La Roche Posay – Effaclar : Gel moussant

J’aime ce gel moussant Effaclar de la Roche Posay, car j’ai l’impression qu’il ne me décape pas trop la peau quand je me lave le visage avec. Mais c’est peut être juste dans ma tête car je n’ai pas examiné la liste des ingrédients jusqu’ici. Je vais tâcher de décrypter tout cela avant de vous donner mon verdict final.

CarnetsDeMarine_Effaclar_LaRochePosay_GelMoussant

> Je tiens à rappeler que je ne suis absolument pas une experte en produits cosmétiques et je n’y connais rien aux ingrédients. De plus,  les taux de concentration des ingrédients dans les produits ne sont pas détaillés. Tout cela pour dire que je ne suis pas là pour vous dire : tel ingrédient est mauvais n’utilisez plus jamais de produit en contenant. Suivant son dosage et les autres ingrédients présents, son effet peut être totalement différent. Il faut donc faire bien attention lorsqu’on se lance dans l’analyse détaillée d’un produit. J’essaie ici d’aider à décrypter le charabia mais je ne suis pas experte et je ne vous impose rien. Si ce produit vous convient et que vous l’utiliser depuis longtemps n’arrêtez pas juste à cause de moi. Tout le monde est différent. De plus, je pense que comme moi, vous vous êtes tourné vers des produits La Roche Posay car on s’imagine tous que ce sont de bons produits et j’espère que c’est réellement le cas. <

Ingrédients :

  • Water,
  • Sodium laureth sulfate,
  • PEG – 8,
  • Coco betaine,
  • Hexylene glycol,
  • Sodium chloride,
  • PEG – 120 methyl glucose dioleate,
  • Zinc pca, sodium hydroxyde,
  • Citric acid,
  • Sodium benzoate,
  • Phenoxyethanol,
  • Caprylyl glycol,
  • Parfum

En lisant cette liste d’ingrédients plusieurs choses m’ont gêné.

  • Le parfum

Premièrement, le fait que ce gel contienne du parfum. Le parfum peut être allergisant ou juste irritant pour notre peau. Dans ce cas c’est quelque chose qu’on rince donc ça passe encore, mais personnellement je me passerais bien de ce parfum. Heureusement il est en fin de liste, on espère donc qu’il y en a peu (il me semble que les fabricants sont obligés de lister les ingrédients par ordre décroissant jusqu’à 1 % du contenu du produit cosmétique. Après ces 1 % le fabricant est libre de mettre les ingrédients dans l’ordre qu’il souhaite).

  • Le sodium laureth sulfate

Deuxièmement, le sodium laureth sulfate (SLES) : comme le Sodium Lauryl Sulfate (SLS) c’est un tensio-actif sulfaté avec une puissante action détergente (si puissante que le SLS est couramment utilisé pour le nettoyage industriel des sols et des moteurs). Le SLS et les autres tensio-actifs sulfatés sont en effet des ingrédients de choix pour les industriels car ils sont peu chers, moussent bien (on aime tous quand nos gels et shampoing moussent) et sont propices à la bonne conservation et stabilité des formules. Comme tout tensio-actif sulfaté, le SLS provoque également des picotements très prononcés s’il entre en contact avec les yeux. Picotements que les industriels essaient de réduire en ajoutant d’autres molécules dites moins irritantes.

C’est un irritant cutané dès 0,5% de concentration, le SLS s’avère extrêmement irritant dès 10 à 30% de concentration. Et il est ici en deuxième position dans la liste d’ingrédients… A savoir que certains savons contiennent 30% de SLS… Voilà, voilà, on continue de décortiquer la liste comme même ?

  • Le PEG-8

L’ingrédient suivant : le PEG-8. Mais qu’est ce que c’est que ce truc ? Moi aussi j’ai du mener ma petite recherche avant de comprendre. « Acronyme pour PolyEthylene Glycol. Les PEGs désignent tous les ingrédients cosmétiques qui en sont dérivés, et qu’on peut reconnaitre par les lettres PEG dans leur appellation officielle. »

Les dérivés de polyéthylène glycol sont très utilisés dans les produits cosmétiques, principalement en tant qu’humectants, pour « retenir » l’eau et prévenir le dessèchement, du cosmétique lui-même comme de la peau. Leur nom, sous la forme de leurs initiales suivies de leur poids moléculaire, indique leur origine et leur structure (un poids moléculaire inférieur à 500 signale une consistance liquide, un chiffre supérieur à 500 une graisse ou une cire). Le PEG-8 est ainsi un humectant se présentant sous forme liquide. La plupart sont plutôt bien tolérés par la peau, mais quelques-uns sont dotés d’un potentiel irritant s’ils sont utilisés en grandes quantités.

Certains articles mentionnaient que les PEG rendent la peau perméable et peuvent laisser passer des substances nocives !

Cependant ils sont principalement critiqués du fait de leur procédé de fabrication, un des plus polluants de la cosmétique pour l’environnement, et ils s’avèrent d’autre part assez difficilement biodégradables.

  • La coco betaine

La coco betaine, rien à redire (je pense), c’est un tensioactif doux et non polluant présent dans de nombreux produits cosmétiques traditionnels. Très bien tolérée par les peaux les plus sensibles et évite les irritations.

  • L’hexylène glycol

L’hexylène glycol, pas grand chose à en dire (je n’ai pas trouvé beaucoup d’articles) il est très utilisé comme solvant et agent de couplage (permet la réalisation des émulsions, à partir d’huile et d’eau).

J’ai trouvé beaucoup de choses sur les glycols en général. Ce sont des solvants chimiques souvent utilisés en remplacement de conservateurs. Les émulsifiants PEG (Polyéthylène glycol) et PPG (polypropylène glycol) sont également des glycols.

Quel est le danger ?   Ils sont responsables de réactions allergiques et de dessèchement de la peau (Propylene glycol, Butylene glycol, Pentylene glycol).

  • Le sodium chloride

Le sodium chloride est un liant qui va contrôler la viscosité du produit et qui sert aussi d’agent masquant (réduit ou masque l’odeur de base d’un produit). Dans les produits lavants liquides (shampooings, gels douches), il est utilisé cette fois uniquement comme régulateur de viscosité (épaississant) (le chlorure de sodium a en effet la propriété de faire précipiter les sels des tensioactifs anioniques et donc d’épaissir le produit).

Cette propriété explique pourquoi le chlorure de sodium se retrouve presque systématiquement dans les shampoings. Et c’est là qu’il est accusé d’être néfaste pour la kératine des cheveux (il décaperait la fibre capillaire en attaquant la kératine du cheveux). Mais ce n’est pas nôtre problème aujourd’hui. 🙂

  • PEG-120 methyl glucose dioleate

PEG-120 methyl glucose dioleate est un émulsifiant qui favorise la formation de mélanges entre des liquides non miscibles (comme par exemple l’eau et l’huile). C’est aussi un agent nettoyant. Il est considéré non irritant et permet même de réduire dans l’ensemble les effets irritants d’une formule. C’est visiblement sans danger sur les peaux en bonne santé. Mais j’ai vu quelques sites qui recommandaient de faire attention pour les peaux déjà irritées et abimées.

Attention, certains articles mentionnaient que les PEG rendent la peau perméable et peuvent laisser passer des substances nocives ! De plus, leur procédé de fabrication (éthoxylation) est très toxique.

  • Le zinc PCA

Le zinc PCA : c’est un minéral essentiel pour le renouvellement cellulaire et la santé de la peau. C’est un actif sébo-régulateur composé de zinc et de L-PCA, un “passe-partout” physiologique qui permet une meilleure pénétration et action. Ses vertus cicatrisantes et anti-inflammatoires en font un ingrédient de choix pour lutter contre les problèmes de dermatoses et d’acné. Son effet anti-bactérien permet notamment de lutter contre la prolifération des bactéries responsables de l’acné. Il permet également de réduire les rougeurs, et de protéger la production de collagène. Le zinc PCA possède également un effet hydratant et régule la production de sébum (un humectant qui maintient la teneur en eau d’un cosmétique dans son emballage et sur la peau).

  • Le sodium hydroxide

Le sodium hydroxide, j’avais de gros gros doutes sur cet ingrédient. Mais il faut aussi faire attention à ne pas tout juger trop vite. Oui, ce nom désigne la soude caustique, corrosive et fortement irritante à l’état pur. Le sodium hydroxyde est avec les corps gras, l’ingrédient de base des savons. En réagissant avec les acides gras, il accomplit la saponification qui donne des pains de savons solides. A la fin de ce  processus de saponification, il ne reste plus de Sodium hydroxyde libre dans la préparation et le produit peut-être utilisé sans danger pour nettoyer la peau.

En ce qui concerne les cosmétiques classiques (crèmes, produits nettoyants sans savon, lotions, etc…) le Sodium hydroxyde a une fonction annexe, qui est celle d’ajuster le pH. Le Sodium hydroxyde étant basique, il va diminuer l’acidité du produit final, en passant par exemple d’un pH acide de 3 (qui peut être irritant pour la peau) à un pH physiologique de 5. C’est dans le cadre de cette fonction qu’on retrouve le Sodium hydroxyde, souvent en fin de liste des ingrédients (oui il est bien vers la fin de la liste ici). Il n’a alors aucun effet quelconque dans le produit, s’il est utilisé à hauteur de 0,10% environ, et n’a absolument aucune action irritante. Vous n’avez donc rien à craindre si vous retrouver ce nom dans vos produits de soin, c’est simplement un régulateur de pH !

Attention s’il est en début de liste et s’il est en trop grande quantité par contre !

  • Le citric acid

Le citric acid ou acide citrique peut être utilisé dans les cosmétiques pour modifier ou stabiliser le pH du produit. Il possède aussi des propriétés astringentes qui dépendra de la quantité d’acide citrique contenu dans le produit. Il joue un rôle d’agent de chélation dont le but est de stabiliser le produit sur son aspect et/ou sa composition. Il peut servir d’agent masquant, pour « cacher » des odeurs d’autres composants du cosmétique.

L’acide citrique pouvant être quand même irritant, les cosmétiques en contenant une concentration élevée devront préciser sur leur emballage qu’ils ne doivent pas être mis en contact avec les yeux et d’envisager d’appliquer une protection solaire.

  • Le sodium benzoate

Le sodium benzoate est un conservateur qui inhibe le développement des micro-organismes dans les produits cosmétiques et un inhibiteur de corrosion. C’est également un agent masquant qui réduit ou masque l’odeur de base d’un produit. Toutefois, ce conservateur peut être irritant, allergène (comme de nombreux conservateurs) voire cancérigène quand il est associé à de la vitamine C dont l’association donnerait du benzène, à l’origine de leucémies et autres cancers… Tout cela reste assez flou, une chose est sûre si on peut l’éviter on l’évite mais cela risque d’être compliqué donc on réduit au minimum les produits en contenant.

  • Le phenoxyethanol

Le phenoxyethanol (“Phénoxyéthanol”, “phénoxytol” ou “EGPhE”. ‘2-phénoxyéthanol’), encore un ingrédient qui fait débat. Le phénoxyéthanol fait partie de la famille des éthers de glycol. Ces éthers sont des cosolvants eau-huile utilisés dans de nombreuses applications industrielles y compris cosmétique. La concentration maximale de phenoxyethanol autorisée dans les produits cosmétiques est de 1% ! Reconnu comme allergisant, le phénoxyéthanol peut provoquer de l’eczéma et de l’urticaire chez certains. Le phénoxyéthanol serait également porteur de risques cancérigènes, de fertilité pour l’homme et de toxicité pour le foetus.

Je vous recommande visiblement d’éviter les lingettes pour bébé qui en contiennent. Dans ce gel pour le visage, c’est quelque chose qu’on rince il y a donc peu de risque que ce soit véritablement grave d’en utiliser s’il y en a en petite quantité (on ne le sait pas). Toutefois, si on pouvait éviter ce serait mieux…

  • Le caprylyl glycol

Le caprylyl glycol, pour celui-ci je m’y suis reprise à deux fois rien que pour le taper. Un vrai charabia… C’est un émollient qui assouplit et adoucit la peau et un humectant qui maintient la teneur en eau d’un cosmétique dans son emballage et sur la peau. Il fait parti des alcools gras et solvants (Methyl / Propyl / Caprylyl -alcohol…).

Ils permettent de stabiliser et d’émulsionner les cosmétiques. Ces ingrédients de synthèse peuvent être irritants et sont polluants pour l’environnement. Ils possèdent à peu près les mêmes caractéristiques que les huiles minérales. J’ai donc encore une fois un avis mitigé pour cet ingrédient.

Mon Verdict

Maintenant que j’ai fait le détail de la liste des ingrédients de ce produit, même si je l’aimais bien avant cela, je pense que je ne l’utiliserais plus.

Tout le monde n’a pas le temps ni l’envie de lire en détails les ingrédients des produits qu’on achète. Je vous recommande de lire les 5 premiers ingrédients de la formule d’un produit qui vous intéresse : Si parmi ces 5 premiers ingrédients qui forment environ 70 % du produit, vous avez des composants qui font débats ou qui sont irritants, reposez le produit. Ici dès le deuxième ingrédient de la liste j’ai un problème…

Ce produit ne m’a pas irrité la peau, je n’ai pas eu de réaction allergique. Toutefois, j’avais clairement la peau desséchée après, même s’il ne me l’a pas décapé non plus. Je ne vous le déconseille pas mais je ne vous le recommanderais pas non plus. Dans l’ensemble les produits La Roche Posay m’ont déçu par leur inefficacité. Ne pas en mettre ou en mettre je n’ai pas vu de différence…

A vous de vous faire votre propre opinion, peut être que pour vous vous avez noté une véritable différence.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.