To the bone

ToTheBone_CarnetsdeMarine

Date de sortie : 14 juillet 2017
Durée : 1h47min
Réalisateur : Marti Noxon
Acteurs : Lily Collins, Keanu Reeves, Carrie Preston, Alex Sharp
Genre : Drame

Synopsis

« Ellen a 20 ans et est anorexique. Elle a passé la plus grande partie de sa vie à suivre différents programmes afin de se soigner. Déterminée à l’aider, sa famille l’envoie dans un centre spécialisé dirigé par un médecin non conventionnel. Surprise par les règles du centre et charmée par son nouvel entourage Ellen va tenter de se reconstruire et s’accepter.  »

(Source : Allociné)

Mon avis

J’ai beaucoup aimé ce film. Il touche un sujet sensible sans pour autant tomber dans le cliché. J’ai apprécié l’approche, par exemple concernant la famille ou le passé d’Elli on s’y attarde un peu pour comprendre que oui cela a sans doute été un facteur qui a joué mais que ce n’est pas cela au fond l’important. L’important c’est d’avancer et parler de sa famille ne résoudra pas un problème qui a dépassé le cadre de la famille.

Ce film n’est pas hypocrite dans le sens où à un moment le médecin explique que personne ne viendra la sauver et que oui il lui arrivera sans doute d’autres malheurs dans sa vie, la question c’est comment elle compte affronter les mauvais tours que nous joue la vie. Il n’existe pas de thérapie miracle c’est à elle d’affronter sa « maladie », son « addiction ».

Car en réalité l’anorexie ce n’est pas juste être mince pour être mince. Non, il y a différentes formes d’anorexie et de trouble alimentaire. Et c’est surtout la sensation d’euphorie que l’on ressent à s’affamer que les personnes recherchent.

J’étais étonnée de voir Elli faire autant d’abdos et chercher autant à éliminer les calories. Dans mon esprit, les anorexiques ne faisaient qu’éviter de manger mais n’avaient pas la force d’en plus éliminer le peu qu’on les forçait à manger… je veux dire, vous imaginez à quel point ça doit être difficile de faire du sport alors que vous n’avez aucune énergie. J’avais déjà lu des livres sur des anorexiques et j’avais déjà bien compris qu’il était terriblement difficile de s’en sortir. Mais jamais il n’était mentionné qu’ils cherchaient à éliminer en courant ou en faisant des abdos. Je suppose que cela dépend des cas.

J’ai aimé le rythme du film. La fin nous laisse en suspens on sent qu’elle était a un tournant décisif mais on ne sait pas comment elle va évoluer. Elle a choisi d’avancer et de dire « ta gueule » à la petite voix qui lui dit qu’elle doit perdre du poids. Elle a fait la paix avec ses mères. Mais pour autant c’est quelque chose avec lequel elle devra vivre toute sa vie…

Je vous recommande ce film. Mais n’oubliez pas que c’est un sujet difficile…

Trailer : 

Kingsman : Le cercle d’or

Date de sortie : 11 octobre 2017
Durée : 2h21min
Réalisateur : Matthew Vaughn
Acteurs : Taron Egerton, Colin Firth, Mark Strong, Julianne Moore
Genre : Action, Espionnage, Comédie

KingsmanLeCercleDOr_CarnetsdeMarine

Synopsis :

« KINGSMAN, l’élite du renseignement britannique en costume trois pièces, fait face à une menace sans précédent. Alors qu’une bombe s’abat et détruit leur quartier général, les agents font la découverte d’une puissante organisation alliée nommée Statesman, fondée il y a bien longtemps aux Etats-Unis.
Face à cet ultime danger, les deux services d’élite n’auront d’autre choix que de réunir leurs forces pour sauver le monde des griffes d’un impitoyable ennemi, qui ne reculera devant rien dans sa quête destructrice. »

(tiré du site Allociné)

Mon avis :

Matthew Vaughn est un réalisateur que je respecte. Il a déjà réalisé Kick Ass ou encore Stardust, le mystère de l’étoile, entres autres, et j’ai beaucoup aimé ces deux films. J’avais adoré le premier Kingsman alors j’en attendais beaucoup de ce nouveau film.

Dans ce film on perd un peu d’effet de surprise comparé au premier. On joue plus sur l’humour, le côté décalé (voire trash) et les scènes d’actions. Celles-ci sont d’ailleurs merveilleusement bien chorégraphiées !

Ici on se joue de la réalité classique des films d’actions de type James Bond. Il y a beaucoup de parodie de tous ces vieux clichés jamesbondesques. Le tout est là pour nous divertir et c’est drôlement efficace ! J’ai personnellement beaucoup aimé ce deuxième volet !

Si le film est très divertissant j’ai noté quelques petites notes de sérieux glissées par-ci par-là. Julianne Moore qui se lamente que les lobbies pour le tabac et l’alcool soient légaux. Ou encore, le président des Etats-Unis qui est tout heureux de pouvoir se débarrasser d’une partie de la population qu’il considère comme des problèmes.

Si l’ajout de ce cousin américain (les statesmen) tombe à pic, je vous avoue que les cow-boys ne m’ont pas tellement emballé. Ils gâchent un peu le côté british du film… Heureusement, (SPOILER) le retour de Colin Firth est un immense plaisir et cela a apaisé ma déception pour les cow-boys.

J’ai halluciné en voyant qu’Elton John était dans le film, un invité assez stylé !

J’ai beaucoup aimé tous les acteurs. Notamment Julianne Moore, qui incarne bien la grande méchante tout en subtilité. C’était assez drôle (SPOILER) de la voir se lamenter sur le fait qu’elle est la plus grande trafiquante du monde mais que personne ne la connaît. Ce qui est bien techniquement, malheureusement cela ne comble pas son besoin de reconnaissance.

En conclusion, je vous recommande chaudement ce film ! 

Trailer :

Note : 9 / 10

La belle et la bête

CarnetsdeMarine_LaBelleEtLaBête

Date de sortie : 22 mars 2017
Durée : 2h09
Réalisateur : Bill Condon
Acteurs : Emma Watson, Dan Stevens, Luke Evans
Genre : Fantastique, Romance, Musical

Synopsis :

« Fin du XVIIIè siècle, dans un petit village français. Belle, jeune fille rêveuse et passionnée de littérature, vit avec son père, un vieil inventeur farfelu. S’étant perdu une nuit dans la fôret, ce dernier se réfugie au château de la Bête, qui le jette au cachot. Ne pouvant supporter de voir son père emprisonné, Belle accepte alors de prendre sa place, ignorant que sous le masque du monstre se cache un prince victime d’une terrible malédiction. »

Mon avis :

Bill Condon a réalisé les deux derniers Twilight, Le cinquième pouvoir, Mr. Holmes, etc. En voyant qu’il avait réalisé Twilight je me suis dit : « oulalala, qu’est-ce que cela va donner ». Qu’est ce qui a changé dans ce film comparé au dessin animé ? Pas grand-chose et personnellement c’est ce qui m’a plus. C’est le dessin animé retranscrit en film, en mieux. J’ai beaucoup aimé ce film, car j’ai toujours adoré le dessin animé.

Dans ce film, je trouve qu’il y avait un ton plus féministe que dans le dessin animé. Belle n’est pas une tête de linotte, elle est intelligente, elle aime lire et apprendre. Et Emma Watson incarne bien ce personnage et transmet bien ce message féministe. D’autre part, Disney a introduit pour la première fois l’homosexualité dans ce film.  Cela a visiblement fait polémique dans certains pays.

J’ai beaucoup aimé l’esthétique du film, les personnages animés sont très bien réalisés (notamment le chandelier). Toutefois, la bête est moyennement bien réussi je trouve. J’ai aimé comment l’histoire d’amour évolue. Les deux ne tombent pas amoureux instantanément. Non, ils se disputent, ils discutent de livres, ils vont apprendre à se connaître. Ce n’est pas le coup de foudre au premier regard.

CarnetsdeMarine_LaBelleEtLaBête

Il y a un moment du film qui m’a paru inutile. La scène ou la bête explique que l’enchanteresse lui a laissé un livre magique qui peut lui permettre de s’évader où il veut. Cela permet à Belle de se rendre à Paris pour voir sa mère et comprendre pourquoi elle est morte… Cette scène est totalement inutile… On se fiche de tout cela, on n’avait même pas compris jusqu’ici qu’elle ne savait pas pourquoi sa mère était morte…

Deuxième point inutile, le fait de situer l’histoire dans un petit village français. Ce n’est pas du tout utile de préciser où se situe l’histoire surtout si après on n’en tire pas parti. Ici, si personne ne m’avait précisé que cela se déroule en France, je n’y aurais jamais pensé…

C’est un Disney, c’est mon enfance, ce n’est clairement pas un grand film. Cela ne vole pas haut. C’est romantique, il y a de jolis décors et de jolis musiques. On s’évade le temps du film. Je vous le recommande si comme moi vous aimez le dessin animé.

Trailer :

Note : 6,5 / 10

 

La La Land

CarnetsdeMarine_LaLaLand

Date de sortie : 25 janvier 2017
Durée : 2h08
Réalisateur : Damien Chazelle
Acteurs : Ryan Gosling, Emma Stone, John Legend, J. K. Simmons 
Genre : Comédie musicale, romance

Synopsis :

« Au cœur de Los Angeles, une actrice en devenir prénommée Mia sert des cafés entre deux auditions. De son côté, Sebastian, passionné de jazz, joue du piano dans des clubs miteux pour assurer sa subsistance. Tous deux sont bien loin de la vie rêvée à laquelle ils aspirent…
Le destin va réunir ces doux rêveurs, mais leur coup de foudre résistera-t-il aux tentations, aux déceptions, et à la vie trépidante d’Hollywood ? »

Mon avis :

Avant de vous parler de mon avis sur ce film qui a fait sensation, je voudrais parler un peu du réalisateurDamien Chazelle a suivi un cursus en cinéma à Harvard et pensait peut être devenir musicien avant cela. En fouinant un peu j’ai appris qu’il a déjà réalisé plusieurs oeuvres avec de très bonnes critiques dont on citera  Whiplash. Beaucoup de personnes m’ont parlé de ce film : « c’est génial ! Tu dois absolument aller le voir ! ». Je pense que j’avais donc beaucoup d’attentes pour ce film et c’est toujours mauvais. Je suis donc ressortie de cette histoire avec une opinion assez mitigée.

Les deux acteurs étaient très bien, même si Emma Stone faisait parfois trop de mimiques à mon goût (je n’aime pas les gens qui font trop de grimaces et qui surjouent). J’ai trouvé le scénario très bien écrit et surprenant (notamment à la fin). L’histoire est pleine de clichés sur Hollywood et les gens qui rêvent d’y réaliser leur rêve. J’avais un peu peur de m’ennuyer car c’est une comédie musicale et ce genre m’ennui parfois. je sais que les américains adorent ce style, mais excusez-moi, il faut savoir trouver la balance entre chants et narration. 😉

CarnetsdeMarine_LaLaLand

Cependant, il est à noter que même si ce film baigne dans l’esprit des comédies musicales vintage, l’histoire d’amour prend le pas sur le genre attendu. Peut-être pour décevoir les aficionados de ce style, mais aussi pour mieux plaire aux plus réfractaires ! Clairement, Emma Stone et Ryan Gosling ne seront jamais de grands chanteurs selon moi. Mais leurs voix ne sont pas désagréables et cela fait plus vrai. La musique dans le film est : magique ! Les moments dans les bars de jazz, les moments de piano, les claquettes, etc. J’ai vraiment aimé cet univers. Et comme le personnage d’Emma Stone qui n’aimait pas le jazz, Sebastian m’a appris à aimer le jazz.

On voit clairement l’importance des choix de chacun des personnages pour réaliser leurs rêves. L’influence qu’ils ont l’un sur l’autre ou pas, les discussions et les mauvaises interprétations. S’identifier à ses idoles peut freiner notre propre avancée dans la vie. Dans ce film il y a juste ce qu’il faut de kitch et de sixties, tout en demeurant dans le XXIe siècle ! La fin m’a surprise, (S-P-O-I-L-E-R) je pensais réellement que ces deux la finiraient ensemble. Est-ce cela qui m’a déçu ? Non, j’ai aimé que le film reste réaliste. C’est comme cela la vraie vie, les choix que l’on fait ou non, ont un impact, les choses que l’on dit ou non, ont un impact et la vie continue. L’amour est une chose, la vie en est une autre. Les deux ne finissent pas toujours comme on le pense ou le souhaite. Le dernier regard qu’Emma Stone échange avec Ryan Gosling dit tout, je t’aime et je t’aimerai toujours mais chacun à sa vie maintenant. S’ils avaient fait des choix différents ils auraient eu une vie différente. Les choix ont été fait, on ne revient pas en arrière, chacun doit continuer sa route.

CarnetsdeMarine_LaLaLand

Oui j’ai aimé ce film, pour la beauté des images, pour la beauté de la musique, pour la beauté du scénario, pour la beauté des acteurs et leur talent. Toutefois, je pense que j’avais trop d’attentes pour ce film et je suis sortie légèrement déçue. Je n’ai pas été émue, je n’ai pas frissonnée, je n’ai pas rêvé ! Je ne me suis pas ennuyée mais je n’ai pas été transportée…

Je vous recommande donc ce film, mais pitié ne commencez pas à avoir trop d’attentes et profitez du film sans rien en espérer. 🙂

Trailer :

Note : 8,5 / 10

Les figures de l’ombre

CarnetsdeMarine_LesFiguresDeLOmbre

Date de sortie : 8 mars 2017
Durée : 2h06
Réalisateur : Theodore Melfi
Acteurs : Taraji P. Henson, Octavia Spencer, Janelle Monae, Kevin Costner 
Genre : Drame, Biopic

Synopsis :

« Le destin extraordinaire des trois scientifiques afro-américaines qui ont permis aux États-Unis de prendre la tête de la conquête spatiale, grâce à la mise en orbite de l’astronaute John Glenn.

Maintenues dans l’ombre de leurs collègues masculins et dans celle d’un pays en proie à de profondes inégalités, leur histoire longtemps restée méconnue est enfin portée à l’écran. »

CarnetsdeMarine_LesFiguresDeLOmbre

Mon Avis :

J’ai aimé les personnages que les actrices représentaient et le jeu des actrices. Trois personnalités laissées trop longtemps dans l’ombre. Katherine ­Johnson, née en 1918, âgée de 98 ans aujourd’hui, a été la première et seule femme noire à être sélectionnée pour intégrer l’université sur décision de la Cour suprême des États-Unis. Dorothy Vaughan (1910-2008) a dirigé le centre de recherche Langleyet et Mary Jackson (1921-2005), calculatrice de choc dans cette même section, a été sollicitée par l’ingénieur Kazimierz Czarnecki pour travailler sur la compression et la soufflerie supersonique en particulier. La ténacité et le courage de ces femmes finiront par faire tomber les barrières. On ne peut que respecter des gens aussi passionnés qui aide à changer la société de l’époque.

CarnetsdeMarine_LesFiguresDeLOmbre

J’ai aimé ces personnages, toutefois, le film en lui-même était un peu trop lisse, classique et ennuyeux. Tout du long on semble attendre quelque chose, ressentir quelque chose, mais non personnellement je n’ai rien ressenti de particulier en regardant ce film. Oui j’ai un grand respect pour ces femmes et oui c’est intéressant de les connaitre… Mais sans plus… Même la scène ou Kevin Costner détruit le panneau des toilettes pour personne de couleur ne m’a pas particulièrement affecté… Peut-être suis-je une personne blasée ?!

Ma conclusion, oui ce film est bien et je vous le recommande. Vous découvrirez trois femmes exceptionnelles et les problèmes qu’elles ont du surmonter. Vous comprendrez mieux la vie des « personnes de couleurs » à cette époque. Vous verrez des femmes courir pour aller aux toilettes, faire des mathématiques et apprendre à programmer. C’est intéressant, mais ce n’est pas si touchant en tout cas moi cela ne m’a pas marqué. Ce film est bien mais pas extraordinaire. Tel est mon ressenti. Je pense que la bande annonce m’a fait m’imaginer des choses et j’ai été déçu par le film. Le film ne souligne pas assez les problèmes auxquels elles font face peut-être… Je ne sais pas exactement ou est le problème mais je n’ai pas été touchée…

Trailer :

Note : 7 / 10

Tu ne tueras point

CarnetsdeMarine_TuNeTuerasPoint

Date de sortie : 9 novembre 2016
Durée : 2h20
Réalisateur : Mel Gibson
Acteurs : Andrew Garfield, Vince Vaughn, Teresa Palmer, Sam Worthington, Hugo Weaving
Genre : Drame, Guerre, Biopic

Synopsis :

« Quand la Seconde Guerre mondiale a éclaté, Desmond, un jeune américain, s’est retrouvé confronté à un dilemme : comme n’importe lequel de ses compatriotes, il voulait servir son pays, mais la violence était incompatible avec ses croyances et ses principes moraux. Il s’opposait ne serait-ce qu’à tenir une arme et refusait d’autant plus de tuer.

Il s’engagea tout de même dans l’infanterie comme médecin. Son refus d’infléchir ses convictions lui valut d’être rudement mené par ses camarades et sa hiérarchie, mais c’est armé de sa seule foi qu’il est entré dans l’enfer de la guerre pour en devenir l’un des plus grands héros. Lors de la bataille d’Okinawa sur l’imprenable falaise de Maeda, il a réussi à sauver des dizaines de vies seul sous le feu de l’ennemi, ramenant en sureté, du champ de bataille, un à un les soldats blessés. »

CarnetsdeMarine_TuNeTuerasPoint

Mon avis :

Je m’attendais à détester ce film, encore un film de guerre ou les gentils américains vont se sacrifier et être des héros… En plus, en voyant Mel Gibson comme réalisateur, euh… Mais il faut lui reconnaître le génie des films comme Braveheart ou Apocalypto donc je n’ai pas de préjugés… L’idée de base m’a aussi un peu perturbé, je suis tout à fait admirative de l’idée de ne pas tuer et de vouloir devenir soldat infirmier dans une guerre. Mais je comprends aussi qu’à l’époque cela a posé problème qu’il refuse de porter une arme. J’ai été sciée quand le mec cours dans la bataille sans arme, sans rien à part ses bandages et sa morphine, le courage qu’il doit falloir pour faire cela…

Je trouve que le film rend justice à Desmond Doss, aussi bien sur le plan psychologique que sur le plan de ses convictions religieuses… (oui il y a beaucoup de scène ou on parle de religion). Personnage complexe, à la fois traumatisé par la violence par son père alcoolique qu’il a failli tuer une fois et par lui-même lorsqu’il manque de tuer son frère lorsqu’il joue enfant. Il semble pourtant d’apparence insouciante parfois. Cet être va devenir passionnant à observer et à suivre tout au long de ce parcours obstiné à refuser coûte que coûte le port d’arme… Objecteur de conscience dans l’âme, mais persuadé qu’il doit servir son pays, c’est là tout le paradoxe de Desmond, paradoxe qu’il assumera pour aller jusqu’au bout !

CarnetsdeMarine_TuNeTuerasPoint

Les acteurs ont tous été excellents et je trouve le scénario très réussi. L’entrainement militaire et les problèmes que Desmond doit affronter avant même d’aller sur le champ de bataille est intéressant. Cela nous aide à comprendre les questions que soulève le fait d’avoir un objecteur de conscience sur un champ de bataille sans arme. Clairement tout le monde le croit fou, stupide, inutile, voire dangereux… Pourtant, une fois sur le champ de bataille ce n’est pas le fait d’avoir une arme ou non qui semble aider les soldats à survivre…

Les scènes de combat entre américains et japonais sont très bien réalisées. Il y a beaucoup d’images très réalistes, alors âmes sensibles vous êtes prévenues ! Efficace dans son fonctionnement, émouvant dans la démarche de ce jeune soldat, ce film ne peut que marquer les esprits ! Moqué, bousculé, rejeté, Desmond Doss prouvera sa valeur sur le champ de bataille d’Okinawa à Hacksaw Ridge (la falaise du hachoir, le nom en v.o du film). Mel Gibson ne lésine pas sur le sang, le gore et montre la guerre telle qu’elle est sans la glorifier.  Et toute cette violence dénonce et souligne la stupidité de cette boucherie. A l’aide de longues séquences au ralenti, Gibson offre sa vision de l’apocalypse et le courage de Desmond Doss.

CarnetsdeMarine_TuNeTuerasPoint

Desmond T. Doss fut le premier soldat objecteur de conscience à avoir été décoré de la Medal Of Honor des mains du Président Harry Truman en 1945 pour son incroyable courage. Il a sauvé la vie de plus de 70 soldats pendant la bataille d’Okinawa. Tu ne tueras point est l’anti-film de super-héros. Le héros n’a besoin que de sa foi, de ses convictions et de son courage pour s’affirmer, et non pas d’armes ni de super pouvoirs. Et cela m’a plu, ce personnage m’a touché. Respect, je pense que peu de personnes seraient capable d’un tel courage et d’une telle foi. Je vous recommande donc chaudement ce film ! Attention, n’oubliez pas que c’est comme même assez gore… 🙂

Trailer :

Note : 9 / 10

Logan

CarnetsDeMarine_Logan

Date de sortie : 1 mars 2017
Durée : 2h17
Réalisateur : James Mangold
Acteurs : Hugh Jackman, Patrick Stewart, Dafne Keen, Boyd Holbrook
Genre : Science fiction, Action, Aventure

Synopsis :

« Dans un futur proche, un certain Logan, épuisé de fatigue, s’occupe d’un Professeur X souffrant, dans un lieu gardé secret à la frontière Mexicaine. Mais les tentatives de Logan pour se retrancher du monde et rompre avec son passé vont s’épuiser lorsqu’une jeune mutante traquée par de sombres individus va se retrouver soudainement face à lui. »

CarnetsDeMarine_Logan

Mon avis :

James Mangold, le réalisateur, avait déjà réalisé le dernier Wolverine (Le combat de l’immortel). Je vous rappelle que dans ce film l’immortalité et le pouvoir de régénération de Logan sont remis en cause. James Mangold a réalisé la série Zoo qui est excellente et que je vous recommande chaudement. C’est également lui qui a réalisé Night & Day un film que j’avais bien aimé.

Est-ce que Logan m’a plu ? Oui, j’ai beaucoup aimé ce film, mais pour vous expliquer pourquoi je vous préviens il va y avoir du SPOILER ! J’ai aimé ce film, mais il y a plusieurs choses qui m’ont titillés. Notamment, le fait qu’il y a beaucoup de choses qu’on ne nous explique pas. On ne sait pas pourquoi les autres membres des X-Mens sont morts. C’est très vaguement mentionné mais sans détails. On ne comprend pas tout à fait ce qu’il se passe avec Logan et pourquoi il vieillit. Bon je comprends que c’est lié à ce qu’il c’est passé au Japon dans le film précédent, mais il pourrait prendre 3 minutes pour l’expliquer sur un film qui dure 2h17… 🙂 Beaucoup de choses restent en suspens et c’était parfois frustrant.

CarnetsDeMarine_Logan

Le plus bizarre dans ce film était de voir Wolverine vieux. Un super héros qui doit porter des lunettes parce que sa vue baisse, qui a du mal a guérir, qui est alcoolique et avec des tendances clairement suicidaires. S’il ne devait pas s’occuper du professeur Xavier on se demande s’il serait encore là. Charles Xavier, qui lui-même n’est pas au mieux de sa forme. En effet, l’unique membre de l’équipe d’origine encore vivant dans ce troisième volet, est atteint d’une maladie dégénérative qui le contraint à s’isoler du monde, bourré de médicaments afin de brider ses pouvoirs. Il fait des crises lorsqu’il n’est pas shooté de médicaments et il risque de tuer des gens lors de ces crises qu’il ne contrôle pas.

Logan cache donc le professeur et le drogue. Il est devenu chauffeur de limousine pour gagner de l’argent pour acheter un bateau et s’enfuir avec le professeur et la personne qui l’aide à s’occuper de lui. C’est donc assez étrange de voir ces deux personnages d’habitude des héros, devenir des épaves… Wolverine est encore plus violent qu’avant et j’ai trouvé ce film plus sombre et plus sanglant que les anciens films. D’habitude même s’il tue des gens ce n’est pas aussi détaillé dans les images. Même sa façon de s’exprimer n’est plus aussi contrôlé que dans les anciens films. Dans les anciens film c’était un peu le rebelle, le bad boy à l’âme torturé, pour autant rien d’alarmant. Ici, Logan n’en a clairement plus rien à foutre de tout à part de Charles Xavier.

CarnetsDeMarine_Logan

Il se retrouve bien malgré lui avec une enfant sur les bras X-23 ou Laura poursuivie par la même organisation qui l’a affublé de ses griffes. Charles Xavier veut évidemment aider Laura et les autres enfants fruits des expérimentations de l’organisation. Logan reste donc fidèle à l’esprit de la saga X-Men, et surtout à la métaphore sur laquelle elle se base : celle de l’oppression des minorités. Aux discriminations auxquelles sont confrontés les X-Men depuis le premier film s’ajoute ici la recherche d’un Eden où les mutants pourront vivre à l’abri de ceux qui les tyrannisent.

Ce qui est assez amusant c’est que Laura et les autres enfants ont été créés au Mexique, ils sont tous hispanophones et sont tous nés de mères porteuses mexicaines. A un moment l’infirmière qui sauve Laura explique que l’organisation les croyaient trop pauvres et trop stupides pour comprendre et faire quoique ce soit contre eux, la compagnie américaine… Je me suis un peu demandée si ce film n’était pas un peu engagé. Je veux dire, en pleine crise migratoire et avec Trump et compagnie, c’est assez amusant de voir Logan baser son histoire sur une petite mexicaine qui cherche un Eden dans un autre pays pour survivre.

La relation mentor-élève de Wolverine et du professeur Xavier se développe pour laisser place à des rapports presque filiaux. Logan, prend soin du professeur comme d’un père. La responsabilité de protéger les mutants passe d’une main à l’autre : la mission revient à Logan lorsque Charles Xavier meurt, avant que Wolverine ne succombe lui-même à ses blessures.

C’est la fin de ce film et la fin de la saga Wolverine avec Hugh Jackman. Logan sacrifie sa vie pour sauver celle de Laura, sa fille, créée à partir de ses cellules et qui l’appelle papa avant qu’il ne meurt. Elle continue sans lui sa quête d’un Éden, accompagnée d’une toute nouvelle génération de mutants. L’histoire se termine, et la mission de protéger les mutants a été transmise à la nouvelle génération créée en laboratoire.

Autant vous dire que vous ne vous ennuierez pas pendant ce film ! Je vous le recommande chaudement. Charles Xavier, Logan et Laura sont touchants et les acteurs ont fait un excellent travail. Le scénario est bien, même si certaines questions restent en suspens. Les scènes d’action sont très bien chorégraphiées et le tout forme un ensemble cohérent et intéressant.

Trailer :

Note : 8 / 10

Premier contact

CarnetsDeMarine_PremierContact

Date de sortie : 7 décembre 2016
Durée : 1h56
Réalisateur : Denis Villeneuve
Acteurs : Amy Adams, Jeremy Renner, Forest Whitaker
Genre : Science fiction

Synopsis :

« Lorsque de mystérieux vaisseaux venus du fond de l’espace surgissent un peu partout sur Terre, une équipe d’experts est rassemblée sous la direction de la linguiste Louise Banks afin de tenter de comprendre leurs intentions.
Face à l’énigme que constituent leur présence et leurs messages mystérieux, les réactions dans le monde sont extrêmes et l’humanité se retrouve bientôt au bord d’une guerre absolue. Louise Banks et son équipe n’ont que très peu de temps pour trouver des réponses. Pour les obtenir, la jeune femme va prendre un risque qui pourrait non seulement lui coûter la vie, mais détruire le genre humain… »

CarnetsDeMarine_PremierContact

Mon avis :

Denis Villeneuve a réalisé Incendies, Prisoners et Sicario entre autres films, cela vous donne une idée du bonhomme… Si vous n’avez pas vu ces films je vous invite à les voir. Tout comme je vous invite à voir Premier contact. Les 10 premières minutes du film je ne comprenais pas tout, et les passages avec ses souvenirs me paraissaient inutiles. Et puis je me suis dit : « Marine arrête de te concentrer sur cela, regarde ce film jusqu’au bout sans chercher à comprendre pourquoi il y a sans cesse des flashbacks dont tu te fiches ». Et à la fin du film, j’étais assez bluffée par son idée. 🙂

CarnetsDeMarine_PremierContact

J’ai adoré et détesté ce film et je pense qu’il n’y a qu’en le voyant que vous comprendrez ma frustration. La fin du film était à la fois géniale et complètement décevante pour moi. Il faut comprendre que tout l’intérêt du film repose sur la linguistique. C’est à la fois très intéressant de rappeler à quel point notre langage influe sur notre cerveau et notre façon de percevoir les choses mais c’est aussi complètement frustrant (ALERTE S-P-O-I-L-E-R !) de savoir que tout le but du film était d’apprendre le langage des aliens qui viennent nous en faire don en remerciement du fait que nous allons les aider dans plus de 3000 ans ou je ne sais quoi… Tout cela car apprendre leur langue change notre perception du temps. Et par conséquent les flashbacks de Louise ne sont pas des flashbacks, mais la vision de son futur… WTF ?!

CarnetsDeMarine_PremierContact

Cependant, personnellement je n’ai aucune envie de connaitre mon futur ou même de changer ma façon de percevoir le temps. Je suis peut être un peu bête, mais je vous avoue que savoir que je vais épouser tel type, avoir un gosse avec lui, qui aura une maladie et que nous divorcerons puis que mon gosse va mourir. Et bien non je préfèrerais ne pas le savoir à l’avance. C’est un peu comme souffrir 2 fois plus… Et cela veut aussi dire que je peux changer ce futur puisque je le connais déjà, nan ?! Je préfère les choses simples. Et ne pas savoir, rend la vie plus belle selon moi. Nous avons tant de choix possibles…

CarnetsDeMarine_PremierContact

Revenons-en au film, celui-ci propose d’aborder la thématique de l’invasion extraterrestre d’un point de vue pacifiste en s’attardant sur la façon dont nous pouvons les comprendre, le tout en expliquant que le langage n’est pas seulement une façon de communiquer mais surtout une façon de voir et percevoir le monde. Rien que pour la pureté du message proposé et cette envie de rassembler plutôt que diviser dans une époque plus éclatée que jamais, ce film est important. Je pense que même si ce film peut être frustrant sur certains points sur d’autres il reste profond et touchant. J’aime la relation que Louise parvient a crée avec les extraterrestres et sa façon d’aborder les problèmes.

Trailer :

Note : 8 / 10