie donc autant profiter tant que j’y vis pour la visiter de fond en comble. 🙂

Si avant je ne comprenais pas les parisiens et leur « mais il n’y a rien à faire en province », je comprends un peu mieux maintenant. Clairement, ici vous avez un milliard de choses à faire, découvrir, acheter, etc. Des choses que je ne trouverais pas dans ma petite ville de province. Ok, je vous concède le « il y a tout à Paris ». Toutefois, je trouve cette vie épuisante, trop de transports, de gens stressés, désagréables et mal éduqués… Oui, il y a tout, sauf le plaisir d’une petite ville avec ses petites habitudes dans laquelle je peux me balader et aller d’un point A à un point B sans prendre 3 métros avec des gens à l’odeur douteuse… 🙂 (pardon pour les clichés mais c’est une réalité).

J’aime Paris, mais je l’aime en grande partie car je sais que je n’y passerais pas toute ma vie !

La photo du jour

DSC09221

J’ai pris cette photo dans le port de Saint-Malo, le weekend de la Pentecôte 2016. C’est dans cette ville qu’est né le 4 septembre 1768 l’homme politique, académicien et écrivain français : François-René de Chateaubriand. Personnellement je le connais surtout pour son célèbre ouvrage Mémoires d’outre-tombe (1841) qu’on nous encourage vivement (soyons clair on nous oblige 🙂 ) à lire durant notre scolarité. Ci-dessous quelques citations pour vous resituer l’ambiance du texte:

  • On n’est jamais reçu à dire que tout est perdu quand on n’a rien tenté.
    Chateaubriand ; Mémoires d’outre-tombe (1841)
  • On s’irrite moins en raison de l’offense reçue qu’en raison de l’idée que l’on s’est formée de soi.
    Chateaubriand ; Mémoires d’outre-tombe (1841)

Mémoires d’outre-tombe est un chef-d’œuvre d’autobiographie et une mine d’informations pour les historiens. En effet, les premiers livres recréent l’enfance de l’auteur et sa formation dans son milieu social de petite noblesse bretonne à Saint-Malo ou à Combourg. Puis les livres suivants relèvent davantage du tableau historique des périodes dont il a été le témoin de 1789 à 1841.

C’est un des précurseurs du romantisme en France. Après sa mort, ses restes sont transportés à Saint-Malo et déposés face à la mer, selon son vœu, sur le rocher du Grand Bé, un îlot dans la rade de Saint-Malo, auquel on accède à pied lorsque la mer s’est retirée.

Je ne sais trop comment cet article « La photo du jour » s’est transformé en mini article sur Chateaubriand. Toutefois, j’espère que cette photo aura égayé la journée des personnes pour qui ces dernières semaines ont été synonymes de grisailles et pluies…

Toutes mes excuses si j’en ai endormi certains. 😉